• No_Vak

[AMICAL] DFCO 1-1 Grenoble : que le spectacle commence

Dijon impressionne pour son deuxième match amical malgré quelques absences dans le secteur défensif. Avec ce match plein qui aurait pu tourner à la correction, les hommes de Linarès engrangent de la confiance avant le début de la compétition.

En deux matchs amicaux, Le Bihan a montré qu'il n'avait pas oublié comment martyriser des gardiens de Ligue 2

LE MATCH

Nouveau duel entre deux équipes de Ligue 2, ce mardi soir au stade Pierre Guérin de Mâcon. Le terrain a été le théâtre de belles rencontres en Coupe de France pour le club local. Soutenu par Alain Griezmann (que l’on a par ailleurs croisé), l'UF Mâconnais (R1) a été stoppé dans son aventure en 32es de finale de Coupe de France après sa défaite contre le FC Saint-Louis Neuweg (N3). Face à Dijon se dresse le GF38 et son nouvel entraîneur : Maurizio Jacobacci, ancien pro Suisse âgé de 58 ans, en provenance du FC Lugano.


Le DFCO débute la partie avec un 4-4-2, avec un duo inédit Scheidler-Le Bihan en pointe de l’attaque.

La position des quatre milieux varie énormément, tandis que la défense expérimentale avec Belhadji le néo-pro en tant qu’arrière droit et Ngouyamsa dans l’axe.


Dans l’entrejeu, l’organisation change souvent, mais Ahlinvi est constamment plus en retrait lorsque le ballon est dans les pieds d’un des deux défenseurs centraux, participant activement à la construction. Marié et Soumaré prennent un peu plus l’espace sur les côtés, et Jacob se positionne devant, mais reste un électron libre entre les lignes. Lors du repli défensif, les milieux participent à un pressing haut avec les avant-centre, mais se replacent dans une ligne de 4 plus plate lorsqu’ils n’ont pas l’opportunité de s’approcher du porteur.




Pas le temps de s'ennuyer

Les Rhône-alpins sont les premiers à tenter leur chance, avec un lob de Ravet sur Racioppi qui était très avancé, passant finalement au-dessus du cadre. Peu après, un très bon mouvement collectif dijonnais sur la gauche en une touche permet à Jacob d’ouvrir la voie à Soumaré en position de frappe à l’opposé, mais son tir part tout droit sur le portier.


Presque dans la même position, Le Bihan décroche à son tour une frappe lourde après un bon décalage, mais elle est également bien sortie par le gardien de Grenoble. Dijon pousse et arrive à trouver des espaces dans la surface. Ahlinvi tire un corner à droite, tandis que Jacob s’en occupe à gauche.


Dijon a la possession et n’est pas inquiété, les frappes lointaines des visiteurs sont mal ajustées sur le premier quart d’heure. Sans prévenir, Jacob fait de nouveau des siennes et élimine un Isérois sur le flanc gauche grâce à une belle feinte de corps. Dans le bon tempo, il donne le ballon dans de très bonnes conditions à Scheidler qui bute sur un Salles très chaud en ce début de match.


C’est forcément lorsque tout va bien que les premières boulettes commencent : BEM rend le ballon bêtement à l’adversaire, mais heureusement Ahmad Ngouyamsa intervient juste à temps sur la frappe dans un angle fermé et envoie le ballon toucher le haut de la barre.


Un premier avertissement sans frais pour Dijon, qui ne va pas se laisser intimider, car sur le corner suivant, dégagement maladroitement par Belhadji, Scheidler récupère le cuir devant sa surface et le porte jusqu’au rond central, résistant au retour de plusieurs Grenoblois. Il écarte au bon moment sur Valentin Jacob à droite qui, après un contrôle, centre en direction de l’entrée de la surface où se trouve Mickaël Le Bihan. L’attaquant fait parler sa technique et son pied droit magique pour inscrire un but d’une délicieuse reprise de volée en une touche qui surprend le gardien, cloué sur sa ligne (23e, 1-0).


Yaya Soumaré a un peu de déchet dans son jeu mais se bat bien. Il se rend disponible sur l’aile mais aussi en repiquant dans l’axe, permettant notamment aux arrières latéraux de monter plus lorsqu’il est de leur côté. Il amène un peu de folie mais perd trop de ballons sur de mauvaises passes. Une légère passivité se fait sentir dans la défense sur la percée d’un Grenoblois, mais Racioppi capte en deux temps le ballon mouillé.


La défense de Grenoble est apathique et laisse bien trop de libertés aux Côte-d’oriens, ce qui explique cette relative domination. A la demi-heure de jeu, Ngouyamsa est remplacé par Barbet. Le match est plus haché depuis quelques minutes, les erreurs de transmission au milieu s’accumulent côté Dijon. Racioppi commence heureusement à gagner en assurance et soulage les siens.


On note avec plaisir un bon pressing des attaquants, une constante depuis le début des matchs de préparation. Scheidler notamment n’hésite jamais à embêter les défenseurs, et cela paye par moments. Dans l’autre sens, un centre raté se transforme en tir sur le poteau de Racioppi et sort d’extrême justesse, puis une frappe de loin est détournée main opposée par le Suisse sur la transversale. Le GF38 a touché 3 fois les montants et Dijon peut s’estimer heureux d’être toujours devant à la pause, malgré un avantage dans la possession et dans la qualité des occasions créées.

Au milieu ou en attaque, Dijon peut compter sur des éléments forts, comme Valentin Jacob

Mi-temps à Mâcon, l’occasion pour David Linarès d’opérer quelques changements : Le Bihan cède sa place à Assalé tandis que Traoré rentre pour sa toute première avec le DFCO, à la place d’Erwan Belhadji.


Pas de relâchement

On dirait que les consignes données au gardien sont de parfois relancer très vite à la main sur les latéraux qui montent très vite et réclament les ballons, dans la pratique ces tentatives sont réalisées avec plus ou moins de réussite. Il y a des imprécisions dans le jeu de Dijon, mais tous les bons mouvements passent par Jacob, très inspiré. Scheidler Marié et Rocchia jouent en une touche pour lancer Soumaré à gauche. Son centre ne trouve malheureusement pas preneur. Jordan Marié se joue mieux du pressing Grenoblois qu’en première mi-temps et se permet même quelques gri-gris, très au goût du public mâconnais;


Une bonne offensive dijonnaise se conclut par un centre très bien dosé de Rocchia mais personne ne vient mettre la tête au deuxième poteau. Il a été mis dans les meilleures conditions pour centrer, avec beaucoup de temps, l'occasion était si bien amenée… Puis les rouges réclament une main oubliée dans la surface de Grenoble, l’arbitre décide de ne pas accorder de penalty. Mais depuis la reprise, Dijon pousse de nouveau et se fait plus menaçant.


Magnifique action avec Scheidler qui change le jeu en une transversale en direction de Traoré. Le centre du défenseur droit est en retrait pour Assalé, qui est visiblement gêné par un faux rebond, sa frappe est complètement ratée.


60e minute, synonyme de nombreux changements pour préserver les organismes (entre la préparation intensive et les trois matchs en une semaine), mais aussi pour faire jouer tout l’effectif :



Entrants : Roche, Ngouyamsa, Younoussa, B. Soumaré, Sammaritano, Benzia et Philippe



Sortants : Racioppi, Écuélé-Manga, Ahlinvi, Marié, Jacob, Y. Soumaré, Scheidler






Assalé est encore bien placé dans la surface mais son contrôle le dessert, il frappe directement en sortie de but. Beaucoup de nos opportunités viennent de Traoré, très actif à droite. C’est au tour de Younoussa puis de Benzia de tenter leur chance, mais leurs tirs sont contrés dans la même action.


Dijon n’a de cesse de se créer des occasions, mais il manque toujours un pied qui traîne pour mettre le ballon au fond. Les rouges dominent, mais une frappe lointaine vient réveiller le gardien : Roche repousse dans la surface et sort bien sur le rebond qu’avait suivi l’attaquant du GF38 pour une double parade de grande classe.


Belhadji rentre de nouveau pour remplacer Rocchia à la 73e minute. Assalé est toujours très actif en bouillonnant, mais maladroit dans ses tirs. Il est fauché à l’entrée de la boîte, carton jaune et coup-franc à suivre : Benzia s’en charge et tire directement dans le mur bleu. Peu après, Belhadji s’illustre sur le plan défensif et dévie de justesse le ballon d’une dangereuse contre attaque en corner.

Sammaritano est astucieux dans sa conservation du ballon et permet à Dijon de souffler en gagnant une touche. Toutes les tentatives du GF38 sont lointaines et inoffensives, mais attention à cette combinaison sur corner, non cadrée mais plus inquiétante (78e). Cependant, depuis les sorties de Marié et Ahlinvi, Dijon joue sans réel récupérateur au milieu.


A 10 minutes du terme, les Dijonnais continuent de chercher le but du break. La tentative d’enroulé de Sammaritano sur son pied droit manque de puissance pour tromper le rempart grenoblois. Ensuite, c’est au tour de Benzia de s’illustrer : alors que tout le monde pensait qu’il armait une frappe, il décale Sammaritano à gauche qui adresse un centre fuyant au second poteau pour Assalé devant un but ouvert, l’attaquant ivoirien manque le cadre… Beaucoup de maladresse dans la finition côté Dijon. De son côté, Grenoble a du mal dans les 30 mètres dijonnais, et fait trop d’erreurs. Ils ont été complètement asphyxiés en seconde période.


Un très joli rush de Traoré qui part dans l’axe amène à un centre de Belhadji à gauche, Sammaritano dans la surface reprend de la tête mais c’est trop mou. Le DFCO a tout tenté aujourd’hui mais a manqué de conviction dans le dernier geste, et va être logiquement puni pour ses erreurs : A la toute fin du match, une faute de Benzia dans la surface offre un penalty pour Grenoble. Roche part du bon côté mais le tireur place bien sa frappe (1-1, 88e).


L’arbitre signale la fin du match, qui laisse un goût amer à la suite d’une prestation très encourageante. Vous avez pu le voir, il y a beaucoup à dire d'une partie si mouvementée. L’égalisation est la seule véritable ombre au tableau, car aucune blessure n’a été signalée par le club. On remarque une bonne progression de toute l’équipe, dans tous les secteurs du jeu par rapport à la rencontre face à Sochaux vendredi dernier. Aussi bien en termes d’automatismes que de combinaisons, de tactique, nous avons l’impression que ce DFCO va dans la bonne direction.



LES COMMENTAIRES

L’Homme du match : Jacob

Le maître à jouer de l’équipe, sans aucun doute. Sa prestation est très satisfaisante pour un joueur qui vient seulement d’arriver, il semble déjà connaître ses partenaires. Même s’il en a moins eu l’occasion, il semble attiré par le but et a tenté plusieurs incursions où il cherchait à se mettre en position de tir. Un joueur inspiré comme on en a plus vu depuis longtemps à Dijon. Remplacé par Benzia, qui s'est fait remarquer pour son intelligence dans le jeu et sa petite boulette à la fin. Ca arrive aux meilleurs.


Racioppi : Si sa première mi-temps est un peu fébrile, il a tout de même fait une ou deux belles parades et préservé son but inviolé avec réussite. Remplacé à la 60e par Roche, qui est loin de faire tâche dans le groupe pour le moment. Manque d’expérience, mais il fait bien le boulot.


Belhadji : Une nouvelle fois utilisé à un poste qui n’est pas le sien, il a été assez dépassé et a dû commettre des fautes (3 observées) pour compenser parfois ses erreurs. Il a tout de même pu accompagner et créer quelques occasions. Remplacé à la 45e par Traoré, très en jambes. Sa conduite de balle fait de lui un joueur dangereux et donne le tournis aux défenseurs.


Écuélé-Manga : Pas de problème pour lui dans les duels aériens, réussis chaque fois. Il a aussi été très vocal et son rôle n’est pas à sous-estimer, surtout dans une défense aussi inexpérimentée qui a bien tenu la route. Mais ses relances approximatives sont handicapantes… Remplacé à la 60e par Ngouyamsa.


Ngouyamsa : il a commencé la partie avant de sortir puis de rentrer à nouveau. Nous étions sceptiques sur sa capacité à évoluer en défense centrale, nous le sommes beaucoup moins désormais. Des interventions très importantes, sa polyvalence laisse penser qu’il pourrait tout à fait dépanner ici quelques instants en Ligue 2. Remplacé à la 30e par Barbet, qui s’est fait plutôt discret mais efficace. Un travail bien fait.


Rocchia : Un joueur agressif qui dédouble et qui défend plutôt bien, il n’a rien à se reprocher et s’est montré convaincant. Son profil peut devenir très important pour le DFCO. Remplacé à la 73e par Belhadji


Ahlinvi : Dans son rôle de relais entre la défense et le reste de l’équipe, il s’est montré important en participant beaucoup au jeu. L’équipe n’a pas eu le même visage sans lui. Remplacé à la 60e par Younoussa; qui n’a pas eu la même influence, mais qui s’est retrouvé en position de tir, comme à son habitude.

Qui contrôle le terrain ? Ahlinvi.

Marié : Très complémentaire avec Ahlinvi, sa position sur le terrain a beaucoup changé et il s’y est fait sans problème. Quelques petites erreurs techniques à régler tout de même. Remplacé à la 60e par B. Soumaré, un peu moins en vue que les autres milieux de terrain ayant monopolisé les feux des projecteurs.


Y. Soumaré : Il est capable de mettre le feu à une défense et de tout gâcher en une passe trop peu appuyée, dommage car il a clairement du talent. Espérons que ces quelques soucis ne soient que temporaires et qu’il progresse sur cet aspect. Remplacé à la 60e par Sammaritano, encore une fois aux bons endroits aux bons moments. Il aurait pu être récompensé plusieurs fois d’une passe décisive.


Le Bihan : Quel but exceptionnel, le caméraman n’y croyait pas lui-même ! Dans ses déplacements et son sens du but, il fait penser à Seba Ribas, toutes proportions gardées… Une menace constante qui concentre sur lui l’attention des défenseurs. Remplacé à la 45e par Assalé, qui ne s’est malheureusement pas inspiré de son coéquipier. Un bon positionnement dans la surface, mais une imprécision au moment de frapper laisse penser que les séquelles de l’an dernier sont toujours un peu présentes chez lui.


Scheidler : il s’en est fallu de peu pour que nous ne le nommions à nouveau Homme du match. Il est extrêmement important sur le terrain dans son jeu en pivot, au pressing, sur les contre-attaques. Il semble aussi avoir beaucoup progressé sur ses timings et ses passes, en gardant cette attitude il fera très mal en Ligue 2. Il ne lui manque qu’un but pour profiter à fond de cette vague de confiance. Remplacé à la 60e par Philippe, qui a moins touché le ballon mais essayait de déjouer le piège du hors-jeu pour se retrouver en position de tir, sans succès.


896 vues2 commentaires