• No_Vak

[AMICAL] Sochaux 2-1 DFCO : défaite anecdotique

Dans son premier match de préparation estivale pour la Ligue 2, Dijon s'incline sur le fil contre Sochaux malgré un visage parfois intéressant, dans un match terni par de nombreuses erreurs individuelles.

Mickaël Le Bihan a fait parler la poudre pour sa toute première en rouge

LE MATCH

La première composition de l'année (qui ne révèle jamais grand chose) est un 4-2-3-1, avec la surprise Belhadji en position d'arrière droit, sûrement à cause du manque de joueurs disponibles. Trois nouvelles recrues font leur apparition : Rocchia (arrière gauche, OM), Ahlinvi (milieu de terrain, Nîmes Olympique) et Jacob (milieu de terrain, Chamois Niortais). Deux joueurs de retour d'un prêt en Ligue 2, Scheidler et Bryan Soumaré, sont alignés d'entrée de jeu.


XI de départ de Dijon :

Racioppi

Belhadji, Ecuélé Manga, Barbet, Rocchia

Younoussa, Ahlinvi

B. Soumaré, Jacob, Assalé

Scheidler



Animation : la passe à trois

La première tentative de la partie est Dijonnaise, Jacob frappe un coup-franc indirect bien enroulé dans la surface et trouve la tête de Scheidler, dégagée des deux poings par le gardien de Sochaux. Dans la foulée, malgré le bon pressing d'Ahlinvi, B. Soumaré et Scheidler, les lionceaux parviennent à dégager loin devant. L'attaquant prend totalement Théo Barbet de vitesse, mais ce dernier parvient à le déstabiliser et à contrer le tir au dernier moment.


Une constante dans la construction des actions du DFCO dès les premières minutes : la présence d'un des milieux défensifs (en l'occurrence Ahlinvi) entre les deux centraux, alors que les arrières latéraux et ailiers montent haut. Temporairement sur les phases offensives, Dijon est organisé en 3-4-3 avec un losange très étiré au milieu.

Jeu court à la relance, les rouges font circuler le ballon et tentent de monter avec

Après avoir cassé une ligne mais été forcé de rejouer derrière, Dijon voit sa ligne défensive arriver dans la moitié sochalienne :

Écuélé-Manga lève la tête et cherche à jouer long

En procédant ainsi, Dijon met son avant-centre dans les meilleurs conditions, lui permettant de jouer dos au but et de mettre sa taille et sa détente à contribution. Scheidler, qui a bien commencé la partie, touche le ballon de la tête et remise pour Valentin Jacob en embuscade. Le milieu offensif contrôle et élimine le défenseur avant de frapper de l'extérieur du pied dans le petit filet (7e).


Des placements déplacés

Si le coach des Bourguignons semble expérimenter des choses sur le plan offensif, il faudra aussi s'attarder sur l'aspect défensif de l'équipe, car des erreurs d'animation et de déplacements font tâche. Avec une simple transition de droite à gauche, Sochaux déstabilise tout le bloc de Dijon et dans un mouvement simplissime, efface Belhadji, mal placé. Si le jeune ailier positionné en défense est en tort, les boulettes d'Écuélé-Manga (qui ne bloque aucune trajectoire de passe) et de Racioppi, passif sur le centre devant lui, sont bien plus problématiques... Virginius marque sans difficulté (9e).


Simple manque de concentration ou doit-on s'inquiéter pour la suite ? En tous cas, avec tous ces mauvais placements, je ne confierai pas mon argent à David Linarès... Rebelote 4 minutes plus tard, une nouvelle fois le placement de Belhadji laisse à désirer, et les jaunes s'engouffrent dans la faille. Cette fois le centre est trop en retrait et Racioppi capte facilement la reprise de l'avant-centre du FCSM.


18e, corner pour Sochaux. Les Dijonnais sont pris par les appels au premier poteau et oublient totalement le franc-comtois à la retombée du ballon au deuxième à 6 mètres du but. Il manque heureusement sa volée.


Contre ses anciens coéquipiers, la nouvelle recrue Rocchia montre des qualités intéressantes dans sa conduite de balle et obtient un coup-franc sur la ligne de touche après un joli enchaînement passement de jambe/accélération. Cette fois, c'est Soumaré qui s'élance et centre du gauche, trouvant l'appel parfait d'Aurélien Scheidler dont la tête frôle la barre transversale.


Il semble que les consignes de pressing sur le porteur soient assez exigeantes physiquement pour les joueurs de Dijon. L'objectif est d'acculer le latéral contre sa ligne avec trois joueurs pour l'obliger à donner une mauvaise passe au gardien Doubiste et le faire dégager. Ce dernier parvient cette fois à trouver son coéquipier qui frappe dans la surface mais croise trop son tir.


Roger Assalé, qu'on avait assez peu vu jusque là, combine bien avec Rocchia à gauche pour rendre le ballon au latéral dans la surface. Ce dernier passe en retrait à Scheidler qui, malgré son timing parfait, voit son tir un peu axial paré par le gardien. Visiblement, BEM n'est pas dans son assiette. Il envoie une balle molle et dangereuse à Racioppi qui dégage en panique sous la pression de Kalulu.


Dijon cherche patiemment l'ouverture de la même façon, faisant tourner entre trois joueurs et tentant d'attirer les locaux dans sa partie du terrain pour ensuite sauter deux lignes en une passe, mais manque de justesse technique. Cela permet à son adversaire du jour de récupérer le ballon haut, et en une passe par dessus la défense prendre le DFCO à revers. Ainsi, Barbet se fait avoir par la vitesse et le contrôle approximatif du Sochalien, qui centre pour son partenaire démarqué. Le reste n'est que confusion, Sochaux aggrave le score via Kalulu (2-0, 30e). Le positionnement défensif n'est pour l'instant qu'une vaste blague.


Le staff prend cet instant pour faire ses premiers changements, avec les entrées de Ngouyamsa et Marié contre Barbet et Younoussa, poste pour poste. Younoussa se retrouve donc défenseur central gauche, et Marié prend le relais d'Ahlinvi pour descendre au niveau des centraux sur les phases de possession.


Après une merveille de contrôle d'Écuélé-Manga qui file droit en touche, un joli mouvement initié par Belhadji mais surtout Marié et Soumaré dans l'axe du terrain met Ahlinvi sur orbite. La nouvelle recrue ne se fait stopper qu'à l'entrée de la surface par un tacle illicite. Soumaré frappe le coup-franc mais ça passe au dessus. Le DFCO se procure un nombre important de fautes et n'en concède que peu dans cette première mi-temps, peut-être une tendance sur l'ensemble de la saison si l'équipe conserve cette mentalité de possession.


Malgré un tacle vicieux de l'arbitre sur sa personne, Jordan Marié rentre bien dans son match et devient le métronome, par qui tous les ballons passent. D'autres joueurs se montrent dangereux et entreprenants, mais le club de l'Est est en réussite et n'est pas puni sur ses quelques erreurs individuelles. Mi-temps à Besançon, sur un score un peu cruel pour les rouges.


Contre les éléments

La deuxième moitié commence logiquement avec de nombreux changements. Ngonda prend la place de Rocchia, Thomas Roche celle de Racioppi, et les 4 offensifs sortent pour laisser place à un nouveau quatuor : Philippe, Sammaritano, Yaya Soumaré, et Le Bihan en fer de lance. Mais le joueur le plus haut sur le terrain n'est autre que Glody Ngonda : la majorité des offensives passent de son côté gauche et il n'est pas rare de le voir pousser très haut pour amener le surnombre.


La première vraie opportunité est cependant pour Sochaux, qui profite d'un centre haut pour rallier le soleil à sa cause et perturber le jeune Roche dans les cages. Il apprécie mal la trajectoire du ballon, et l'adversaire au second poteau reprend de volée mais manque complètement le cadre à bout portant. Puis, venant du côté droit de la défense Dijonnaise, Kaabouni élimine son vis-à-vis et frappe de loin mais rate le but, de très peu cette fois ci.

Mattéo Ahlinvi fait partie des nouvelles recrues et a pu jouer pendant une heure

Barbet et Younoussa rentrent à nouveau pour prendre les places d'Écuélé-Manga et Ahlinvi. Peu après l'heure de jeu, Dijon s'extirpe non sans mal du pressing intense du FCSM, et repart de plus belle avec Sammaritano qui envoie une balle le long de la ligne de touche à droite. Philippe récupère et se joue d'un défenseur avant de servir Soumaré dans la surface, dont le centre est repris de volée par Ngonda. Touche pour Sochaux.


Les attaquants permutent beaucoup, et on voit souvent Philippe tenter des percées dans l'axe du terrain sur son pied gauche, jouer souvent face au but, un registre dans lequel on l'a plus rarement vu. De l'autre côté, les Lionceaux poussent pour se mettre à l'abri : une tête sur corner passe tout près de leur offrir un troisième but.


Yaya Soumaré est au bout d'un très long moment de possession du DFCO, et alors qu'on le croit enfermé sans solution, il parvient à revenir en arrière aux abords de la surface pour trouver Philippe, qui remise astucieusement sur Younoussa. La frappe de loin du Camerounais n'est pas assez bien placée pour tromper le gardien.


En parlant de tromper le gardien, voilà un joueur qui s'était peu montré jusque là mais qui va prouver sa valeur : Mickaël Le Bihan profite d'une erreur monumentale du latéral pour se présenter seul devant les cages. Le sang-froid naturel du buteur parle, et l'ancien d'Auxerre réduit l'écart (2-1, 73e).


Dijon fait aussi preuve de maladresse sur ses interventions défensives, et récolte quelques cartons jaunes. Mais l'arbitre avait décidément pour volonté de s'en prendre aux nôtres, quand Sammaritano profite du bon travail de Le Bihan pour s'infiltrer dans la surface. Son crochet force le défenseur à la faute, mais c'est lui qui prend le carton pour simulation. On vous laisse vous faire votre propre avis...

Ainsi s'achève le tout premier match amical du DFCO. Une nouvelle victoire dans l'ex Trophée Lotto nous échappe encore, mais la partie n'était pas sans intérêt. Une chose est sûre, il y a encore du pain sur la planche. Mais pour la première fois depuis de trop nombreux mois, Dijon n'a pas été ridicule. Prochaine étape : mardi contre Grenoble (stade Champlevert, probablement à 18h), une autre bonne équipe de Ligue 2 et un bon test pour l'équipe afin de peaufiner les automatismes naissants.


Vous pouvez retrouver les réactions de Linarès, Le Bihan et Rocchia sur dfco.fr



LES COMMENTAIRES :


L'Homme du Match : Aurélien Scheidler

Dans tous les bons coups en première mi-temps, il ne lui manque qu'un but pour rendre une excellente copie, avec beaucoup d'intensité. Remplacé à la 46e par Le Bihan, qui lui a marqué mais s'est fait globalement un peu plus discret. Peut-on envisager de jouer en 4-4-2 avec ces deux hommes ? Seul le temps nous le dira.


Racioppi : Peu rassurant sur le premier but concédé, il a eu relativement peu de choses à faire. Remplacé à la 46e par Roche qui s'est bien remis dans le match après sa petite erreur.


Belhadji : pas facile de se faire une place quand on est titularisé à un poste que l'on ne maîtrise pas. Il a souvent été dépassé par les événements. Match à ne pas prendre en compte.


Écuélé-Manga : je me suis arrêté de compter ses erreurs grossières à la mi-temps, je n'avais plus de place sur ma feuille A3... Il est reparti sur les mêmes bases que la saison dernière. Du renfort dans ce secteur ne nous fera pas de mal. Remplacé à la 61e par Barbet.


Barbet : sa deuxième mi-temps est bien plus sereine que la première, où il a été mis en difficulté par la vitesse de Kalulu. Remplacé à la 30e par Ngouyamsa, étrangement à l'aise dans un poste qu'il ne connaît que peu (voire pas du tout). Il a tout de même profité de la baisse de régime de l'attaque sochalienne pour passer une journée somme toute tranquille.


Rocchia : Très intéressant par moment en dépit de ses commentaires d'après match, le latéral n'a pas ménagé ses efforts et pourrait bien s'intégrer dans notre onze de départ durablement.

Remplacé à la 46e par un Ngonda agressif et porté sur l'attaque, comme à son habitude. A manqué de réussite.


Ahlinvi : parfois dans le rôle de milieu défensif, il est capable de monter d'un cran comme il le dit lui même, et ne semble pas maladroit avec le ballon. Un joueur polyvalent au potentiel intéressant. Remplacé à la 61e par Younoussa.


Younoussa : assez peu exploité dans le milieu du terrain lors de ses premières minutes, il a ensuite été un peu plus dangereux et proactif sur le plan offensif.

Remplacé à la 30e par Marié, qui a stabilisé toute l'équipe et a pris le jeu à son compte.


B. Soumaré : dangereux sur les coups-de-pied arrêtés, souvent impliqué dans la construction, même sur son aile le Picard n'oublie pas sa formation de relayeur. Mais il peut faire encore mieux ! Remplacé à la 46e par son homonyme Y. Soumaré, qui a montré des d'étincelles et quelques passages à vide.


Jacob : souvent dans la position d'être décisif, il lui a manqué un brin de réussite mais il semble avoir de l'inspiration et sentir le foot. Ca change de Dina-Ébimbé... Remplacé à la 46e par Sammaritano, qui a parfaitement joué son rôle de créateur. Parfois sur l'aile, parfois dans l'axe, sans lui la deuxième mi-temps aurait été bien pire.


Assalé : beaucoup trop irrégulier, on voit qu'il manque cruellement de rythme. Mais il a ce grain de folie qui peut faire basculer un match, reste à savoir s'il reste à Dijon ou non. Remplacé à la 46e par Philippe, qui a agréablement surpris à un poste où il n'a pas été formé. Bons pressings et de l'envie, bien meilleur quand il était sur l'aile droite.

1 615 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout