DFCO 0-2 Annecy : l'avertissement

Asphyxiés par un pressing et une ligne défensive adverse très haute, les joueurs du DFCO sont rappelés à l'ordre en ce début de saison par un promu supérieur tactiquement. Les 14 fautes et 15 hors-jeux des Dijonnais ont largement contribué à ce premier revers de la saison.

Bryan Soumaré n'a jamais trouvé ses marques et a été le maillon faible de cette sale soirée.

Après le 4-3-3 aligné - avec brio - à Saint-Symphorien pour faire déjouer le milieu messin, retour au traditionnel 4-2-3-1 cher à Omar Daf pour affronter Annecy à Gaston Gérard. Sorti avec un petit pépin physique de la confrontation en Moselle, Didier Ndong prend place sur le banc au profit d'Ousseynou Thioune. Sur le côté gauche, Adama Fofana, jamais sur la feuille de match depuis le début de la saison, pallie l'absence pour suspension de Christopher Rocchia. Enfin, Daniel Congré, préféré à Senou Coulibaly, retrouve sa place dans le onze (et le brassard de capitaine). Pas de surprise pour le reste, Xande Silva enchaîne, alors que Jacob reprend le poste de n°10 dans ce système. Une organisation rodée qui, à domicile et au vu du classement, donne aux Dijonnais un évident statut de favoris.


LE MATCH

Considéré comme un promu qui ne ferme pas le jeu, Annecy fait honneur à sa réputation, en proposant un pressing haut plutôt qu'un bloc bas. Une attitude qui donne des débats équilibrés lors de l'entame de match, même si l'on sent que la maîtrise est plutôt du côté dijonnais. Un premier carton jaune reçu par Thioune dès la 5e minute vient rappeler aux Dijonnais que l'arbitrage français ne fait guère dans la nuance en ce début de saison. Il s'agirait de ne pas se laisser piéger !


Thioune va vite se faire pardonner de cette erreur précoce. Dès la 8e minute, il lance parfaitement en profondeur Bryan Soumaré. Alors qu'il a le choix entre la frappe directe et le jeu à deux avec Jacob qui a bien suivi, l'ailier dijonnais choisi la solution individuelle mais se heurte à Escales, le portier savoyard ! Première très grosse occasion du match et elle est pour le DFCO.

Après une entame équilibrée, Dijon domine assez nettement le premier quart d'heure, mais doit se méfier et arrêter de se précipiter. Les espaces sont là, les occasions viendront, il faut juste exploiter patiemment les lacunes d'une équipe décidée à jouer crânement sa chance. Le quart d'heure de jeu passé, le DFCO mène toujours les débats mais pèche par manque de précision, offrant des respirations, voire des munitions, à des Annéciens qui n'en demandent pas tant. Les instants qui suivent sont dans la même lignée. Le DFCO domine mais se précipite, multiple les erreurs techniques, les hors-jeu et les mauvais choix.


L'ancien dijonnais Clément Billemaz est très en vue et Annecy fait mieux que résister, en proposant notamment un défi physique de haut niveau, mais ne se montre guère dangereux. En découle un rythme étrange et une qualité de jeu, disons-le, assez médiocre, qui a le don d'agacer un Omar Daf, d'habitude discret, mais qui ne manque pas de rouspéter dans sa zone technique. À la 33e minute, Baptiste Reynet est même obligé de s'employer pour aller cueillir un ballon à l'extérieur de sa surface dans les pieds de Bosetti. Le même Bosetti est tout proche de tromper le portier dijonnais, avec une belle frappe croisée à la 37e minute, qui passe fort heureusement à côté des cages du DFCO.

La météo capricieuse n'a pas aidé les 22 acteurs, coupables de nombreuses erreurs techniques.

Cette action aurait dû forcer les Rouges à se méfier, comme un symbole de leur endormissement latent. Un manque de concentration qui va coûter cher. Testud est déséquilibré dans la surface par Zargo Touré, épaule contre épaule, puis par Reynet, alors qu'il a déjà frappé au but et raté la cible de peu. La situation peut certes sembler litigieuse mais semble licite. Pourtant, M. Rainville siffle un penalty en faveur des visiteurs !


Baptiste Reynet ne réitère pas l'exploit du week-end dernier. Le penalty d'Alexy Bosetti, parfaitement tiré, le prend à contre-pied (0-1, 40e). Un but légèrement contre le cours du jeu, mais pas de manière totalement imméritée tant le DFCO est médiocre. Dans la foulée, Zargo Touré, visiblement blessé sur l'action, est remplacé par Senou Coulibaly. La révolte dijonnaise est incontestable dans les intentions mais toujours aussi imprécise techniquement. La mi-temps arrive à point nommé. On imagine déjà qu'Omar Daf aura beaucoup de chose à dire à ses joueurs pendant la pause...


Drapeau levé

Au retour des vestiaires, Didier Ndong remplace immédiatement Thioune, qui est sous la menace d'une expulsion. Dijon, revenu avec de meilleures intentions, s'offre une première situation dès la 47e minute. Xande Silva remet de la tête un bon centre Le Bihan à destination de Soumaré. Le milieu dijonnais s'effondre au contact avec la défense savoyarde mais amplifie sa chute et, plutôt que d'obtenir un penalty, écope d'un jaune pour simulation.


Plus appliqués qu'en première période, les Dijonnais s'efforcent de jouer au sol mais se heurtent à un pressing plein d'abnégation des joueurs d'Annecy. Le DFCO essaie peu à peu de desserrer l'étau et s'offre une bonne situation à la 57e minute. Bien décalé côté gauche, Jacob adresse une frappe croisée du pied gauche, qui fuie assez largement le cadre d'Escales. Nouveau changement pour le DFCO quelques minutes plus tard: à la 61e minute, Camara remplace Valentin Jacob, qui vient de tenter sa chance.

A cause de sa précipitation, Xande Silva a été signalé 4 fois hors-jeu et a raté un trop grand nombre de gestes.

Annecy fait tourner la balle à l'entame de cette dernière demi-heure, balle sur laquelle les Dijonnais ne parviennent absolument pas à mettre le pied. Le rythme de la partie devient lénifiant. Les Haut-Savoyards se contentent de gérer intelligemment un DFCO incapable de trouver des solutions. Le seul motif d'espoir, bien maigre, vient de la baisse de forme progressive des joueurs adverses, qui semblent souffrir des efforts consentis dans ce match. De quoi ouvrir des espaces ? Rien n'est moins sûr, tant les Dijonnais semblent à court d'idée.


Soudain, le défenseur annécien Temanfo, auteur d'un excellent match jusque là, écope d'un carton jaune pour être rentré sur la pelouse sans autorisation après être sorti sur la touche pour soigner ses crampes. Mais le n°3 continue de contester auprès de M. Rainville jusqu'à se laisser aller à un excès de colère suivi d'un deuxième jaune et d'une expulsion un quart d'heure avant la fin du temps réglementaire ! Incroyable retournement de situation qui semble être le scénario idéal pour les Bourguignons.

Dans la foulée, Omar Daf effectue ses deux derniers changements avec les entrées de Ngouyamsa à la place de Traoré et de Jessy Pi à la place de Jordan Marié. En supériorité numérique, le DFCO pousse et va se procurer une grosse occasion. A la 79e minute, Fofana déboule dans son couloir gauche et adresse un centre au point de penalty pour Soumaré, dont la reprise est détournée par Escales d'une superbe parade ! Il se détend sur sa ligne, repousse le cuir sur son poteau et parvient ensuite à bloquer la tentative de Le Bihan en angle fermé.


Dans une soirée où décidément rien ne va et où le DFCO ne mérite pas grand chose avec ses attaquants signalés hors-jeu sur chacune que leurs courses, Annecy va finalement clore le suspens dans les arrêts de jeu. Le ballon est perdu sur une remise en jeu dijonnaise suite à une touche près du poteau de corner, Sahi hérite du ballon dans la surface, évite les défenseurs qui se jettent trop facilement et sert Steve Shamal. Le n°27 tire à bout portant et sa frappe détournée par Congré termine dans le petit filet de Reynet (0-2, 90e+2).


L'expulsion de Mouanga pour un deuxième jaune ne changera rien. Face à des savoyards vaillants et déterminés, qui ont intelligemment haché le jeu pour obtenir leur premier succès, le DFCO s'est montré bien trop limité dans tous les compartiments de jeu pour espérer un autre résultat, même face à un promu.

S'ils restent sur le podium à la faveur des nuls de Caen et Amiens, cette contre-performance retentissante va donner du grain à moudre à Omar Daf et forcer les Dijonnais à réagir s'ils veulent assumer leurs ambitions dans ce championnat. Ce n'est pour l'heure qu'un accident de parcours, peut-être salutaire pour ne pas surestimer la force de cette équipe. Aux joueurs et au staff de s'en servir pour repartir plus forts.

@Gus21

Seule satisfaction de ce match très décevant : l'intelligence de Jordan Marié, qui nous a encore mis sur le c**.

LES NOTES

L'Homme du match : Jordan Marié (6)

Il mérite depuis le premier match de la saison d'être cité parmi les meilleurs joueurs de chaque partie, mais il était encore un cran au-dessus de tout le monde hier soir. Dans une rencontre que l'on peine à emballer, l'enfant du club a absolument dominé au milieu de terrain et été à la fois la source créative principale mais aussi celui qui gratte le plus de ballons, avec un placement intelligent, des tacles millimétrés et beaucoup de sang froid. Il n'a pas déçu. Remplacé à la 76e par Pi, qui n'a pas la même activité et qui a été plus discret, sans faire de grosse erreur dans un instant où son équipe dominait mais sans non plus trouver les failles pour égaliser.

Reynet (4) : s'il concède sur deux des seuls tirs du FCA, le portier rouge fait un match très correct. Et ce malgré le penalty concédé (pour lequel il n'est pas en tort, contrairement au jugement de l'arbitre) et quelques imprécisions. Il poursuit sur son nouvel élan depuis le début de la saison, qui le rend plus rassurant.


Traoré (4,5) : d'abord à contretemps, il s'est mis dans le bon tempo à la demi-heure de jeu avec quelques bonnes interceptions et des tentatives intéressantes, en une touche, avec des longs ballons ou une percée dévastatrice qui aurait mérité mieux. Son taux de réussite reste un peu trop faible globalement. Remplacé à la 76e par Ngouyamsa, qui a eu le temps de placer une longue touche un peu dangereuse, sans plus. Il n'a pas été menacé par l'opposition.


Touré (non-noté) : contraint de céder sa place après avoir subi un coup, il est au coude à coude et gêne suffisamment le tireur, sans faire faute, sur l'action qui mène au penalty litigieux. Un match sérieux, dans la lignée de ce qu'il propose depuis le début de la préparation. Remplacé à la 42e par Coulibaly (5), qui a dominé grâce à son gabarit les attaquants d'Annecy mais qui aurait dû être plus vigilant sur ses appuis. Ils auraient pu le mettre en retard sur certaines situations. Nous dirons que c'était la faute de la pluie.


Congré (5) : taclé de manière très irrégulière et inutile par Vincent Pajot, qui s'en est bien tiré sur le coup, il a tenu sa place et n'a pas été trop fébrile dans une partie où les excursions des visiteurs étaient bien rares. Un peu naïf sur le deuxième but, mais il était déjà trop tard. Sa blessure à la cheville lui fera peut-être manquer le déplacement à Bastia.


Fofana (4) : comme son homologue à droite, Fofana n'a pas particulièrement impressionné pour sa première sortie de la saison. Il a constamment été dominé dans les duels par le latéral adverse Temanfo et a dû faire preuve de roublardise pour s'en sortir à plusieurs moments. Plus porté vers l'avant et plus juste après l'expulsion de son vis-à-vis, on peut lui reprocher quelques touches maladroites comme celle qui mène au second but.


Thioune (5,3) : très vite sanctionné d'une biscotte, après un tacle très dangereux sur lequel il se fait également marcher sur la cheville, Ouss' a été extrêmement important sur la première période, pressant haut sans faire faute et forçant l'équipe adverse à se débarrasser vite du ballon, ce qui a profité à notre homme du match. Plus en difficulté techniquement, il n'était pas aberrant de le voir être remplacé à la mi-temps par Ndong (4,5), surtout après l'ouverture du score. Didier n'a pas été exactement à son niveau habituel et a eu pas mal de déchet dans son jeu, même si sa vitesse et ses projections vers l'avant étaient appréciables.


Jacob (3) : pour sa deuxième titularisation, Valentin Jacob montre qu'il n'est pas encore totalement dans le bain et a montré, comme ses partenaires offensifs, ses limites lorsqu'il se précipite sous la pression de l'adversaire. Tout aurait été différent s'il avait eu cette opportunité de marquer en début de match... Remplacé à la 61e par Camara, dont on attend toujours un match référence. L'attaquant sénégalais a fait trop peu de différences, malgré son positionnement sur le côté gauche qui lui laissait le loisir de prendre de la vitesse. Il est d'ailleurs maladroit sur le deuxième but adverse et rend la balle sur un pressing qui ne paraissait pas si terrible que cela, vu des gradins.


Soumaré (1,5) : Bryan Soumaré a rarement, voire presque jamais déçu lorsqu'Omar Daf l'a titularisé depuis la J1. Mais cette fois-ci, nous n'avons pas reconnu le milieu offensif qui créait des situations à chaque ballon touché, dont les dribbles bien que prévisibles passaient très fréquemment... Après son raté à la 8e minute alors que son coéquipier était tout à fait libre, il a continué sur cette lancée en faisant tout à l'envers. Centres loupés, occasions de pénétrer dans la surface gâchées, son match est assez incompréhensible et a largement tiré vers le bas les autres éléments offensifs de Dijon. Nous ne pouvons qu'espérer que cela ne soit qu'un jour « sans ». Il n'y a pas de raison que le jeune Picard ne retrouve pas sa forme d'avant.


Xande Silva (3) : lui aussi passe de quelques « masterclass » à une prestation bien décevante, dans une moindre mesure. On a toujours senti cette étincelle lorsque le Portugais partait balle au pied, avec quelques dribbles qui sentaient bon le futsal et le football plaisir. Mais ses courses démarrées une fraction de seconde trop tôt ou ses déviations à l'aveugle non suivies par ses coéquipiers transforment un match qui aurait pu être héroïque en un sacré festival de manqués.


Le Bihan (3) : pas facile de se mettre au niveau, quand la plupart des efforts effectués sur la pelouse sont des sauts pour récupérer des ballons aériens contre plus grand que soi et des courses vers l'avant pour gêner le gardien sur ses relances. De la bonne volonté mais un manque criant de lucidité qui se paye cash, surtout quand les occasions sont si peu nombreuses et les opportunités de marquer en renard, comme à son habitude, viennent à manquer.

@No_Vak

MOYENNE : 4.1


JEUDI 1ER SEPTEMBRE : venez vivre la dernière journée du mercato estival en notre compagnie lors du Panic Live, en direct sur Twitch jusqu'à 23h00 (et plus si affinités).


640 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout