• No_Vak

DFCO 0-1 OL : Si proches et si loin...

Une nouvelle courte défaite pour le DFCO, auquel il n’aura pas manqué grand-chose pour espérer mieux. Encore une fois, l’équipe a manqué de réalisme et de créativité face à un gros du championnat qui n’a pas eu à forcer son talent pour gagner.

A l'image de l'équipe depuis 3 matchs, Ngonda a trop souvent été dépassé par les évènements...

LE MATCH

A l’annonce de la compo, on pouvait s’attendre à bien pire. En plein marathon pour ce troisième match en une semaine, qui plus est face au deuxième de Ligue 1 et après avoir affronté le leader, Linarès sort une compo qui, sur le papier, fait peur à beaucoup. Le 4-1-4-1/4-3-3 est reconduit, Lautoa en sentinelle derrière Diop et Ndong. A l’avant, le trio Sammaritano-Dina-Konaté est promis à un match difficile.

Et l’entame de match ne va pas atténuer les craintes des supporters dijonnais. La domination est clairement olympienne. Pendant la première demi-heure, on est face à une véritable attaque-défense. Le DFCO court, souffre, et ses tentatives d’offensives se résument essentiellement à des longs ballons ou des incursions par les côtés. Pourtant, les Rouges ont des opportunités sur contre. Dina de loin (8e) et Sammaritano sur une remise de Cornet (!) s’essayent à la frappe, sans succès.


« Racioppi il fait des dingueries » - Tout supporter du DFCO, 24h/24

L’OL dominateur a ses occasions mais bute sur Racioppi (17e, 19e), avant de finalement trouver la faille. Mauvais renvoi et désertion de Ngonda, Toko-Ekambi lance Paqueta qui conclut du plat du pied gauche (22e, 0-1). Juste derrière, Toko-Ekambi rate sa madjer seul devant le but ouvert (24e). On se dit alors que c’est parti pour la rouste.


Pourtant les Dijonnais vont bien réagir derrière cette ouverture du score. Maladroits, au bord de l’improbable, ils seront pourtant tout proches d’égaliser avant la mi-temps. Mais c’était sans compter l’efficacité froide de Konaté : but tout fait, tête manquée (31e), jeu en pivot interminable, frappe directement sur Lopes (36e). Sans négliger l’équilibre douteux de Diop.


On notera aussi une frappe désarticulée de Dina sur une remise improbable de Konaté en grand écart (41e) pour clore une première mi-temps où Sammaritano a bien failli marquer de la tête (27e) et sur coup franc (38e).


Mais même si tout cela était arrivé, ça n'aurait sûrement pas été l’action la plus absurde de la soirée.


« Racioppi il fait des dingueries », s'écrie un ramasseur de balles à la mi-temps, capté par un micro laissé ouvert de Téléfoot. Mais au retour des vestiaires, Lyon reprend de nouveau le contrôle du match. C’est moins amusant, mais il paraît difficile d’espérer mieux. On voit qu’il y a la place pour les Dijonnais pour remonter la balle au milieu, ce qui s’explique notamment par un surnombre au centre du terrain, mais les joueurs semblent trop limités pour déclencher des actions incisives et créer des différences en un-contre-un.

Didier Ndong, pourtant épaulé de Diop et Lautoa, semblait bien seul pour porter le milieu (et ses énormes c...rampons).

Surtout, il manque de la créativité et de la prise d’initiative individuelle, ce que va (un peu) combler la triple entrée combinée de Baldé, Celina et Chouiar. Ce dernier nous sort quelques dribbles, passements de jambes et prises de vitesse qui font du mal à Dubois sur le côté gauche dijonnais. Tandis que Baldé et Celina ajoutent pour un temps plus de fluidité, combinée aux courses incessantes de Ndong.


Un nouveau souffle insuffisant

Dijon a repris du poil de la bête mais ne se montre pas tranchant pour autant. Quelques bons mouvements et décalages pertinents amènent des opportunités : une bonne combinaison qui aboutit à une frappe contrée de Baldé (65e), débordement de Chouiar pour une frappe trop gentille de Celina (66e), frappe lointaine de Ndong (68e, entre autres).

Les Lyonnais n'arrivent pas à enfoncer le clou alors qu'il ne manque aux Dijonnais qu'un déclic devant, qui peut venir d'une erreur des bleus d'un soir. Mais ça n’arrivera pas, et Dijon finit par s’incliner sur le plus petit des scores, qui aurait pu être bien plus lourd sans des exploits de Racioppi (double parade à la 57e)


Finalement, ce match ressemble beaucoup au précédent face au LOSC. L'adversaire n'est clairement pas à son meilleur niveau et ne tue pas le match, mais les hommes de David Linarès n’arrivent pas en profiter. L’OL n'a pas eu besoin de forcer pour marquer, et encore moins pour contenir des offensives parfois timides, souvent anodines, et toujours mal conclues.


Le score aurait pu être plus lourd, mais les Dijonnais auraient aussi pu gratter un point avec plus de réalisme en première période, de créativité en deuxième.


- @EtienneLVK

LES NOTES :


L'Homme du match : Racioppi (7)

La vie d'une mère de famille qui a passé son samedi matin à nettoyer son appart de fond en comble et voit son mari rentrer bourré et gerber sur le parquet, pendant que le petit dernier pose une pêche sur le carrelage de la salle de bain. Généralement, ça rend fou au bout d'un moment.


Chafik (6) : m'en fous du match, juste voir Fouad à nouveau sur la pelouse, ça vaut au moins la moyenne. Et puis on ne va pas me faire croire que si Cornet a été aussi mauvais, c'est le fruit du hasard. Si ? Tant pis, toute façon, Fouad c'est le sang, voilà (voyez ici toute l'objectivité des admins, ndlr).


Écuélé-Manga (5) : capitaine d'un bateau ivre, qu'il voit tanguer, sombrer, flotter parfois, au point de parfois suivre le mouvement. Pas ce soir. Malheureusement, il y a déjà tellement de trous dans la coque que tenir la barre risque de guère signifier plus qu'être aux premières loges pour assister au naufrage.


Coulibaly (4.8) : je profite de cette tribune libre que m'offre inconsciemment l'équipe du Dijon Show pour faire un peu de lobbying. Sérieux Senou, tes visuels matchs là, c'est pas possible. C'est sûrement fait avec le cœur mais c'est pas digne de toi. Si tu veux, je te file l'adresse d'un p'tit gars qui débute, tu verras. Bon match sinon au fait.


Ngonda (4.2) : ça vient sûrement de son passé, lui qui a connu l'extrême pauvreté, mais c'est un mec généreux Glody. Par exemple, quand il perd un ballon dans sa moitié de terrain, il ne va surtout pas se mettre sur le chemin de l'adversaire. Donné, c'est donné !


Lautoa (3.6) : franchement ? Je sais pas. Le pire, c'est que je l'aime bien au fond Wes, c'est un bon gars. Et je voudrais pouvoir continuer à bien l'aimer. Pour ça, je pense qu'il ne faut plus que je le vois jouer. Remplacé à la 81e minute par Marié (non noté), pour la beauté du geste.


Diop (2.3) : la grâce de Sory Kaba, la douceur d'Abdoulaye Meïté, le sens du placement de Laurent Ciman, l'intelligence de jeu de Dylan Bahamboula et la coordination de Baba Tchagouni. La quintessence de ce que le DFCO a connu de mieux. Remplacé à la 59e minute par Celina (non noté). De l'ombre à la lumière. Le seul dans cette équipe qui puisse encore nous procurer des frissons qui ne soit pas d'horreur.


Ndong (5.1) : le football est un sport difficile, exigeant. Pour atteindre le haut niveau, il faut parfois souffrir. Mais ça ne justifie pas tout ! Contraindre n'importe quel joueur à évoluer dans un milieu à trois avec Lautoa et Diop, ça devrait être interdit par la convention de Genève !


Sammaritano (5.2) : on a vécu le Covid, le confinement, un mec avec un casque à cornes qui rentre torse nu dans le Capitole, Bigard et Afida Turner qui voulait se présenter aux élections... Mais tout ça n'est rien. Ce soir, on a failli voir Sam' marquer de la tête. Le plus fou ? Il l'aurait mérité. Remplacé à la 59e minute par Chouiar (non noté), qui va peut-être finir par comprendre que s'il n'y a eu aucune offre au mercato, ce n'est pas par hasard.


Dina-Ebimbe (5.4) : voilà, pour une fois qu'il arrive à faire les bons choix au bout de ses chevauchées, il faut qu'il tombe sur Konaté... Y'a de quoi se la prendre et se la mordre ! Remplacé à la 85e minute par Boey (non noté), à un poste inédit.


Konaté (2.9) : Monsieur ? Oui, vous, là. Vous qui venez de louper une tête à 10 mètres du but en étant tout seul. Vous qui tirez sur le gardien à 3 mètres. Bon, maintenant, il faut partir. Vite. Mais genre très, très vite. Ah et ramenez-nous Scheidler au passage. Remplacé à la 59e minute par Baldé (non noté), qui n'a rien fait d'inoubliable mais qui, lui, est un joueur de foot.


- @Gus21


Si le sondage s'affiche mal sur votre smartphone, cliquez ici.

274 vues6 commentaires

Posts récents

Voir tout

© Le Dijon Show, 2021

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin