• Gus21

Reims 0-0 DFCO : Au bout de l'ennui

Mis à jour : 23 oct. 2018

En se déplaçant en terre rémoise, le DFCO avait deux objectifs : prendre des points, après les deux défaites de rang à domicile, et se rassurer dans le jeu, après la piteuse prestation offerte face à Angers. Au bout de l’ennui, les Dijonnais ont coché la première case. Pas franchement la deuxième.

Pour sa première titularisation de la saison, Fouad Chafik s'est montré convaincant (photo : DFCO / Vincent Poyer)

Les joueurs :

Rúnarsson (5) : une 3e clean-sheet préservée à la 25e sur une tête à bout portant de Chavarria puis du bout des gants à la 90e sur un centre-tir vicieux du même joueur. Peu sollicité à part ça, quelques interventions sérieuses, quelques sorties hasardeuses et des relances au pied à travailler.


Coulibaly (3,5) : assez fébrile et avec parfois des difficultés dans l’anticipation, sans grosse erreur néanmoins. A sa décharge, il n’a pas toujours été bien épaulé et jouait seulement son deuxième match en pro.


Ciman (5) : un meilleur match que contre Angers, ce qui n’était pas difficile. Quelques bonnes récupérations, une belle frappe à la 10e qui prenait le chemin des filets. Pour le reste, pas grand-chose à signaler. Il faut dire aussi qu’il a pris le minimum de risque. Plus rassurant mais pas encore convaincant.


Lautoa (5,5) : du bon et du beaucoup moins bon, notamment sur ce cafouillage à la 39e. Solide à part ça, il a globalement été, comme le reste de la défense dijonnaise, assez peu mis à contribution. Son association avec Ciman demandera à être revue face à un adversaire avec plus d’ambition.


Chafik (5,5) : pour sa première titularisation de la saison, sans faire un match étincelant, le Marocain a néanmoins marqué quelques points. Il a prouvé que la différence de temps de jeu entre lui et Rosier ne traduisait pas nécessairement une réelle différence de niveau. De plus, lui maîtrise les tacles glissés et les centres. Il mérite d’être vu plus souvent.


Remplacé à la 82e minute par Rosier (non noté), plein d’envie mais trop désordonné pour se montrer réellement dangereux.


Haddadi (5) : toujours quelques erreurs de relance dans l’axe, son péché mignon. Pour le reste, autant en panne d’inspiration que ses coéquipiers mais sur la lignée de son début de saison en termes de régularité. En progression.


Abeid (3,5) : en questionnement sur son avenir et pas assez convaincant aux yeux de son entraîneur d’après un récent article, l’Algérien n’a guère levé les doutes sur ce match. Pas assez saignant à la récupération et trop timoré dans la percussion, comme s’il jouait avec le frein à main. On se consolera avec cette stat : Abeid sur le terrain, c’est zéro but encaissé par le DFCO cette saison.


Amalfitano (4) : quelques bons mouvements dans la récupération. Voilà pour le positif. Pour le reste, un match bien triste, avec peu d’inspiration, des erreurs techniques, et globalement, un réel manque de mouvement. Le minimum syndical, à peine.


Marié (4) : une première cape cette saison, malheureusement emprunte de la même tonalité que beaucoup de ses précédentes sorties. Techniquement, ce n’est pas mal. Dans l’attitude, c’est d’un manque d’audace confondante. A sa décharge, sur ce match, toute l’équipe était sur ce tempo.


Remplacé à la 73e minute par Sliti (non noté), qui a rarement été aussi transparent sous les couleurs dijonnaises. Même pas sûr qu’il ait touché trois ballons dans la moitié de terrain rémoise. Décevant.


Saïd (2,5) : une belle percée à la 31e au bout de laquelle il obtient un bon coup-franc (qu’il a ensuite envoyé dans les nuages…). A part ça, le néant absolu. Après cette action, on ne l’a revu qu’au moment de céder sa place. Ennuyeux, à l’image de son début de saison.


Remplacé à la 73e minute par Keita (non noté), qui n’a pas été bien loin de faire la différence tout seul et de qui sont venues les rares éclaircies dans la grisaille du jeu dijonnais.


Tavares (3) : mangé par la charnière Engels – Abdelhamid, il a quand même gratté quelques ballons de la tête. Mais le bilan est bien maigre. Il faut dire aussi qu’il n’a quasiment jamais été cherché, encore moins trouvé. Un match ingrat et sans saveur.


Un kop visiteurs bien rempli, certainement la plus belle image du match côté dijonnais (photo : DFCO / Vincent Poyer)

Le match :

« Quand on ne peut pas gagner un match, il faut savoir ne pas le perdre » dit l’adage. « Quand on ne veut pas gagner un match, heureusement qu’on ne le perd pas » collerait plus au match livré par le DFCO à Auguste-Delaune. Très clairement, autant dans le schéma de jeu proposé que dans les intentions, et même les discours après la rencontre, il semble évident que les Rouges étaient venus en terre champenoise pour prendre un point et un seul.


L’analyse post-match d’Olivier Dall’Oglio, parlant d’un match de niveau Ligue 2, est assez juste. Entre deux équipes dont les premières priorités étaient de ne pas perdre et de ne pas prendre de but, on a assisté à un match terne, ennuyeux, marqué par un festival d’erreurs techniques et un manque flagrant d’ambition. Bref, une purge. Assez rare dans les habitudes dijonnaises pour être noté.


Assez solides défensivement et globalement appliqués dans la mise en œuvre des consignes, les Dijonnais se sont un peu rassurés sur ce plan là. On ne peut pas en dire autant sur les intentions de jeu. Le manque d’idée constaté en seconde période contre Angers a de nouveau été flagrant hier. Et surtout, on n’a jamais vu le surcroît d’agressivité, d’implication et de volonté que l’on aurait été en droit d’attendre en réaction à la dernière défaite. Comme l’a assez finement analysé le coach bourguignon, son équipe s’est montrée totalement inhibée par la peur de mal faire.


Résultat, elle n’a rien proposé. A part les quelques lueurs apportées par Keita, les entrants ont également été décevants et n’ont pas apporté cette étincelle qui aurait pu conduire au hold-up parfait. Espérons que ce point du nul, qui prolonge la série d’invincibilité à l’extérieur du DFCO, permettra de repartir sur des bases plus solides, alors que les Dijonnais sont engagés dans une semaine à trois matchs. Et que le prochain adversaire, à domicile, est un Olympique Lyonnais requinqué par son succès surprise en Ligue des Champions sur le terrain de Manchester City et sa large victoire en championnat face à l’OM.


Affaire à suivre...

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube