• No_Vak

[DEBRIEF] L1, J38 : DFCO - Angers (2-1)

Gus21 étant en vacances (certains se la coulent douce chez le Made in DFCO), je prends le relais pour débriefer la der' de cette saison 2017-2018 à domicile. Saison qui se conclut par une courte victoire assez peu convaincante, mais suffisante pour offrir une belle fête au public de Gaston Gérard, avec un petit air de vacances.


Le joueur de la saison a mené son équipe vers un 13e succès en Ligue 1.

Les joueurs :


L'homme du match : Amalfitano (7) : Comme à l'accoutumée, le relayeur nous a offert une performance de grande classe. Avec 86% de passes réussies et une implication sans faille, il a été précieux dans l'entrejeu Dijonnais notamment en deuxième mi-temps. Il a servi de repère a ses coéquipiers, notamment à Enzo Loiodice, et dictait le tempo de sa position reculée. Le couteau-suisse de l'équipe, celui qui te sert à la fois à couper le saucisson mais aussi à déboucher les bouteilles de rouge en pique-nique.


Reynet (6,5): Après une première demi-heure assez calme, Baptiste Reynet a dû multiplier les sorties dans sa surfaces pour prendre l'avantage sur Toko-Ekambi, trop souvent derrière notre ligne défensive. En deuxième mi-temps il subira une pluie de tirs et perdra un face-à-face qui mènera au but de Tait. Avec pas moins de 7 arrêts, le gardien a sauvé les siens à de nombreuses reprises. Prestation spectaculaire, et un peu chanceuse puisque deux tirs ont échoué sur ses montants. Comme un bon barbecue, il est rare de faire un grand match sans un peu de réussite.


Rosier (5): Depuis plusieurs matchs cantonné au côté gauche de la défense, le latéral droit retrouvait enfin son poste préférentiel. Son match est cependant assez quelconque, comme à chaque fois que vous décidez de passer un week-end dans le Jura, impossible de ne pas se dire "mouais, on a vu mieux". Il a tout de même pu s'illustrer par 4 dribbles tous réussis et deux frappes (non-cadrées). Travailler un peu sur son pied gauche lui ferait le plus grand bien, c'est ce qui semble être le point faible de son jeu.


Yambéré (3): A la ramasse sur le but du SCO, Yambéré a eu du mal à contenir Flavien Tait et à le rattraper, pas facile de courir en tongs. Globalement, Cédric ne transpirait pas la sérénité. Il a au moins eu le mérite de gagner la majorité de ses duels, mais ses adversaires se débarrassaient bien trop facilement de lui.


Varrault (10): Pour son tout dernier match sous les couleurs Dijonnaises, le capitaine rend une copie solide, n'ayant pas grand chose à se reprocher. Il a remporté 80% de ses duels et n'a pas paniqué une seconde lorsqu'il fallait se débarrasser du pressing des visiteurs. Finalement, il a surpris peu de monde en faisant un match sérieux jusqu'au bout, Varrault c'est ce pote qui ramène toujours du boulot avec lui et qu'on voit avec son PC et son téléphone en kit mains-libres sur la plage pendant que tout le monde est dans l'eau. Sorti sous une ovation, les supporters lui ont offert un bel hommage avant, pendant et après le match. On est pas près de t'oublier, Cédo.


Remplacé à la 84e minute par Lautoa (non noté): Il n'a presque rien eu à faire, et n'a d'ailleurs presque rien fait. Spectateur sur l'action qui a mené à un tir sur la transversale, il avait sûrement déjà la tête en Nouvelle-Calédonie.


Djilobodji (3,5): Pour ce qui est sûrement son dernier match avec Dijon, Papy a continué sur sa lancée. En vacances depuis 4 mois, il n'a pas paru très impliqué et était attentiste la plupart du temps. Pourtant, tout le jeu passait par lui : il a réussi 66 passes et n'envoyait pas de ballons en touche. Mais son manque d'inspiration assez flagrant a sûrement été l'un des facteurs qui a ralenti le jeu et offrait peu d'options de créativité aux Bourguignons.


Haddadi (5,5): Alors que beaucoup de ses camarades vont partir à la mer, Oussama lui a une autre destination en tête : la Russie. Original comme lieu où passer l'été me direz-vous ! Le latéral gauche mérite pourtant de faire partie du voyage avec la sélection tunisienne, et a bien fait passer le message hier. Avec 87% de passes réussies, les seuls ballons perdus était ses quelques centres un peu ratés. Il n'a pas mis l'équipe en danger et avait à cœur de bien terminer la saison. Rien d'exceptionnel cependant, son fait de jeu le plus marquant étant sa chanson pour le capitaine qui résonnait dans le stade après la rencontre.


Remplacé par Bouka-Moutou (non noté): Rentré pour une minute pour gagner du temps. Aucun ballon touché.


Loiodice (5): Alors qu'une page se tourne dans l'histoire du club avec le départ de Varrault, une nouvelle s'ouvre. Première titularisation pour le jeune milieu de terrain, qui fait de lui le plus jeune joueur à porter le maillot dijonnais en Ligue 1. Et une première relativement réussie ! Aux côtés d'Amalfitano, Enzo a su s'épanouir et en profiter pour jouer beaucoup de ballons (59), et réussir pas moins de 5 tacles, dont un crucial dans la surface de Reynet. Il a parfaitement répondu aux critiques qui le disaient encore "trop tendre" ou "trop immature" pour la Ligue 1. Seule ombre au tableau : il n'a pas pris beaucoup d'initiatives et se contentait souvent de rendre le ballon à ses partenaires, mais que ceux qui n'ont jamais refilé leur tour de vaisselle à leur fragin quand tout le monde est déjà dans la piscine lui jettent la première pierre !


Sliti (6): Toujours aussi facile et impressionnant balle au pied, cette fois ci Naïm a eu assez peu d'occasions de s'illustrer. Mais le peu de fois où il s'approchait des cages de Butelle, toute la tribune se levait. Il mystifie la défense à lui tout seul et force Capelle a inscrire un but contre son camp en première période. Avec 9 duels gagnés, le plus grand total du match, il est aussi auteur d'une passe décisive en fin de rencontre. Naïm Sliti, c'est cette glace deux boules que l'on déguste sur le port en fin de soirée, ça paraît si simple, mais c'est toujours aussi délicieux.


Kwon (3,5): Soirée cauchemardesque pour le sud-coréen. A peine 8 passes réussies, aucune occasion à se mettre sous la dent, il n'était pas du tout dans le tempo du match et Dall'Oglio souhaitait le faire sortir dès la 70ème minute. Seulement voilà, le destin étant cruel, Chang-hoon se blessera quelques secondes avant le second but dijonnais. Le verdict tombe très vite : rupture du tendon d'Achille. Scénario terrible pour celui qui réalisait une si belle saison avec Dijon, et qui devra voir ses petits camarades partir au Mondial sans lui. On lui souhaite un prompt rétablissement, et de vite revenir fouler les pelouses de Ligue 1.


Tavares (5,5): Assez invisible en première période, et en ayant gagné peu de duels, c'est comme un symbole que Julio inscrit le second but dijonnais un quart d'heure avant la fin en remportant son face à face. Encore décisif, il marque son 12e but cette saison en championnat. Il bat ainsi le record que Diony avait établi l'an passé (11 buts) et s'inscrit un peu plus dans l'histoire du club. Il est indispensable, et comme souvent c'est lorsqu'il est absent que l'on s'en rend compte. Un peu comme ton tube de crème solaire indice 50.


Clap de fin pour Capi, après 7 ans de bons et loyaux services.

Le match:


Une rencontre plutôt décevante tant le DFCO nous avait habitué à mieux. Les rouges sont tous des même les premiers à attaquer et dominent légèrement le début de rencontre. Après la sortie de Reine Adélaïde sur blessure, Naïm Sliti nous gratifie d'un festival dont lui seul a le secret : lancé sur le côté gauche, il élimine deux défenseurs angevins et centre fort devant les à l'intention de Kwon. Capelle est sur la trajectoire mais propulse lui même le ballon dans les filets. A ce moment, on se dit que Dijon a le match en main, mais les visiteurs vont commencer à reprendre les choses en main. Après quelques longs ballons captés par Reynet et tentatives de centres infructueuses, Toko-Ekambi va se procurer deux grosses ocassions coup-sur-coup avant la mi-temps, et buter deux fois sur le gardien. A la pause, les Dijonnais peuvent s'estimer heureux d'être toujours en tête.


De retour des vestiaires, les hommes de Dall'Oglio ne semblent pas du tout être investis et laissent trop d'espace au SCO : Tait tente d'abord une frappe un peu trop molle, mais va permettre à son club d'égaliser suite à un superbe une-deux prenant la défense de vitesse, et une finition pleine de sang-froid. Tout est à refaire à la 55e minute.

Dijon est asphyxié et subit le jeu. Les offensives angevines déferlent sur les cages gardées par Reynet, et ne sont pas loin de le faire craquer. Mais la force de caractère du DFCO n'est plus à démontrer, et c'est quand on l'attend le moins qu'il réagit : sur une passe millimétrée de Sliti, Tavares prend la défense de vitesse en partant à la limite du hors-jeu. Le cap-verdien ajuste le portier d'Angers et remporte son face à face. Kwon sortira sur blessure dans la foulée.

La réussite n'était pas du côté noir et blanc, puisque les attaquants d'Angers toucheront d'abord le poteau droit, puis la barre transversale du but dijonnais. Rien à faire, la chance était du côté bourguignon ce soir.


Dijon s'impose lors de cette ultime journée de championnat et termine 11e de Ligue 1. Une victoire contre le cours du jeu qui ne restera dans les mémoires que pour le record de Tavares, les adieux de Varrault dans le KOP Lingon's Boys, et la blessure de Kwon. C'était le dernier debrief de la saison, merci d'avoir suivi Made in DFCO tout au long de la saison, de nombreux articles sont encore à venir avant le début de la saison 2018-2019 !

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin