[AMICAL] DFCO 0-3 Bourg Péronnas : cinglant

Nouvelle défaite en amical pour le DFCO dans sa campagne de présaison. La défense a pris l’eau à Aix-les-Bains face à Bourg et la deuxième mi-temps est catastrophique avec trois buts encaissés. Pourtant ce score lourd n'est pas aussi alarmant qu'on pourrait le croire.

La défense a sombré en deuxième mi-temps face aux Burgiens (Photo Le Bien Public)

En stage à Aix-les-Bains, le DFCO a vu le retour dans le groupe de Celina et l'arrivée de l'ex-caennais Jessy Pi au sein de l'équipe. Mais il y a encore de nombreux absents en défense : Panzo, Barbet et la nouvelle recrue Congré, tout trois centraux, ne sont pas encore aptes (ce qui aura son incidence plus tard). Il faut ajouter à l'infirmerie le jeune Amir Arli, et Dobre est parti avec sa sélection aux Jeux Olympiques.


Pour commencer le match, Linarès aligne un 4-4-2 offensif avec Jacob et Bryan Soumaré derrière le duo Le Bihan-Scheidler. Ahlinvi est aligné au milieu, Rocchia est titulaire à gauche.


LE MATCH


La rencontre débute sous la pluie et avec des intentions dijonnaises. Dès les premiers instants, on voit Le Bihan décrocher, Scheidler faire un appel qui emporte la défense, Jacob se rendre libre et Rocchia dédoubler. Une belle action qui aboutit à une tentative de Traoré, son centre-tir passe largement au-dessus.

Des intentions qui dureront deux minutes à peine. Une fois cette frénésie du coup d'envoi passé, ce sont les Bressans qui prennent le dessus. Les pensionnaires de National 1 privent les Rouges de tout ballon, ce sont eux qui installent leur jeu et se procurent des occasions franches.

La défense dijonnaise est prise de vitesse sur sa gauche, le centre de l'ailier burgien est repris dans la surface malgré le tacle d'Ecuélé Manga et pousse Reynet à sortir une magnifique parade (5e).


Rebelote quelques minutes plus tard, la défense est battue mais Reynet s'interpose (12e).


Pendant 15 minutes, les Dijonnais subissent totalement, et ne sont sauvés que par un Reynet en grande forme et des Burgiens en manque de réussite, mais qui parviennent systématiquement à prendre le dessus sur les défenseurs.

A l'approche de la demi-heure de jeu, le DFCO retrouve des couleurs. Devant, ça fonctionne de mieux entre mieux. Le Bihan dézone, oriente le jeu et donne le tempo. Sa paire avec Scheidler fait preuve d'une belle complémentarité, bien assisté par Jacob à la mène. Ce dernier combine bien avec Rocchia, qui n'hésite pas à venir dédoubler quand Ahlinvi reste derrière en couverture.

Rocchia sera justement à l'origine d'une superbe ouverture pour Scheidler seul sur le côté gauche. L'attaquant pénètre dans la surface, en bonne position de tir, mais au dernier moment il passe en retrait en direction de Le Bihan. Ce dernier enchaîne mais sa frappe heurte Ahlinvi venu aux avants postes et hors jeu. Le but de Bryan Soumaré dans la foulée est logiquement refusé (29e).

Le deuxième but refusé arrive cinq minutes plus tard. Sur une perte de balle, les Bressans sont désorganisés et Traoré a tout le temps d'aligner son centre directement sur Ahlinvi qui reprend du gauche à bout portant, mais il était hors jeu (35e).


Dijon pousse mais manque de finition. Des lacunes dans le fameux "dernier geste" illustrées par Le Bihan, qui se retrouve servi devant le but par un superbe piqué de Jacob : le numéro 8 mais n'enchaîne pas ni en première intention ni une fois le ballon contrôlé dans les pieds. L'ancien auxerrois ressort le ballon et l'occasion a filé (39e).


0-0 à la mi-temps, un match enlevé pour les Dijonnais qui ont souffert mais ont su se reprendre et développer leur jeu, sans toutefois trouver le chemin des filets. Ce n'est qu'un match amical mais pourtant l'atmosphère est assez tendue, avec plusieurs fautes et tacles agressifs des Burgiens (sur Ahlinvi à la 25e, sur Rocchia à la 40e...)


La défense coule...

Pour la deuxième mi-temps, beaucoup de changements. Scheidler et Bryan Soumaré laissent leur place à Benzia et Scheidler, Jacob passe à droite dans le 4-2-3-1.


En défense, entrée de deux jeunes, Belhadji et Ngouyamsa. Ce dernier est en défense centrale et est directement sollicité. Sur une perte de balle au milieu, il s'interpose pour couper la progression du porteur de balle, puis contre le ballon sur l'action suivante.


On sent que l'équipe a du mal à s'habituer aux changements et au nouveau dispositif, et ça se paye cash. Les Bressans centrent au deuxième poteau et Quarschie ouvre le score de la tête au milieu d'une forêt de joueurs montés au duel (0-1, 49e). Manque de chance, Ecuélé-Manga est trop loin, c'est Ngouyamsa et Traoré qui s'y collent et sont battus dans les airs, victimes d'un vrai désavantage de taille.


Cinq minutes plus tard, nouveau ballon envoyé dans la surface dijonnaise et deuxième but pour le FBBP01. Au point de réception dans la surface, Ecuélé Manga lâche son marquage, ce qui perturbe Ngouyamsa qui arrive en retard et ne sait sur qui aller au duel entre les deux attaquants burgiens. Finalement c'est Ezikian qui donne facilement le coup de casque, Ngouyamsa est bien trop court (0-2, 54e).


En dix minutes dès le retour sur la pelouse trempée, le DFCO encaisse deux buts sur deux centres en apparence assez anodins mais sur lesquels la défense centrale s'est faite déborder et surclasser dans les airs. Derrière, les Rouges sont apathiques et n'arrivent pas à construire quelque chose de cohérent une fois le ballon récupéré. Probablement déçu du mauvais temps et de la pluie sur Aix-les-Bains, Marié se venge en tirant dans les nuages.


A l'heure de jeu, nouvelle vague de changements pour espérer renverser la vapeur. Dans les cages, Allagbé remplace Reynet. Sur le front de l'attaque, Yaya Soumaré et Roger Assalé font leur apparition, tandis que Bruno-Ecuélé Manga sort remplacé par Younoussa.


Un changement offensif mais étonnant qui va déséquilibrer encore plus l'équipe, puisque c'est désormais une paire Marié-Ngouyamsa en charnière centrale (!). Au milieu, Ahlinvi tient la corde et B. Soumaré revient sur le terrain après la blessure de Sammaritano. Traoré est remplacé par Rocchia qui permute à gauche avec Belhadji.


On a donc un duo de Soumaré derrière Benzia-Assalé et pourtant l'animation offensive est exécrable. Seul Rocchia a un apport régulier, Benzia trouve quelques décalages, Bryan Soumaré quelques courses intéressantes, mais rien qui permette de se procurer des occasions franches. Au contraire, ce sont nos adversaires qui mènent déjà de deux buts qui trouvent des opportunités (arrêt tranquille d'Allagbé, 71e), et obtiennent un penalty sur une faute naïve de Belhadji. Sentence transformée par Montiel (0-3, 74e).


La défense est clairement en perdition de par son alignement incertain et bricolé, mais devant c'est une bouillie. Tout est confus et personne ne parvient à réorganiser ce marasme. Du côté des Soumaré, on aura bien une pénétration de Bryan sans conclusion et une percussion de Yaya qui aboutit à un poteau de Assalé et un but hors-jeu de Younoussa.

Menés 2 puis 3-0, les Dijonnais n'ont jamais su renverser la tendance (Photo Le Bien Public)

Pour finir, on aura encore un but refusé, inscrit par Assalé et venu d'une ouverture lumineuse de Benzia. Pas de temps additionnel, coup de sifflet final. Le score est lourd à l'arrivée, le DFCO a sombré en deuxième mi-temps et n'a pas réussi à redresser la barre. Pourtant, cette défaite, tout aussi impressionnante qu’elle puisse être (ça reste un 3-0 contre une équipe de N1) n’est peut-être pas tellement représentative pour la saison à venir.


Pourquoi cette défaite n'est pas si alarmante :


Ce n'est que la présaison. Déjà, c'est évident, ça reste un match amical, en phase de préparation. Sans aller jusqu'à : "de toute façon ça ne veut rien dire", le DFCO nous a habitué par le passé à inverser les résultats entre sa présaison et sa saison. De plus, l'effectif est encore largement en découverte. Que l'on pense que David Linarès soit l'homme de la situation ou non, il est évident qu'il faut du temps pour créer des automatismes et de la connaissance des autres dans un collectif remanié à 80%. Le groupe se connaît encore peu, les recrues amenés à être primordiales sur la saison et occupant des postes clés (Jacob, Le Bihan, Reynet) ont encore le temps de s'acclimater.


Une défense bricolée qu'on ne devrait jamais voir en championnat. Des trois buts concédés ce matin, aucun ne doit jamais arriver pendant la saison avec les titulaires. Sur les deux buts de la tête, Ngouyamsa se fait manger. Or, la raison pour laquelle il est en défense centrale, c'est uniquement car les trois autres (trois !) devant lui dans la hiérarchie n'était pas sur la feuille de match. Nul doute qu'avec Congré, Panzo ou encore Barbet la situation aurait été différente. Et on ose espérer qu'avec les cinq centraux dont l'équipe dispose (avec Coulibaly et Ecuélé-Manga), se faire grignoter de la sorte est inenvisageable. Ce n'est pas la faute de Ngouyamsa, pas un central de formation et qui n'a pas vraiment le physique pour y être aligné non plus.

Hormis Scheidler, le DFCO a été surclassé dans le domaine aérien (Photo Le Bien Public)

Des joueurs pas à leur poste et des "secondes options". Une défense centrale Marié-Ngouyamsa, on ne verra jamais ça pendant la saison, sauf cataclysme. L'absence de joueurs à leur poste en défense explique en grande partie les trois buts. Sur le troisième, le penalty, Belhadji est coupable d'une faute dans la surface. Une faute naïve, plus due à de l'inexpérience et par le fait qu'il n'est pas aligné à son poste non plus.


Pour le reste de l'équipe de la seconde mi-temps, elle était composée de joueurs en rodage, qui en tout cas ne seront pas forcément titulaires. Au milieu, le double pivot Ahlinvi-Younoussa paraît un peu juste, surtout que l'ancien nîmois a joué les 90 minutes et manquait de jus pour faire des différences. Yaya vient d'arriver, Bryan fait son retour au club après un an à Sochaux, Assalé revient de blessure et Benzia d'une certaine manière découvre encore l'effectif sur le terrain. Pourtant, on est bien d'accord, ils auraient largement dû faire mieux.


Alhinvi a tenu son rang défensivement, et a bien failli ouvrir le score pour le DFCO (Photo Le Bien Public)

Les points de doutes et les lacunes


Une animation offensive exécrable et un manque de réalisme. D'accord, le terrain était gorgé d'eau et la météo peu clémente, d'accord les joueurs se découvrent encore, n'empêche que l'animation offensive en deuxième mi-temps (et lors du passage à vide de la première) n'était pas loin de minable. Manque de liant et de décalage dans l'entre jeu, c'est ce qu'on pu combler Rocchia, Jacob et Le Bihan, sans toutefois transcrire leurs efforts au tableau d'affichage. Devant le but, nos attaquants ont trop tergiversé, à l'image de Scheidler qui passe en retrait ou Le Bihan qui prend trop le temps de chercher un partenaire démarqué. A cela s'ajoutent les buts hors-jeu. La finition devant le but a été un gros point faible des dijonnais sur ce match.


Une solidité défensive en doute, même en première période. En ce qui concerne la deuxième mi-temps, on en a déjà parlé. Mais en première aussi on a vu une assise défensive fragile sur ses bases, et chancelante face à la vitesse des burgiens. BEM était loin d'être impérial et n'a pas su compenser le "mismatch" de Ngouyamsa. On a vu Coulibaly pas à son avantage non plus, et pourtant la doublette Marié-Ahlinvi n'était pas si friable, sans compter un grand Rocchia qui a beaucoup compensé les errements de ses voisins.


LES COMMENTAIRES

L’Homme du match : Rocchia

Ses interventions étaient cruciales, surtout en tout début de match lorsque Dijon était dominé. Il apporte de la sérénité, un titulaire en puissance ? Remplacé à la 45e par Belhadji, dépassé à ce poste d’arrière gauche et auteur de la faute dans la surface.


Reynet : des arrêts de grande classe comme on l’en sait capable pour préserver sa cage inviolée en première mi-temps. Remplacé à la 60e par Allagbé, qui a subi les changements dans la défense, mais a aussi été l’auteur d’une bonne sortie dans les pieds d’un attaquant adverse.


Traoré : il a apporté peu de choses en dehors de son centre pour Ahlinvi. Pris dans le dos à de nombreuses reprises.


Ecuele-Manga : important dans certains duels aériens, ça a été très dur à sa sortie. Remplacé à la 60e par Younoussa, avec son habituel tir de loin droit dans les gants du gardien.


Coulibaly : il avait souvent pour rôle de ressortir le ballon proprement, mais son placement défensif laisse largement à désirer. Mettons ça sur le compte de la reprise. Remplacé à la 45e par Ngouyamsa, pas à son poste et largement dominé dans le domaine aérien.


B. Soumaré : très peu de ballons touchés, marque un but en position de hors-jeu. Il faut peut-être trouver un moyen de l'impliquer plus encore dans le processus créatif. Remplacé à la 45e par Sammaritano, qui n’a pas eu le temps d’influer sur le jeu avant de sortir sur blessure, remplacé par Bryan à nouveau.


Marié : un match correct mais pas au niveau de sa dernière prestation. Il a dû prendre place en défense centrale pour combler les manques de l’effectif.


Ahlinvi : bonne maîtrise sans avoir réussi à faire de différences. S’est éteint comme le reste de l’équipe après la mi-temps. A sa décharge, il est resté sur le terrain pendant l’entièreté des 90 minutes.


Jacob : le milieu de terrain a réussi à mettre de la vitesse et des ballons dangereux, mais n’a pas été récompensé. Remplacé à la 60e par Y. Soumaré, qui a percuté et n'est pas passé loin d'être décisif sur deux éclairs, mais c'est tout.



Scheidler : un peu moins adroit à la conservation, l’état du terrain n’a pas dû trop l’aider. Remplacé à la 45e par Benzia, qui a peu touché le ballon mais provoqué des fautes.


Le Bihan : de bons mouvements, et un rôle important lorsqu’il reste en retrait pour construire les offensives. Remplacé à la 60e par Assalé, qui a été bien meilleur que vendredi. Des appuis déstabilisants, une frappe sur le poteau… Persévère !



1 670 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout