À la découverte du DFCO Foot-Fauteuil

Depuis 2014, le Dijon Football Côte d’Or possède sa propre section de foot-fauteuil. L’association ambitionne de développer la pratique du football pour les personnes en situation de handicap. Victimes d'un championnat suspendu, joueurs, staff et bénévoles s’apprêtent à vivre une reprise, pour le moins, attendue. Cet été déjà, le DFCO FF a pris part à plusieurs matchs amicaux et tournois.


Les entraînements ont lieu quotidiennement au gymnase Jean Marion, dans le quartier des Grésilles. (Photo : Clément BATLLE)

9 juillet 2017. Kissimmee, Floride, États-Unis. Alors qu’il reste 5 minutes dans le temps imparti, Mohamed Ghelami, le numéro 4 tricolore, inscrit le quatrième but français. L’équipe de France de Foot-Fauteuil remporte alors sa toute première coupe du monde (4-2 face aux USA, double tenants du titre). Non non, vous ne rêvez pas, la France est bien championne du monde de foot, en fauteuil.


En vérité, le foot-fauteuil est à l’image de la majorité des sports accessibles aux personnes en situation de handicap : dans l’ombre, bien loin des projecteurs. Malgré la très faible médiatisation de cette discipline, les encadrants œuvrant dans l’hexagone ont permis au foot-fauteuil tricolore de s’élever sur la plus haute marche internationale.


Un hasard que la France soit sur le toit du monde me direz-vous ? Bien évidemment que non.


Les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 ont encore une fois mis l’accent sur plusieurs disciplines accessibles aux personnes présentant une déficience motrice, visuelle ou auditive. Si le foot-fauteuil n’y est pas (encore) représenté, le rugby-fauteuil, tennis-fauteuil ou escrime-fauteuil le sont bien. Ils ont alors permis d’exposer aux yeux de tous les contours et spécificités du monde handisport. Les athlètes en situation de handicap ont ainsi pu faire étalage de leurs grandes qualités et capacités. Pour rappel, 54 médailles ont été glanées aux Jeux Paralympiques, plaçant la France au 14ème rang du classement des nations.


Les exploits sportifs sont aujourd’hui utilisés comme étalon de la grandeur d’un pays. Cela prouve qu’un état regorge de talents. D’hommes et de femmes qui, par leur entraînement, leur encadrement, ont su se démarquer dans leur domaine. Ces joyaux bruts montrent également que le pays en question a pu, grâce à ses éducateurs, ses installations sportives, son mode de vie, faire naître des champions.

De gauche à droite en fauteuil, les français Bryan Weiss et Mohamed Ghelami, élu meilleur buteur de la compétition avec quinze buts inscrits. Si Garande cherche un attaquant d’ailleurs… (Photo : SOFOOT)

Pourtant, l’année 2020 n’aura pas épargné les membres de l’association DFCO Foot-Fauteuil.


Le 3 avril 2020, une réunion en visioconférence réunit d’urgence les représentants des clubs. Coup de tonnerre ! La Fédération Handisport de foot fauteuil prononce l’arrêt des championnats pour l’exercice 2020-2021. Compte tenu des contraintes liées à l’épidémie de Covid-19, la commission sportive de foot-fauteuil proclame alors une saison blanche, écartant ainsi tout scénario de reprise. Une décision difficile mais prévisible, que les pratiquants ont dû accepter.


Suite aux décisions prises par le gouvernement, et malgré l’assouplissement des mesures du déconfinement progressif quelques mois plus tard, les matchs, par principe de précaution, ne reprendront plus. Plus que des matchs, c’est alors tout un monde qui se fige. Pour autant, à Dijon, le club de foot fauteuil ne s’est pas laissé abattre par ce climat hostile à la pratique sportive.


L’ensemble de l'association, en concertation avec les instances administratives et sportives, a convenu que les entraînements, même pendant les confinements, continueraient. Port du masque pendant les séances, gel hydroalcoolique à l’entrée et prise de température sont devenus les codes habituels des entraînements.


Il est alors nécessaire de rappeler qu’au-delà de la compétition, la participation aux entraînements répond en grande partie à l’épanouissement capital des pratiquants, isolés car touchés par de lourdes pathologies.

Le DFCO équipe son association handisport à l’aide des mêmes tenues que pour les professionnels. (Photo : Clément BATLLE)

2022 présage un horizon plus adapté à la reprise de la compétition. Le come-back du championnat s’annonce aussi prometteur.


Si en effet, la Fédération prévoit un retour au format « classique » concernant la saison 2021/2022, la classification sera pour l’heure mis en suspens, tout comme les relégations (uniquement des accessions). D’autres paramètres rentrent en ligne de compte : respect du protocole sanitaire, liste d’inscription des joueurs (6 joueurs maximum titulaires + 2 joueurs maximum "réserves" non soumis à la réglementation des surclassements). Et enfin, dans la mesure du possible, report des rencontres en cas d’absence liée à la COVID-19 de 40% des joueurs inscrits sur la liste.


Une seconde option reste envisagée avec un format de championnat (compétitif et récréatif) divisé en 6 « zones » géographiques en cas d'impossibilité d’instituer un championnat national. Pour l’instant, rien est encore officiellement acté. La commission sportive de foot-fauteuil doit se rassembler rapidement en vue d’officialiser les accords.


Foot-Fauteuil : les lois du jeu


Avant d’en savoir davantage sur l'association DFCO Foot-Fauteuil, il est l’heure de défricher les pans obscurs de ce sport. Le foot fauteuil (powerchair football en anglais) est une discipline qui se pratique exclusivement en intérieur, sur une surface de la taille d’un terrain de basket.


Ce sport est accessible à toutes les personnes atteintes portant un handicap physique ou mental, une maladie l’obligeant à se déplacer en fauteuil, de façon à ce qu’ils puissent vivre, comme leurs idoles, leur passion. Les pratiquants bénéficient, comme n’importe quel athlète, du plaisir qu’apporte le sport, mais touchent également de leur paume le bonheur des victoires, ressentent l’adrénaline, la pression de la compétition. Ils partagent conjointement les valeurs séculaires du sport, l’amitié et la convivialité.


À travers les sensations de bien-être et de délivrance que procurent ce jeu, les différents mouvements occasionnés sont bénéfiques, autant pour le corps que pour l’esprit, pour l’ensemble des pratiquants. Le repérage dans l’espace, la coordination, la concentration, la réactivité… sont des aptitudes et capacités que les joueurs vont pouvoir connaitre et développer.


Enfants, adolescents et adultes peuvent jouer ensemble. Le foot fauteuil est aussi mixte. Trois joueurs de champ plus un gardien constituent une équipe sur le terrain. Quatre remplaçants par match sont autorisés à rentrer.



En France, en D1 et D2, une rencontre comporte deux mi-temps de 20 minutes, partagées par une pause de 5 minutes. En D3 et en National, les matchs se découpent en deux fois 15 minutes.


Dans certaines compétitions, (coupe, tournoi…), si résultat nul, des prolongations suivent. Les équipes doivent rester sur le terrain à la fin du temps réglementaire. Cette prolongation est divisée en deux périodes de 5 minutes. À l'issue des prolongations, pour départager les deux équipes, dans certains cas, l’épreuve des tirs au but est ordonnée.