• Gus21

DFCO 0-1 Monaco : quand ça veut pas...

Largement dominé face à Lille mercredi, le DFCO a cette fois fait quasiment jeu égal avec son adversaire du jour. Mais un manque cruel de réalisme et un arbitrage douteux l’empêche d’engranger au moins un point, qui aurait été amplement mérité.

Ndong au duel avec Tchouameni (© AS Monaco)

LE MATCH

Le onze de départ dijonnais (©DFCO)

Face à un AS Monaco capable du meilleur comme du pire et qui reste sur trois défaites de rang, David Linarès a opté pour une composition ambitieuse, dans son habituel 4-2-3-1 mais avec Dina-Ebimbe titularisé en relayeur aux côtés de Ndong, le couloir droit étant confié à Alex Dobre. Un pari audacieux mais plutôt séduisant et qui permet au DFCO de se montrer au niveau de son adversaire pendant les 15 premières minutes.


Malheureusement, en face, l'armada offensive monégasque a faim et exploite la moindre faille. Sur une action très fluide, et profitant d'un placement dijonnais un peu flottant, Volland ouvre le score après un une-deux avec Ben Yedder. Un coup sur la tête pour un DFCO jusque-là bien en place mais qui ne va pas rester longtemps apathique.


A la 41e minute, suite à un coup-franc de Celina, le ballon revient sur Dina-Ebimbe qui catapulte une reprise limpide dans la lucarne de Mannone... mais le but est refusé pour un hors-jeu d'Ecuele-Manga ! Peu importe que le capitaine dijonnais ne fasse pas action de jeu, soit à plusieurs mètres du gardien monégasque ni que la frappe de Dina-Ebimbe soit imparable, M. Stinat confirme la décision après avoir consulté la VAR. Cette même VAR qu'il n'avait pas pris la peine d'interroger sur cette faute extrêmement dangereuse de Tchouameni sur Dina-Ebimbe (26e), qui aurait mérité bien plus qu'un carton jaune.


Piqués par cette injustice flagrante, les Dijonnaise finissent bien la mi-temps, avec notamment une belle tête de Dobre qui frôle le cadre, mais rentrent aux vestiaires, comme mercredi, en courant après le score.

La carte de chaleur sur le match (© WhoScored.com)

Les Rouges entament la seconde période comme ils ont terminé la première, en mettant le pied sur le ballon et en dominant nettement les débats. Et l’égalisation est toute proche à la 51e minute, quand Tchouaméni loupe son intervention, laissant le ballon filer jusqu’à Konaté... qui, seul face à Mannone, envoie le ballon dans les travées de Gaston Gérard. Les hommes de David Linarès continuent à pousser et se procurent plusieurs occasions mais les tentatives de Celina (57e), Dina Ebimbe (59e) et Dobre (61e) passent bien trop loin du cadre.


Les débats s’équilibrent pendant un temps avec les entrées de Jovetic et Geubbels côté monégasque mais le DFCO reprend finalement l’ascendant dans le jeu et s’offre une nouvelle très grosse occasion à la 79e minute, mais la reprise de Dina-Ebimbe passe elle aussi au-dessus des cages. Comme pour frustrer encore davantage des Dijonnais clairement pas récompensés de leurs efforts, M. Stinat parachève son œuvre en ne sifflant pas une main monégasque dans la surface et, encore une fois, en ne consultant même pas la VAR.


Une dernière tentative signée Dina-Ebimbe (90e+4) ne changera rien : plombé par un arbitrage aux limites de la corruption et par un manque abyssal de réalisme devant le but, le DFCO s’incline alors qu’il aurait mérité d’engranger au moins un point sur ce match. Si, dans le jeu, on a vu des choses très intéressantes, le plan comptable ne suit pas et les Dijonnais ont maintenant peu d’espoir de passer les fêtes de fin d’année autrement qu’en position de lanterne rouge.

Les Expected Goals laissent des regrets... (© UnderStat)

LES NOTES


Homme du match : Dina-Ebimbe (6) : à part quelques difficultés à bien se positionner sur les phases défensives en début de match, il a clairement prouvé qu’il était bien plus à sa place à ce poste de relayeur axial qu’à un poste d’ailier. D’ailleurs, il a de suite été moins en vue quand il a repris le couloir en fin de match. A bon entendeur...


Racioppi (6) : les semaines se suivent et se ressemblent ; impuissant sur les buts qu’il encaisse, irréprochable dans ses interventions. Comme on dit chez moi, y’a de quoi se la prendre et se la mordre. Au moins, à ce poste, on gagne des certitudes.


Boey (4) : pris dans le placement, sans inventivité offensive et régulièrement à contre-temps, une partition à oublier. Boey sans sauvetage.


Ecuele-Manga (4,8) : soit disant hors-jeu sur le but de Dina, en dehors du jeu sur le but monégasque, plutôt bien dans le jeu à part ça. Globalement, il a joué le jeu.


Panzo (4,8) : a failli aligner une troisième disaster-class de suite avec cette intervention très limite sur Volland dès le début du match. Heureusement, il s’est repris après. Une prestation somme toute correcte, sans plus.


Ngonda (5,1) : pas grand chose à se reprocher, si ce n’est un peu plus de timidité qu’à l’accoutumée dans le domaine offensif. Un bon centre quand même, pas loin d’être décisif pour Dobre, en fin de première période.


Ndong (5) : a d’abord du beaucoup cravacher pour palier aux difficultés de Dina à trouver ses marques au poste de relayeur, notamment sur le repli défensif. Au fil du match, il a eu un peu moins de boulot et a même pu jouer vers l’avant. Sans magie mais sans trop d’erreur.


Chouiar (3,5) : a failli se blesser tout seul, a fait quelques bons replis défensifs et a tenté quelques débordements. Il a paru plus impliqué que sur les derniers matchs, en revanche, techniquement, il est toujours méconnaissable.


Remplacé à la 60e minute par Baldé (non noté), que l’on a hâte de revoir titulaire.


Celina (4,9) : parfaitement muselé par les milieux de terrains monégasques, il a éprouvé les pires difficultés à se sortir du marquage, ce qui a clairement nuit à son rendement et à l’allant offensif de toute l’équipe. Un peu plus libre en deuxième période mais aussi un peu plus de déchet qu’à l’accoutumée.


Dobre (4,5) : un match loin d’être inintéressant pour la première fois où il joue plus de 45 minutes en Ligue 1. Il a clairement pris de l’ampleur, tant physiquement que techniquement, par rapport à ses premières apparitions sous le maillot dijonnais. De Roumain de service à Roumain qui rend des services.


Remplacé à la 79e minute par Sammaritano (non noté), qui n’a pas réédité l’exploit de décembre 2016.


Konaté (1,5) : fraude : (n.f.) tromperie ou falsification punie par la loi. Synonyme : délit. A ce stade, on peut même parler de crime, contre le football.


Remplacé à la 70e minute par Diop (non noté), rentré pour casser des jambes.


MOYENNE : 4,6


Notez les joueurs du DFCO après cette défaite face à Monaco


334 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout