Décevant, le DFCO doit trouver des solutions

Le DFCO a réalisé une première partie de saison peu convaincante, et c'est peu de le dire. Il se retrouve d'autant plus dans le trouble en cette période hivernale des plus agitées. Il doit désormais trouver les solutions adéquates pour repartir de l'avant. Plusieurs membres de notre équipe dressent un bilan à la mi-saison...

Olivier Delcourt
Olivier Delcourt, entre autres, va devoir redresser la barre (© LeDijonShow)

Le recrutement estival :

Le mercato 2018 pouvait à première vue sembler comme le mercato idéal pour un club comme Dijon. Les cadres (Tavares, Amalfitano, Sliti) ont été conservés, idem pour nos jeunes révélations (Saïd, Rosier, Loiodice). Il y a eu les arrivées de plusieurs jeunes joueurs prometteurs (Keita et Runarsson; alors très inspirés pendant le mois d’août, Aguerd qui semble encore aujourd’hui avoir les épaules pour s’imposer dans le onze titulaire…). Ajoutons à cela le retour de blessure d’Abeid prévu au cours de l’été, et vous avez presque la recette miracle qui a fait tout le succès du DFCO sous Dall’Oglio.


Cependant, il est évident que tout ne s’est pas passé comme prévu. Les départs annoncés de Reynet et Varrault, leaders du vestiaire et représentants de l’identité dijonnaise depuis des années, dans leur mentalité mais aussi dans leur style de jeu (avec les défauts et les qualités que cela implique), sont peut-être l’une des raisons pour lesquelles Dijon ne met plus un pied devant l’autre. Aussi, même si l’on ne pouvait retenir Djilobodji cet été, il aurait dû être remplacé par un joueur de son calibre, et Laurent Ciman n’a pas répondu présent. Alors que Djilobodji était un membre indiscutable du onze de départ d’ODO, ce genre d’erreur de casting coûte très cher. Enfin, l’absence longue durée de Kwon a peut-être été sous-estimée par les dirigeants, et elle s’est faite ressentir non seulement dans le manque de profondeur de l’effectif mais surtout dans la qualité de notre attaque, si prolifique l’an dernier et pourtant si désespérante depuis 3 mois. On n'aurait pas été contre une arrivée supplémentaire sur le front de l’attaque.


Globalement, un manque d’ambition et l’envie de recréer la « recette DFCO zéro dépense » cet été a été un échec cuisant. On s’attend autre chose de la part de la cellule de recrutement mais surtout des décisionnaires en janvier.

- par @No_vak


Olivier Dall'Oglio
Certains choix tactiques ont été discutables, mais ne sont pas l'unique raison des problèmes (© DFCO)

Le jeu et les choix tactiques :

Nous l’avons suffisamment dit, le limogeage d’Olivier Dall’Oglio est à nos yeux une grande erreur. Cependant, cela n’empêche d’analyser là où le coach dijonnais a échoué sur cette première partie de saison. Et le principal échec semble clairement être cette volonté affichée, revendiquée, au point peut-être d’en devenir obsessionnelle, de vouloir absolument renforcer l’aspect défensif. De prime abord, difficile de ne pas être d’accord. En possédant la 19e défense avec 73 buts encaissés la saison dernièr