• Gus21

[DEBRIEF] L1, J33 : Nantes - DFCO (1-1)

Enfin sur une bonne dynamique à l'extérieur, avec trois nuls et une victoire en quatre matchs, le DFCO se déplaçait à Nantes avec l'objectif de ramener au moins un point de la Beaujoire, pour assurer ainsi mathématiquement un maintien déjà considéré comme acquis. Et, pourquoi pas, pour rêver un peu plus haut. Les dijonnais ne repartent finalement de l'ouest qu'avec un seul point mais ont livré un match d'une grande maîtrise, prouvant qu'ils ont parfaitement entendu le message de leur coach : hors de question de gâcher la fin de saison !


Auteur de son 9e but de la saison, Chang-Hoon Kwon permet aux dijonnais de rapporter de Nantes un point amplement mérité

Les joueurs :


L'homme du match : Kwon (8) : déjà décisif lors de son entrée en jeu face à Marseille, puis auteur d'un bon match à Toulouse, en inscrivant au passage le seul but du match, le sud-coréen confirme son retour en forme sur cette fin de saison. Dans une attaque dijonnaise orpheline de ses deux meilleurs buteurs, Tavares et Saïd, il a été le principal danger offensif. Bien servi par le travail des autres milieux et par les déplacements de Jeannot, il a été un poison permanent pour la défense nantaise, qui n'a jamais eu une seconde de répit, tant l'ancien des Suwon Bluewings a fait courir des frissons à chaque prise de balle. Auteur de son 9e but de la saison sur un excellent service de Sliti et à l'issue d'un enchaînement contrôle-frappe ultra rapide dans un tout petit périmètre (65e), il s'est procuré la plupart des occasions dijonnaises et aurait peut-être pu s'offrir un doublé mais sa reprise en fin de match a manqué de puissance. Son meilleur match depuis sa période de feu fin 2017.


Reynet (6) : peu sollicité par une attaque nantaise maladroite et bien muselée par la charnière centrale dijonnaise, il a manqué de réussite sur le but nantais, entre le poteau qui renvoi le ballon dans l'axe et la main non sifflée de Sala, mais a été bien plus chanceux en fin de match lorsque le poteau a dévié extérieur une tête du même Sala. Pour le reste, il s'est surtout distingué en se montrant très propre et inspiré à la relance, mettant ainsi ses coéquipiers en position idéale pour construire leurs actions.


Chafik (7) : préféré à un Valentin Rosier qui tire un peu la langue en cette fin de saison, le marocain n'a pas ménagé sa peine pour rappeler qu'il a longtemps été titulaire quasi indiscutable sur le flanc droit de la défense. Il avalé les kilomètres, en se portant systématiquement vers l'avant lors des offensives dijonnaises et en proposant de nombreux appels, pas toujours bien utilisés par ses coéquipiers d'ailleurs. Un très bon apport offensif qui ne l'a jamais empêché de revenir sur les phases défensives et d'être rigoureux dans ses interventions. Un retour en forme pour celui qui espère enchaîner d'ici la fin de saison pour rejoindre la sélection marocaine en Russie.


Remplacé à la 75e minute par Rosier (non noté), qui a été plus mis en difficulté défensivement en un quart d’heure que Chafik pendant tout le reste du match. Décidément, le gamin a besoin de repos.