Bastia 0-0 DFCO : tranquilles sur l'Île

Dijon n'a pas su profiter de la fatigue et de l'effectif décimé du Sporting, mais ramène tout de même un point d'un stade où les visiteurs n'ont pas gagné depuis bien longtemps. Ce déplacement a été l'occasion de faire quelques tests tactiques pour Patrice Garande.

Coulibaly a retrouvé sa sérénité des grands soirs et a évité à Dijon de passer une mauvaise soirée.
Coulibaly a retrouvé sa sérénité des grands soirs et a évité à Dijon de passer une mauvaise soirée.

Beaucoup d'absences notables avant le début de la rencontre viennent poser problème au staff dijonnais. Deaux et Younoussa, la doublette habituelle au milieu, est remplacée par Pi et Ngouyamsa pour une grande première au milieu de terrain. Le Bihan est accompagné de Dobre et Philippoteaux juste derrière Aurélien Scheidler.



LE MATCH

Le DFCO se crée rapidement une première situation. Dès la première minute, Philippoteaux est lancé côté droit et obtient un corner, dont se charge Jessy Pi. Le ballon est dévié au premier poteau par Dobre et arrive sur Congré mais là reprise du capitaine dijonnais s'envole au-dessus de la barre !


A l'issue d'une bonne percussion côté gauche cette fois de Dobre, nouveau corner pour Dijon quelques minutes plus tard mais, joué en deux temps, il ne donnera rien. Ce début de match est décidément une histoire de corners. À la 7e minute, c'est au tour des Bastiais d'obtenir leur premier coup de pied de coin, tiré trop court et sans danger pour la défense bourguignonne. Les débats sont assez équilibrés, même si l'on sent Bastia plus sereins dans son organisation.

Au milieu de terrain, Ngouyamsa n'a pas fait tâche, au contraire !

Nouveau coup de pied arrêté pour le DFCO à la 10e minute, avec un coup-franc très excentré côté gauche. Jessy Pi s'en charge mais Scheidler est sanctionné pour une faute sur un défenseur corse. On passe le quart d'heure de jeu et le DFCO prend petit à petit la possession du ballon.


Le Bihan se bat côté droit et obtient un corner (17e). Bien tiré, il ne trouve toutefois aucun Dijonnais. Lancé par Philippoteaux côté droit, Scheidler est découpé par Guidi ; le défenseur corse écope d'un jaune logique et le DFCO obtient un nouveau coup-franc. Pi le tire un peu court mais Scheidler parvient à reprendre ; sa reprise passe toutefois très loin des cages (22e minute).


Le grand attaquant est dans les bons coups mais a besoin de régler la mire, à l'image de cette frappe suite à une passe en profondeur de Ngouyamsa, à nouveau loin des buts. Sainati est averti pour avoir empêché illicitement un contre du DFCO, Guidi aurait peut-être dû recevoir un second jaune après sa propre faute, mais l'arbitre se contente de le rappeler à l'ordre, sous les huées du public.


Johny Placide sort une parade magistrale sur la tête plongeante de Dobre, le roumain avait bien lu la trajectoire du bon centre de Philippoteaux, mais Bastia préserve le score nul. Quelques contacts forcent l'arbitre de la rencontre a régulièrement arrêter le jeu. Senou Coulibaly, plutôt en jambes ce soir, dégage le centre dangereux de Taoui en corner. Les efforts réclamés par Patrice Garande se voient sur la pelouse, mais Dijon ne peut trouver la faille avant la pause.

Avec un peu plus d'adresse et de lucidité, Alex Dobre aurait pu permettre au DFCO de ramener deux points de plus.

La stabilité avant tout

Les coups-francs s'enchaînent à la sortie des vestiaires et si la tentative de centre de Pi est mal négociée, Ngouyamsa reprend bien le ballon dégagé et forcent les Bastiais à se jeter sur le ballon pour le contrer. Reynet devance les deux attaquants de Bastia qui se présentent face à lui, et trouve Le Bihan, le seul attaquant à ne pas être hors-jeu. Il tire droit sur le gardien, Placide repousse dans les pieds de Dobre qui frappe fort... sur l'équerre du Sporting ! Dijon se procure les meilleures occasions depuis quelques minutes.


Scheidler part quelques instants trop tard (ou est servi un poil trop tard par Fofana) et voit le drapeau de l'assistant se lever pour un hors-jeu, alors qu'une bonne situation se présentait. Passé le quatrième quart d'heure, Bastia commence à sortir la tête de l'eau, d'abord par Anthony Robic, ancien rival du DFCO à ses heures nancéiennes. Sa tête suite au service de Santelli, qui passe un match assez compliqué, passe au dessus des cages de Dijon.


La plupart des occasions dangereuses viennent de centres maladroits ou de reprises manquées. Congré dégage in extremis le centre de Julien Boyer, qui filait devant les cages. Guidi reprend de la tête un coup-franc de Salles-Lamonge à la 74e mais lui ne plus ne peut trouver le cadre. Ahlinvi remplace Le Bihan dans le dernier quart d'heure, et Dijon pousse un peu plus après ces quelques instants en faveur des Corses. Dobre contre un dégagement qui manque de peu de surprendre le gardien.

Premiers pas en Ligue 2 pour Ali Saïd, dont la vitesse est l'atout principal.
Premiers pas en Ligue 2 pour Ali Saïd, dont la vitesse est l'atout principal.

Le Comorien Enji Ali Saïd prend place sur la pelouse à la 86e à la place de Romain Philippoteaux, mais il n'aura pas l'opportunité de briller pour sa première apparition. La défense des Rouges, elle, rassure et éloigne le danger à maintes reprises sans concéder de tir jusqu'à la fin de la partie. Une petite consolation dans un match très fermé, où vraisemblablement aucune des deux équipes ne pouvait se permettre de perdre.


Le DFCO assure le strict minimum de son déplacement à Bastia, mais aussi le maximum, visiblement, puisqu'aucune équipe ne s'est imposée à Furiani depuis le début de la saison et une bonne partie de la saison passée également. Un résultat correct, tout comme le contenu du match, qui ne doit pas faire oublier pour autant les derniers faux pas de Dijon, en particulier à domicile. Dijon décroche donc son trentième point et se place 12e avant de se déplacer à Dunkerque, 19e, ayant tout juste perdu contre la lanterne rouge.

@No_Vak


LES NOTES

Homme du match : Coulibaly (7)

Passé quelques minutes un peu fébriles, il s'est montré irréprochable. Il a multiplié les interventions décisives, avec beaucoup de sang froid et d'anticipation, face à des Bastiais certes brouillons mais déterminés. Peut-être son meilleur match de la saison, ou pas loin.

Reynet (5.8) : Son dégagement trouvant Le Bihan aurait pu se muer en passe décisive, avec plus de réussite. Peu sollicité, il a sorti les quelques ballons qu'il fallait, sans être toujours très serein. Ça n'en fait pas moins une 3e clean-sheet en 4 matchs à l'extérieur. Pas si mal en fin de compte !


Traoré (6) : un match sérieux sur son côté droit. Il n'a laissé que très peu d'espace à ses vis-à-vis et n'a jamais été vraiment mis en difficulté. On lui reprochera seulement de s'être montré trop timide dans l'apport offensif.


Congré (6.7) : moins sollicité que son compère de la charnière centrale, il n'en a pas moins rendu une copie tout à fait satisfaisante, marquée par beaucoup de sérénité et de duels remportés. A deux doigts d'ouvrir le score dès le début du match.


Fofana (6) : il est monté en puissance au fil du match. D'abord un peu emprunté et parfois brouillon, il s'est peu à peu mis au diapason de la bonne prestation défensive de son équipe et a réalisé une deuxième période de qualité, avec des tacles très justes. Comme Traoré, il aurait pu se montrer plus entreprenant offensivement.


Ngouyamsa (6) : Patrice Garande avait souligné qu'il avait les qualités pour jouer dans l'entrejeu, l'avalanche d'absents l'a encouragé à sauter le pas. Une bonne inspiration car pour un premier match à ce nouveau poste, Ahmad a rendu une copie très satisfaisante. Intéressant dans la récupération, il a par ailleurs quasiment toujours cherché à jouer vers l'avant et s'est fendu de quelques très belles transmissions. A revoir à ce poste.


Pi (4.7) : un match en demi-teinte. S'il n'a pas commis de grosses erreurs, il n'a pas non plus été très tranchant, ni dans la construction du jeu ni dans les tâches défensives. Une forme de timidité et de retenue qui devient récurrente et qui limite malheureusement grandement son apport dans le collectif.


Philippoteaux (5) : un match correct, sans plus. Quelques bons déplacements, un ou deux centres intéressants, notamment pour la tête plongeante de Dobre mais globalement un impact dans le jeu un peu trop limité pour constituer vraiment un danger pour la défense adverse. Remplacé à la 87e par le tout jeune Enji Ali Saïd, pour ses premières minutes en professionnel.


Le Bihan (3.8) : moins perdu dans son placement que contre Pau, il n'a toutefois jamais su adapté son jeu à ce nouveau positionnement. Rarement face au jeu, il a très peu participé à la construction et n'a pas fait de différence balle au pied. C'est finalement lorsqu'il s'est retrouvé aux avant-postes, ou sur des contres, qu'il s'est montré le plus intéressant. A son poste habituel, en somme. Remplacé à la 76e minute par Ahlinvi, qui a cherché à porter le jeu vers l'avant, sans se montré très inspiré. Le fait qu'il ait perdu sa place au milieu de terrain


Dobre (5) : toujours une énorme débauche d'énergie, à la fois pour proposer des solutions sur son côté et devant, et également pour participer au repli défensif. Avec plus de réussite (ou de réalisme), il aurait pu, à deux reprises, trouver le chemin des filets. Nettement plus brouillon en fin de match, on comprend pourquoi.


Scheidler (4) : pas un grand match de sa part. S'il a souvent été bien placé et fait les appels dans le bon intervalle, il a quasiment toujours péché dans le dernier geste, le dernier choix, la dernière course. Au global, très peu d'occasions franches et pas mal de déchet.


MOYENNE : 5.5

@Gus21

415 vues2 commentaires