DFCO 0-0 Lorient : Voyage au bout de l'ennui

A bord de Lorient Express, Dijon n'a pu offrir à ses passagers qu'une copie insipide et frustrante. Le trajet jusqu'à la Ligue 2 risque d'être encore plus long que prévu...

Malgré l'entrée du "Maestro Glody Efficace", les Rouges n'ont su trouver la faille (photo Vincent Poyer / DFCO).

LE MATCH


Dès le début, c’est le DFCO qui prend les choses en main face à des Lorientais repliés en attente d’une opportunité de contre. Bien aidés par les largesses du milieu du FCL, on sent directement de l’allant chez les Dijonnais. Les Rouges sont à la construction et n’hésitent pas à mettre le pied sur le ballon (62% de possession de balle sur les 25 premières minutes).


Les éléments offensifs ont plus d’espace et cherchent à en profiter : autour de Konaté, le trio Baldé-Assalé-Dina permute et remue, sans toutefois trouver la faille dans les derniers mètres. La plus grande occasion de ce début de match est un dégagement raté de la défense lorientaise, contré par Assalé qui envoie la balle au-dessus de la cage (10e).


Si devant ce n’est franchement pas flamboyant, derrière la défense tient bon, compensant un milieu friable en proie à la panique sur chaque contre des Merlus. A la récupération dans leur moitié de terrain, les Dijonnais n’hésitent pas à relancer au sol, généralement par le côté droit de Chafik et Marié, dont ça a bien été le seul véritable apport au cours du match (voir notes).


Même s’il y a de la place pour construire dans la moitié de terrain des Bretons, les Rouges ont du mal à être dangereux dans la surface adverse, la plupart des occasions venant de centres à l’emporte-pièce ou de coups de pied arrêtés. Malgré un léger temps fort lorientais sur la fin de la première période (une tête de Morel…), la mi-temps se clôt sur un 0-0 qui reflète bien le morne spectacle proposé.


Un penalty raté, quelques centres…

Le deuxième acte n’est pas plus enjoué que le premier, à l’exception d’un penalty sifflé à l’encontre des Dijonnais après une sortie hasardeuse d’Allagbé sur Laurienté, à la limite de la surface. Le gardien béninois ne retire pas son bras à temps, le Lorientais touche sa main et s’écroule comme si il s’était pris un uppercut. Heureusement pour nous (et peut être dommage pour le spectacle), Wissa rate le péno et tire sur le poteau droit. Même le plus grand évènement du match, un potentiel tournant de la rencontre, ne donne finalement rien.


En dehors de ce coup de pouce des dieux du foot, les Dijonnais continuent sur la même dynamique que pendant la première période. On verra quelques incursions aux abords de la surface d’Assalé et Baldé, beaucoup de corners et coups franc lointains, sans succès et sans folie.


Les apparitions de Diop et Chouiar à l’heure de jeu n’y change rien, même si ce dernier fait une bonne entrée, créant de bons décalages, sans toutefois apporter l’étincelle suffisante, malgré sa belle frappe enroulée. Sur le corner qui suit, Baldé fait croire au but à tout le monde, avec une tête qui passe tout prêt de l’équerre de Nardi.

Deuxième titularisation et deuxième match convainquant pour Sacha Boey, arrivé en prêt de Rennes ce 5 octobre.

Seule éclaircie de l’après-midi : la solidité défensive

Alors que le score est toujours de 0-0, la fin de match est plus nerveuse pour les deux équipes. Les multiples ballons (ba)lancés dans la surface font planer l’incertitude sur les défenses. Côté Dijonnais, c’est là qu’on trouve la seule satisfaction. Menée par un grand Écuélé-Manga et un excellent Panzo, suppléés par un Boey prometteur, la défense dijonnaise tient bon et fait preuve de sérénité et solidité, à l’image des interventions très propres et importantes de la charnière centrale en fin de match.


85e minute, BEM compense l’hésitation d’Allagbé et intercepte un ballon dangereux, superbe retour de Panzo à la 87e sur Wissa. Dans les arrêts de jeu, chaque équipe se laisse une chance d’enregistrer un tir cadré sur la feuille de match. Laurienté d’abord, tente sa chance de loin directement sur Allagbé.


Dernier frisson dans le stade vide, Baldé hérite du ballon aux abords de la surface avec tout le temps du monde pour armer une frappe lourde, fuyant de peu le cadre. L’arbitre siffle la fin du match dans la foulée, un 0-0 bien terne qui ne fait pas les affaires du DFCO.


par @EtienneLVK



COUPS DE PIEDS ARRÊTÉS ET DEMI-OCCASIONS


La déception est une nouvelle fois au rendez-vous, les semaines se suivent et se ressemblent pour les supporters du DFCO. D’abord motifs d'espoir avec une entame cohérente et dominante sur la formation de Christophe Pélissier, les bonnes intentions se sont transformées en doutes, à l’image d’une fin de mi-temps avec la tête sous l’eau.


Et le cours du match aurait pu être totalement bouleversé si nous savions mieux exploiter les coups de pieds arrêtés, encore une fois. Mais Jordan Marié est il seulement joueur le plus à même de les tirer dans cet effectif? Les combinaisons semblaient mal exécutées, et ce malgré la très bonne tête de Baldé qui aurait pu faire mouche.

Chafik a su enrayer les percées de Yoane Wissa (photo AFP).

On a vu les attaques placées dijonnaises largement pencher du côté droit de Fouad Chafik pendant toute cette période, jusqu’à sa sortie après l’heure de jeu. Le latéral apportant le surnombre offensif lorsque Marié prenait sa place dans son couloir, le milieu de terrain lui offrant souvent d’intéressants ballons dans la profondeur. Malheureusement, les centres du marocain n’étaient pas toujours à la hauteur des attentes. On peut au moins admirer son repli défensif sans faille tout le long de sa présence sur la pelouse, intervenant parfois en dernier rempart pour éviter une sortie à Allagbé.


Le portier béninois a, malgré son premier clean-sheet de la saison, à nouveau démontré sa fébrilité dans les sorties et les duels face aux attaquants. Et paradoxalement, s’il n’avait pas fait cette faute et provoqué le pénalty, il aurait très probablement encaissé un but. Cette nouvelle alerte, heureusement sans frais, doit remettre le débat du gardien titulaire au cœur des préoccupations de Stéphane Jobard. Tester Racioppi pour quelques matchs pourrait permettre à Allagbé de progresser, en instaurant une rivalité saine.


Dans l’ensemble du match, les Lorientais ont posé des problèmes au DFCO et n’ont laissé que très peu de vraies bonnes opportunités, la majorité des tirs bourguignons ayant pour origine l’extérieur de la surface (comme le montre bien cette infographie des xGoals). Plus de détails : https://understat.com/match/15837



La statistique de 0.38 xG confirme que malgré les 11 tirs, aucun d’entre eux n’avait une chance réaliste de battre Paul Nardi. D’ailleurs, seuls deux d’entre eux ont été cadrés. Mais le vrai problème réside dans la création de bonnes opportunités de but. En combinant ce facteur avec la maladresse de nos joueurs offensifs devant les cages, on ne peut pas espérer avec réalisme autre chose qu’un score nul et vierge (même si les Expected Goals de Lorient sont largement gonflés par leur pénalty manqué à 0.76).

Le message des Lingon's Boys en avant match n'a visiblement pas été entendu.

On peut tout de même souligner l’énorme travail de la défense dans son ensemble, qui a parfaitement enrayé le plan de jeu en contre du FC Lorient. Menée d’une main de maître par Écuélé-Manga qui ne porte jamais mieux le brassard que dans de telles matchs, Jonathan Panzo a lui aussi fait moins d’erreurs et bien épaulé le gabonais. Sacha Boey côté gauche, sur son mauvais pied, a également apporté sa pierre à l’édifice et facilité le travail de ses compères grâce à des interventions bien maîtrisées, sans prise de risque.


Enfin, la qualité de la relance était correcte, bien plus acceptable que lors de certains matchs cette saison. Fermer la porte à des erreurs de débutants à l’arrière permet forcément de gagner en sérénité et se projeter vers l’avenir avec un peu plus de confiance, et on espère que ce premier match sans encaisser de but sera le premier d’une longue série.


par @Novak


LES NOTES

L'Homme du match : Écuélé-Manga (6,9)

Enfin un match digne d'un capitaine. Propre, autoritaire, et influent. On ne va pas s'enflammer vu l'opposition proposée mais au moins, c'était propre et précis. On apprend à se contenter de peu.


Allagbé (3,3) :

Parfaitement respectueux des consignes gouvernementales, il a visiblement pris le temps de remplir son attestation avant chacun de ses sorties. NB : la note attribuée tient compte d'un +2 accordé à son montant gauche.


Chafik (5,5) :

Serein en défense, sans être non plus très sollicité. Des centres un peu à géométrie variable. Globalement une copie correcte. Remplacé à la 68e minute par Ngonda (non noté), entré pour solidifier le couloir gauche. Zéro blague.


Panzo (6,5) :

Quelques fébrilités mais, dans l'ensemble, un match au diapason de celui de son capitaine. Une charnière qui commence à se solidifier?


Boey (5,8) :

Il a prouvé qu'il pouvait être performant sur les deux côtés et pourrait s'avérer une bonne pioche. À confirmer.


Marié (3,3) :

Bon, Jo, comment te dire… Dieu sait que je t'ai souvent défendu et que je t'aime bien. Mais là, c'est cramé, fini, terminé, kaputt. Rendez-vous à la buvette à Genlis, poto.


Lautoa (3,9) :

Comme d'hab en fait. Dans son registre, il a fait le job. Le seul problème, c'est que son registre représente 30% de celui d'un milieu de terrain de Ligue 1. Chaud, du coup. Remplacé à la 58e minute par Diop (non noté), dont je refuse de parler.


Dina-Ébimbé (3,6) :

A fêté Halloween avec un peu de retard mais ça valait le coup. Son costume de Casper le petit fantôme était un chef d'œuvre ! Si même lui baisse les bras…


Baldé (4,1) :

Sûr qu’il a trompé sa go et qu'elle lui a collé un marabout au cul, car c'est pas possible d'avoir autant de situations et que ça merdouille à chaque fois ! À ce stade, c'est plus de la malchance, c'est une malédiction.


Assalé (3,9) :

Il a tenté, il a couru, il a proposé. Mais sans dynamite au bout du câble, même le meilleur des détonateurs n'arrive pas à créer la moindre étincelle. Remplacé à la 58e minute par Chouiar (non noté), qui a lui aussi tout tenté pour mettre le feu aux poudres, sans plus de succès.


Konaté (3,4) :

A passé une bonne partie du match à attendre vainement des ballons qui n'arriveront jamais. Et n'a pas été davantage capable de les apporter quand il est redescendu les chercher. Morne plaine. Remplacé à la 84e par Scheidler (non noté), qui sera titulaire en Ligue 2 la saison prochaine.


par @Gus21


MOYENNE : 4.6

Image issue de la série Chernobyl, de bon ton avec la saison que nous vivons...

Vous aussi, vous êtes des experts, et peut-être encore plus légitimes que nous pour noter la performances de nos Dijonnais après DFCO-FCL. Vous pouvez donner vos notes dans le sondage ci-dessous :

Si le sondage ne s'affiche pas sur votre smartphone, cliquez sur ce lien : https://forms.gle/ffHrf9JBx75K1Nir8

528 vues8 commentaires

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin