Bastia 1-0 DFCO : vergogna

Les défaites de Dijon sont comme les bus : elles mettent du temps à venir mais elles arrivent souvent deux par deux ! Après un match raté contre Annecy malgré la domination (stérile), cette fois le DFCO est bien tombé sur plus fort que lui sur l'Île de Beauté, dans une partie très compliquée où les Rouges ont attendu les dix dernières minutes pour tenter leur première frappe au but.

Malgré les blessures de Zargo Touré, Nassi et Assalé, ainsi que de petites alertes la veille du départ sur l'état physique de Congré et de Thioune, une composition plutôt équilibrée et ressemblant à une « équipe type » est alignée à Furiani. Omar Daf choisit de titulariser les deux joueurs incertains et de passer en 4-3-3, sacrifiant Bryan Soumaré en le laissant sur le banc. Rocchia réintègre le onze de départ alors que Traoré peut souffler, remplacé par Ahmad Ngouyamsa dans le couloir droit.

LE MATCH

Il y a certains débriefs plus difficiles à écrire que d'autres, tant les mots sont durs à trouver pour décrire ce qu'il s'est passé au stade Armand-Cesari lors de la 7e journée. D'entrée de jeu, Christophe Vincent essuie ses crampons violemment sur la cheville de Rocchia et écope d'un carton jaune, alors que le latéral se tord de douleur mais reprend sa place, avec difficulté. Techniquement, les deux équipes ont plutôt du mal avec le ballon sur une pelouse qui, conformément à sa réputation, n'est pas idéale.


Les initiatives proviennent presque toutes du côté de Rocchia, qui tente de déborder avec sa vitesse, dans le premier quart d'heure. Alors que rien ne se passe dans une partie très hachée, Xande Silva sort sur blessure en se tenant derrière la cuisse à la 27e minute et est déjà remplacé par Bryan Soumaré. Sainati vient mettre sa tête sur un corner, si cette première tentative du match est bien cadrée elle est également facilement captée par Baptiste Reynet.


Agacés par un début de match très tendu et très peu qualitatif, les deux entraîneurs écopent d'un avertissement à la 37e minute. Puis, c'est Daniel Congré qui rentre dans les notes de l'arbitre, une décision tout à fait justifiée alors que Santelli sort pour soigner son arcade sourcilière, qui saigne abondamment. Heureusement, le coup franc de Kaïboue passe nettement au-dessus des cages.


Dijon subit et Reynet est sollicité sur cette frappe lourde de Van Den Kerkhof. Il la détourne en corner. Puis, une erreur de Coulibaly offre un trois-contre-un au Sporting, mal joué par Alfarela qui choisit de servir Vincent, marqué par Ngouyamsa. Le Camerounais bloque la frappe instantanée. Les locaux exigent un penalty pour une prétendue main de Ndong dans la surface sur le corner suivant, qui n'est logiquement pas accordé. Jordan Marié prend aussi un carton jaune avant le retour aux vestiaires, très mouvementé avec une dispute initiée par un membre du staff bastiais bousculant le remplaçant Traoré, qui ne se fait pas prier pour répondre. Toute la troupe du DFCO refuse de rentrer dans le tunnel en même temps que le groupe adverse.


De mal en pis

Loum Tchaouna entre dès la reprise du jeu et fait sa première apparition avec le maillot dijonnais, le DFCO passe en 4-2-3-1. Soumaré se tient les côtes suite à un contact, coup franc pour Dijon : Rocchia récupère le ballon sur la passe transversale mais sa passe adressée à Jacob est trop appuyée et file en touche. Comme un symbole. C'est au tour de Kaïboue de prendre un carton jaune après avoir bousculé Tchaouna qui partait seul au but sur une passe un peu hasardeuse.


Celles de Bastia sont bien plus menaçantes, Alfarela prend l'espace à la limite du hors-jeu en profitant d'un placement très étonnant de Congré, Coulibaly et Ngouyamsa, qui ne sont ni alignés ni coordonnés. Reynet s'avance de sa ligne avant de s'arrêter à mi-chemin et laisser l'espace à l'attaquant de tirer sans pression, la frappe molle finit dans le but alors que le portier la touche (1-0, 55e).

La passe dans l'axe était évidente et simple à réaliser pour Kévin Van Den Kerkhof.

Au vu de la physionomie du match, l'ouverture du score fait très mal car Dijon n'a jamais, à aucun instant, été en mesure de menacer le Sporting. Coulibaly prend son propre jaune pour sa très mauvaise faute à l'entrée de la surface. Cette fois, Baptiste Reynet est décisif en détournant la tentative puissante en corner avec l'aide de ses poignets. Sur le coup de pied arrêté, il se détend pour claquer la tête au premier poteau et écarter le danger.


Un peu de changement à la 65e minute : Jacob sort pour Camara et Traoré prend la place de Ngouyamsa. Cela n'empêche pas les Bastiais de poursuivre leur marche en avant, une frappe d'Alfarela fuit de peu le poteau de Reynet. Si nous rejoignons nos confrères du Bien Public pour dire que le niveau technique de cette rencontre est abyssal, cela s'applique bien plus à Dijon qu'aux Corses, après cette perte de balle étonnante dirons nous de Tchaouna sur le côté gauche.

La deuxième mi-temps est bien moins interrompue que la première mais reste très engagée, Dijon répondant timidement au défi physique imposé par les joueurs de Régis Brouard. Rocchia dégage en corner de la tête un centre sans danger, alors qu'aucun bleu ne se trouvait à proximité et concède un autre corner, sans aucune raison valable.


Lucas Deaux entre a la 73e, lors du tout premier corner du DFCO dans cette partie, sans conséquence. Mais le match va de nouveau prendre un tournant pour le pire avec l'expulsion de Christopher Rocchia (80e minute), qui va disputer un duel aérien avec le coude en avant sur le latéral droit bastiais. Un rouge qui a pu en étonner certains mais qui parait justifié. En revanche, d'autres gestes ont été bien pires au cours de cet affrontement et n'ont pas été sanctionnés d'une expulsion directe.

La réaction du SCB était particulièrement virulente sur la faute de Rocchia, qui met du temps à sortir du terrain alors que Dijon est mené...

Le jeu est régulièrement interrompu et les acteurs ne font rien pour rendre le spectacle plus agréable. C'est finalement à 10 contre 11 que Dijon aura sa plus grosse occasion du match. Et quelle occasion ! Rien de construit, bien entendu, mais une erreur de Ndiaye qui s'emmêle les pinceaux et qui profite à Tchaouna. Le jeune attaquant récupère le ballon très haut, décale Camara qui avait bien suivi sur sa droite et frappe au sol... sur le poteau de Placide !


Il aura fallu attendre 87 minutes pour voir le premier tir dijonnais. Le second arrive dans la foulée avec un bon coup franc accordé au DFCO, mais la frappe de Le Bihan est trop axiale. Ce sera le seul tir cadré de la partie pour les Bourguignons.


Il ne sert à rien de pointer du doigt le jeu relativement violent de l'adversaire, qui sortait de trois défaites consécutives et qui avait besoin de se rattraper devant son public. Le corps arbitral est là pour appliquer les règles et les nombreuses fautes du SCB (21, contre 10 sifflées contre Dijon) n'étaient presque jamais dans leurs 30 derniers mètres et n'auraient pas pu se transformer une arme pour le club du continent, qui n'a jamais semblé en mesure d'inquiéter son adversaire par le jeu non plus.


Il faudra se poser des questions et les bonnes, cette semaine à l'entraînement, pour remettre en cause le comportement aussi indigent qu'indécent des Dijonnais sur la pelouse du stade Armand-Cesari. Des supporters ont traversé le pays et la mer Méditerranée un vendredi pour assister à une prestation honteuse du DFCO, probablement l'un des pires matchs (si ce n'est le pire) depuis le 8-0 infligé par le PSG au Parc des Princes. Si le score n'est pas aussi dramatique, le spectacle l'est tout autant.


LES NOTES

L'Homme du match : Baptiste Reynet (5.9)

Fébrile sur le but encaissé, mais il y a des limites à ce qu'un gardien puisse faire pour sauver les siens quand ses défenseurs l'abandonnent. Avant et après l'ouverture du score, Reynet a été l'auteur de plusieurs arrêts très importants qui nous ont laissé au contact de Bastia. C'est largement grâce à lui que Dijon n'est pas passé loin du hold-up en fin de rencontre.

Ngouyamsa (3.1) : mauvais début de saison pour le latéral droit, qui est encore passé à côté de son match. Remplacé à la 65e par Traoré, qui n'a pas vraiment eu d'influence sur le jeu ni sur le résultat.


Coulibaly (3) : pour un défenseur de son expérience, dans la fleur de l'âge, ce match n'est pas pas loin d'être un scandale. Souvent dominé physiquement, par Alfarela qui fait pourtant vingt centimètres de moins que lui, mais aussi techniquement.


Congré (2.8) : en retard sur le but, en retard sur les interventions, il y a une sérieuse remise en question à faire pour ce défenseur, qui n'a pas honoré son brassard hier soir.


Rocchia (2.6) : il aurait pu être le détonateur, mais c'est lui qui a explosé en vol. Après dix bonnes premières minutes de sa part, il a craqué sous la pression et était souvent dépassé, puis a fait une faute grossière menant a son expulsion. Sa deuxième en deux rencontres. On attend qu'il progresse en maturité.


Thioune (2.9) : techniquement hors sujet, absent dans sa qualité première de récupérateur. Match raté de bout en bout. Remplacé à la 73e par Lucas Deaux, que nous sommes heureux de retrouver la pelouse, malgré son entrée quelconque.


Marié (3.1) : contrairement au dernier match, Jordan était en grande difficulté et constamment dominé, sevrant ses attaquants des ballons qu'il est habituellement capable de distiller. Remplacé à la mi-temps après un mauvais début de match et avoir écopé d'un carton jaune, par Loum Tchaouna (3). Le jeune rennais n'a pas eu le match le plus facile pour ses débuts et a raté beaucoup des choses qu'il a entreprises. Mais il aurait pu être décisif et héroïque avec ce ballon chipé en fin de match, ce n'est pas passé loin.


Ndong (3.6) : assez invisible sur le terrain, il n'a pas retrouvé son bon niveau affiché depuis le début de l'exercice. Il nous aurait bien été utile d'avoir un expert de l'interception comme Didier ce vendredi soir. Trop de passes latérales pour espérer amener le danger


Jacob (1.8) : quel non match total de la part de notre meneur de jeu ! Dijon jouait à 10 avant même l'expulsion. Aucune influence sur la rencontre et les transitions, très peu d'importances dans le pressing assez vain... A sa décharge, on a vraiment le sentiment qu'il évoluait dans un rôle qui ne lui convient pas. Remplacé par à la 65e Camara, qui a gâché de peu cette occasion de rentrer à Dijon avec un point. Il ne manque pas grand chose pour enfin avoir plus de réussite.


Xande Silva (non noté) : sa sortie en début de match est peut-être un tournant, nous ne le saurons jamais. Mais il n'était pas menaçant dans les première minutes. Espérons avoir vite des nouvelles positives. Remplacé à la 27e par Soumaré (2.9), qui n'a jamais su prendre Dylan Tavares à défaut, malgré sa bonne volonté et quelques courses intéressantes. Il faut remettre la machine en route !


Le Bihan (2.5) : a paru exténué et complètement perdu, après son deuxième match d'affilée à courir dans le vent sans être servi. Ce n'est pas pour autant que nous excuserons son niveau technique très inquiétant. Espérons qu'il saura répondre présent après une bonne semaine de repos.


MOYENNE : 3.1

1 831 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout