• No_Vak

DFCO 0-0 Nîmes : un pas dans la bonne direction

Mis à jour : 17 sept. 2019

Dijon récolte enfin son premier point de la saison, dans un match à sens unique au contenu prometteur. On peut regretter un manque d'efficacité offensive qui fait perdre 2 points aux Rouges dans un match crucial pour le maintien.


Le match

Sans Tavares, Sammaritano, Marié et Cadiz (blessé la veille de la rencontre aux ischios-jambiers), Dijon recevait une équipe nîmoise privée de son meilleur buteur, Duljevic, et de Denkey. Avec autant d'absents offensifs des deux côtés, un score nul et vierge était tout à fait prévisible.


Pourtant, le DFCO a fait preuve de créativité et a dominé la majorité de la rencontre. Après 10 minutes de bonne facture, le rythme redescend et Nîmes se procure même des occasions, rapidement anéanties par la charnière Ecuélé-Manga Aguerd, très bien dirigée par un Gomis intéressant pour sa première sous les couleurs dijonnaises. A la mi-temps, c'est la déception qui prédomine, tant le fond de jeu proposé par les locaux est pauvre face à une faible opposition gardoise.


Mais au retour des vestiaires, l'équipe est comme métamorphosée. et met la pression d'entrée sur le but nîmois. Mavididi, Pereira, mais surtout Baldé à six reprises, tenteront leur chance, sans succès.


"Malgré tout, les recrues ont apporté de la fraîcheur. J'ai l'impression qu'ils sont tous prêts physiquement. Il manque clairement les automatismes, mais ce que l'on a vu ce soir laisse beaucoup d'espoirs." nous raconte un supporter à la sortie de Gaston Gérard.


Les dijonnais déroulent et créent plus d'occasions que dans n'importe quelle rencontre cette saison. La plus dangereuse est l'oeuvre de Bryan Soumaré à la 81e minute, entré en jeu 3 minutes plus tôt. Il sert idéalement Mama Baldé dans la surface en profondeur après s'être débarrassé de son vis-à-vis et esquivé un tacle glissé, mais le Bissau-guinéen ne parvient pas à cadrer sa frappe. Le score ne bougera pas, en partie à cause de la fâcheuse tendance des visiteurs à gagner du temps à la moindre occasion et à se laisser tomber trop facilement. Les deux équipes se quitte dos à dos et le résultat semble plutôt arranger les Crocos.


Un état d'esprit positif

On a pu observer une formation dijonnaise dans une situation de domination pour la première fois en cinq matchs. Si tout n'est pas parfait, les phases de possession sont plus fluides qu'auparavant, et il en va de même pour les contre-attaques. Il y avait moins de déchets d'une manière générale, et une maîtrise du ballon visible (60% de possession) et plutôt bien exploitée par les Bourguignons. Cela passe par des courses intéressantes vers l'avant de la part des ailiers, des latéraux qui créent des brèches en apportant le surnombre comme Mendyl. Certaines passes audacieuses tentées par Ndong et Amalfitano n'ont malheureusement pas trouvé leur cible, mais les tentatives répétées des Dijonnais ont cassé plus d'une fois les lignes d'un Nîmes Olympique bien organisé, mais souvent pris de vitesse par les flèches que sont Baldé et Mavididi.


Un manque de confiance flagrant face aux buts

Cependant, avec ses 16 tirs tentés, Dijon aurait dû marquer au moins un but. Le problème de finition est toujours bel et bien présent dans les esprits, et plus le temps passe, plus il semble s'accrocher aux joueurs comme une malédiction. Le mental y est forcément pour quelque chose, et des joueurs qui ne sont pas en confiance sont moins susceptible de marquer. C'est le cas pour plusieurs joueurs au DFCO, mais plus particulièrement pour Baldé qui a tenté sa chance à maintes reprises, mais n'a toujours pas inscrit le moindre but. Il va vite falloir trouver le déclic pour être enfin tueur dans les face-à-faces qu'il se procure, soit grâce à ses appels dans la profondeur, soit par sa tendance à faire rempart de son corps pour protéger le ballon. Le retour de Tavares offrira une solution supplémentaire, et la montée en puissance de Mavididi nous donne bon espoir pour enfin débloquer le compteur but du DFCO, qui est plus que jamais le pire de Ligue 1.


La statistique qui fait mal : selon understat.com, Dijon aurait dû marquer déjà 5 buts cette saison compte tenu des occasions que l'équipe s'est procurée.


3 systèmes en 1

Joby a de nouveau innové lors de cette rencontre, en démarrant dans un schéma en 4-3-3, Mavididi seul devant et Pereira en meneur de jeu excentré à gauche, pendant près d'une heure. Ce système d'abord peu efficace s'est montré un peu plus intéressant en seconde mi-temps, jusqu'à la sortie de Balmont pour Chouiar. Le DFCO passe alors en 4-2-3-1, Matheus s'emparant de son poste de prédilection et devenant tout de suite plus tranchant, plus imprévisible et impliqué dans le jeu. Enfin, quand Soumaré le remplace, Dijon semblait plutôt organisé en 4-4-2, avec deux ailiers si haut qu'on pourrait croire à un 4-2-4 à la Monégasque 2016-2017. Les hommes de Jobard ont su montrer une certaine solidarité défensive et n'ont pas spécialement été inquiétés dans aucun des trois systèmes, solidarité qui permet au club d'obtenir son premier clean-sheet de la saison. De plus, la polyvalence de nos joueurs nous permet d'être très flexibles pendant une rencontre, un point à ne pas négliger pour la suite du championnat. Avec toutes ces solutions et ces nouvelles recrues, bien malin qui pourra trouver la composition de notre équipe pour le prochain rendez-vous (à Nice, le samedi 21/09).


Le Tweet du match :

Le grand vainqueur de ce soir nous vient de l'est de l'Europe, et après avoir fait semblant de s'intéresser au DFCO, il se permet d'insulter dans un débat sans animosité. Bel exemple d'expertise à la Française.


Les notes du match

L'Homme du match : Aguerd (7)

Pour sa deuxième titularisation consécutive, Nayef Aguerd est à nouveau notre Homme du match. Cette fois ci sa performance est bien plus intéressante : dangereux sur coups de pied arrêtés, dominateur dans les duels aériens et au coude à coude, il n'a pas été mis en danger par les attaquants de Nîmes. On en redemande.


Gomis (6.8) :

Pour sa première à Dijon, Alfred Gomis a démontré de très grandes qualités dans la communication avec sa défense et le contrôle dans sa surface. Ses sorties aériennes sont très rassurantes, et il sauve un tir qui aurait pu donner la victoire à Nîmes en fin de rencontre. Match très propre, clean-sheet mérité pour le Sénégalais.


Alphonse (4.1) : Après une première mi-temps dans laquelle il était souvent dépassé, il rend une copie sans bavure en seconde période. Match quelconque, sans folie.


Ecuélé-Manga (6.3) :

Sa meilleure prestation depuis le début de championnat. Bien que l'attaque nîmoise soit faible, il a su anticiper les ballons en profondeur et n'a pas mis ses coéquipiers en danger. Allez, encore un petit effort, on est tout près d'un match référence !


Mendyl (6.5) :

L'arrière gauche a lui aussi été convainquant pour sa première. Malgré un excès d'engagement qui lui a valu un carton jaune, il n'a pas été dépassé et apporte un "plus" sur les phases offensives, de par sa conduite de balle maîtrisée et sa capacité à accélérer. Peut-être une très bonne pioche du mercato. Remplacé à la 90e par Chafik pour éviter d'aggraver une petite blessure en fin de rencontre.


Amalfitano (3.6) :

Il a agacé les supporters au stade à cause de plusieurs passes ratées, faits particulièrement frustrants lorsqu'il s'agit de passes potentiellement décisives. Son travail à la récupération est donc un peu oublié. On est tout de même loin du RA20 des grands soirs.


Balmont (4) :

Le doyen de l'équipe n'a pas vraiment su accélérer le tempo quand il le fallait. Il est à l'aise cependant dans ce milieu à trois, et ça ne serait pas surprenant de le revoir bientôt titulaire. Il récupère à deux reprises des ballons mal donnés par ses coéquipiers. En revanche, ses CPA ont tous été mal tirés. Remplacé à la 58e par Chouiar, qui a failli marquer pour ses débuts à Dijon. Un peu trop "perso" parfois, il sait faire des différences individuellement, mais il doit penser à s'appuyer plus sur ses coéquipiers.


Ndong (4.1) :

Transparent en première mi-temps, il a pu se ressaisir et être à l'origine de plusieurs bonnes occasions après la pause. Pas un leader technique, mais il a le mérite de gagner ses duels. Son profil différent de ses coéquipiers du milieu de terrain lui permet pour l'instant de se démarquer malgré tout.


Baldé (4.8) :

Encore le même constat que lors des premières journées. Le joueur est très volontaire et n'hésite pas à faire les efforts, mais manque cruellement de lucidité dans les derniers mètres. Beaucoup de mauvais choix ou de frappe mal maîtrisées, alors qu'il aurait pu marquer à plusieurs occasions. Il se laisse tomber trop fréquemment, mais on sent un réel potentiel en ce joueur.


Mavididi (5.9) :

Un match très intéressant du numéro 9 du DFCO. Bon dans la conservation du ballon, vainqueur de plusieurs duels, très vif et à l'aise balle au pied, le britannique a semé la panique dans les rangs nîmois. Il ne manquait sûrement qu'un but pour le voir apparaître dans l'équipe type de la J-5 en Ligue 1.


Pereira (5) :

Peu à l'aise sur le flanc gauche, c'est finalement lors de son repositionnement au milieu qu'il aura su s'exprimer le mieux. Difficile de le critiquer alors qu'il n'a joué que 20 minutes à son vrai poste, on sent toutefois un gros potentiel technique chez ce garçon. Remplacé à la 80e par Soumaré, qui en quelques minutes seulement a su créer la meilleure occasion de la rencontre.


MOYENNE : 5.3

Ce samedi, Aguerd était le boss d'une défense impénétrable

NOTES DES LECTEURS

Plus indulgents que nous avec la majorité des joueurs, vous êtes bien d'accord pour élire Aguerd Homme du match.

734 vues3 commentaires

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube