DFCO 0-2 Sochaux : la leçon

Dans une soirée où rien ne lui a souri, le DFCO a enchaîné sa troisième défaite consécutive en Ligue 2 contre des Lionceaux réalistes et pleins de confiance. Une confiance qui a certainement fait la différence dans une rencontre globalement équilibrée.

Les leaders de l'équipe ont besoin de se relever rapidement pour ne pas laisser Dijon sombrer avec eux.

Sans son facteur X(ande Silva), ni Zargo Touré, toujours blessé, Dijon se présente au Parc des Sports avec un 4-2-3-1 légèrement remanié. Loum Tchaouna vit sa première titularisation de la saison sur l'aile gauche alors qu'Adama Fofana compense l'absence de Rocchia suite à sa 2e expulsion, à Bastia. Pour le reste Omar Daf s'appuie sur ses valeurs sûres (ou plutôt sur ce qu'il a de mieux), alors qu'Assalé et Nassi rejoignent le banc de touche.

LE MATCH

On a tendance à dire que « quand l'appétit va, tout va ». Mais qu'en est-il lorsque les attaquants n'ont pas faim et quand les joueurs, dans l'ensemble, n'en veulent pas assez ? Il en résulte une troisième défaite d'affilée, sans marquer. Pourtant, le DFCO a eu ses chances ce samedi soir, en particulier en début de match grâce à Tchaouna.


La frappe du jeune attaquant prêté par Rennes (10e minute) est bloquée, offrant un corner à Jacob. Un corner dévié par Coulibaly et suivi par Le Bihan, qui frappe sans contrôle directement sur le poteau. Cette première opportunité était en grande partie due à un pressing dijonnais très haut, un fait récurrent dans les premières minutes alors que le DFCO a les meilleures idées et la meilleure maîtrise. Un bon coup franc est un peu gâché par Jacob dans le mur mais Soumaré en profite presque avec sa frappe dans la foulée, qui fuit le cadre de peu.


Les entreprises de Tchaouna sont infructueuses mais l'ailier, qui se retrouve parfois sur l'aile droite, repique sur son meilleur pied et tire, faisant passer un frisson dans le dos de Prévôt qui voit le ballon passer un peu trop haut. Soumaré et Le Bihan combinent en contre, l'avant-centre trouve un angle pour frapper mais il lui manque la puissance pour tromper la vigilance du gardien.


Sans réussir à marquer, Dijon fait tout de même un début de match presque parfait et n'a qu'à poursuivre dans cette direction pour éventuellement gagner la rencontre. Mais il suffit d'une mauvaise coordination entre Traoré et Coulibaly dans la surface pour laisser Ibrahim Sissoko smasher un centre idéal de Faussurier et la mettre au fond (0-1, 26e), sur la première grosse occasion sochalienne. Le défenseur central est resté cloué sur place et seul le latéral est monté au duel, contre un joueur bien plus grand que lui.

Les efforts de Tchaouna pour marquer en début de match ne sont pas récompensés.

Dès lors, l'adversaire est revigoré et Dijon semble perdre pied. La réaction se fait attendre mais les Rouges ne sont plus réellement dans le rythme et ratent quelques passent évidentes. Weissbeck est une menace et le fait remarquer à la 35e sur un coup franc, frappé un peu trop haut mais qui alerte tout de même Baptiste Reynet. Dans l'autre sens, Jacob envoie lui-même un coup franc indirect au point de penalty. Loum Tchaouna saute le plus haut mais ne redresse pas suffisamment la trajectoire, sortie de but pour Maxence Prévôt.


La deuxième tentative de Weissbeck, toujours lointaine mais dans le jeu cette fois, est déviée du bout du pied par Cheick Traoré au-dessus des cages. Reynet lit bien le corner et l'action qui suit pour capter le ballon qui se dirige vers son but. Nouveau corner pour Sochaux et Doumbia fait parler sa technique. Il élimine Le Bihan puis défie Traoré et Coulibaly, qui font juste le nécessaire pour le forcer à tirer dans le petit filet extérieur.


C'est ensuite Mauricio qui fait tourner Jacob et Fofana en bourrique avant de servir Weissbeck dans la surface : pressé par Congré et Reynet, le capitaine du FCSM centre d'un ballon lobé qui semble se diriger vers la ligne de but, Coulibaly dégage en catastrophe et Traoré écarte le danger temporairement. Dans la continuité de l'action, Weissbeck force le gardien du DFCO à faire un bel arrêt sur une lourde frappe aux 20 mètres. Une aubaine pour les photographes, alors que la mi-temps est sifflée. Dijon dominait cette partie avant l'ouverture du score et la vague sochalienne, très menaçante depuis la 40e minute.

Plusieurs assauts ont été repoussés par Reynet, qui s'incline sur le seul tir hors de sa portée pour le moment.

Latéraux à terre

Quelles sont les intentions dijonnaises au retour du vestiaire ? Jacob mène la révolte et se lance dans un rush au cœur de la défense adverse. Un contre favorable à Dijon laisse Le Bihan récupérer le ballon et prolonger l'occasion d'une frappe ratée, qui aurait presque pu profiter à un Tchaouna bien placé. Traoré s'arrache pour intercepter une passe avant la ligne médiane et se projette très vite. Son centre lui permet d'obtenir un corner, malheureusement sans conséquence.


Sochaux cherche encore Sissoko dans les airs, Julien Faussurier est toujours aussi menaçant dès qu'il a l'espace pour centrer. Et quand la confiance est présente, il ne faut pas beaucoup d'occasions pour marquer. Sochaux impose à Dijon cette vérité, alors qu'une tentative un peu inespérée de Mauricio est contrée et atterrit dans les pieds de Weissbeck. Ce dernier décale vers Moussa Doumbia qui envoie intelligemment Traoré à terre d'une feinte du gauche avant de marquer du droit, prenant également Reynet à contrepied à son premier poteau (0-2, 55e).


Le commentateur de la partie parle d'une « leçon d'efficacité » de la part du FCSM, qui est bien plus tranchant ; ses supporters lancent un humiliant « On est chez nous », qui résonne fort dans le stade malgré la présence de nombreux supporters de Dijon, désabusés. Soucieux de se rattraper, Traoré envoie un missile après une combinaison avec Tchaouna sur l'aile, Prévôt s'envole pour préserver son but inviolé !

Malchanceux, Cheick Traoré a une implication sur les deux buts concédés malgré sa bonne volonté et ses projections.

Le latéral droit du DFCO est à l'origine d'une autre percée après un bon dégagement de Reynet, mais la passe de Jacob vers Fofana pour faire la transition sur l'aile gauche est très facilement anticipée. Deaux et Assalé apparaissent sur le rectangle vert à la 63e minute, des changements poste pour poste avec les sorties de Marié et Tchaouna. Moins en vue dans cette deuxième mi-temps, Ndong empêche tout de même les visiteurs de frapper de loin en harcelant le porteur.


Le tournant de la rencontre aurait pu être cette reprise instantanée de Soumaré, qui s'est fait oublier au deuxième poteau sur un centre millimétré de Deaux dans la profondeur, mais l'ancien joueur de Sochaux ne fait qu'une passe au gardien, facile à bloquer. Immédiatement, Tony Mauricio part en solitaire et longe la ligne de but dijonnaise, Reynet bouche bien son angle pour empêcher son équipe de se faire ridiculiser.


Un petit quart d'heure avant la fin du match, Soumaré est remplacé par Nassi, Thioune entre à la place de Traoré tout comme Camara, qui supplée Le Bihan. Omar Daf change donc de système pour une sorte de 3-4-1-2 avec tour à tour Valentin Jacob ou Roger Assalé légèrement en retrait (voir infographie plus haut). Ces changements ne débloquent pas la situation et les minutes s'égrènent.


Le temps passe vite mais Deaux fait de son mieux pour redonner de l'espoir : il intercepte une balle dans le rond central et s'appuie sur Assalé dans un une-deux à toute vitesse, Jacob est lancé à gauche et centre en retrait vers Deaux qui a presque tout fait et qui glisse finalement au moment de frapper. Mais Sochaux part à 100 à l'heure dans l'autre sens et Reynet doit parer de sa main opposée une jolie tentative de Tebily, qui avait éliminé Coulibaly juste après son entrée en jeu.


La stat' :

  • Matchs avez Zargo Touré titulaire : 1,75 points en moyenne

  • Matchs sans Zargo Touré titulaire : 1,33 points en moyenne

Assalé remet un ballon à mi-hauteur à Jacob qui dirige le jeu dans la surface, Walid Nassi peut frapper mais son tir en angle fermé est contré en corner, encore frappé par Jacob. C'est Lucas Deaux qui s'élève le plus haut et reprend de la tête, le ballon passe un peu au-dessus de la barre.


La partie finit malheureusement dans un mauvais esprit après une faute d'Armougom sur Nassi qui provoque la colère du latéral sochalien, retenu par Deaux et Jacob. Coulibaly arrive sur les lieux et vient pousser Agouzoul, qui se retrouve par terre. Les deux défenseurs ainsi que Stéphane Mangione écopent d'un avertissement. Un moindre mal mais une bien mauvaise façon de terminer un match peu flatteur en terme de résultat, dans lequel le spectacle était tout de même au rendez-vous.


Jacob envoie un dernier coup franc dans la zone de vérité, Camara le reprend de manière peu conventionnelle, c'est sans danger pour le FC Sochaux qui s'impose pour la cinquième rencontre de suite avec beaucoup de réalisme mais surtout des joueurs offensifs décisifs. Dijon n'a pas à avoir honte de cette performance, qui reste décevante lorsque l'équipe sort de deux revers d'affilée, mais qui est bien meilleure que ce que le tableau d'affichage peut suggérer.

@No_Vak


LES NOTES

L'Homme du match : Baptiste Reynet (6)

Abandonné par sa défense sur les deux buts sochaliens, il s'est employé pour éviter à ses coéquipiers une addition plus salée. Ses parades sur les frappes de Weissbeck ou encore de Tebily confirment sa bonne forme du début de saison. Pas suffisant, hélas, quand ça prend autant l'eau devant lui.

Traoré (3.4) : son pas de danse classique sur le but de Doumbia résume malheureusement son bilan avec le DFCO depuis son arrivée mais pas son match, notamment sa deuxième période intéressante. Il lui faut néanmoins de la concurrence et même si le mercato est fermé, il reste toujours la possibilité du joker. Servons-nous en. Remplacé à la 78e minute par Nassi, qui a affiché une belle fraîcheur mais s'est trouvé un peu perdu à ce poste de piston auquel il est rentré. Coulibaly (2.8) : à croire que c'est de famille. D'un statisme ahurissant sur l'ouverture du score sochalienne, il a de nouveau affiché ses lacunes dans le jeu aérien (malgré ses 1m93...), dans la relance et même parfois dans le placement. Ça fait beaucoup. Ça fait même trop. Vite, Zargo. Congré (3.8) : plus convaincant que sur ses premiers matchs, il manque toutefois cruellement de tranchant sur le but de Doumbia. Sur la reste de la partie, il s'est tout de même montré assez solide et a surtout paru plus serein que depuis le début de saison, même s'il a la fâcheuse tendance de plonger à l'unisson avec sa défense dans les moments difficiles.

Fofana (3.8) : beaucoup de courses et de volonté mais un apport offensif largement amputé par de nombreuses erreurs techniques. Défensivement, il a alterné le bon et le bien plus fébrile. Pas le pire ce soir, surtout compte tenu de son faible temps de jeu cette saison, mais on en attend encore beaucoup plus de sa part. Marié (4.5) : dans sa tête, il semblait être toujours à Bastia. Très timide dans l'orientation du jeu, il a beaucoup trop joué vers l'arrière, même sans être particulièrement pressé par l'adversaire. A la récupération, il s'est montré maladroit, en retard à plusieurs reprises et bien moins efficace que sur ses premiers matchs. Remplacé à la 63e minute par Deaux, auteur d'une bonne entrée en jeu. Souvent porté vers l'avant, agressif à la récupération, il a tenté de remobiliser (sans grand succès) ses coéquipiers après qu'ils aient encaissé le but du break.

Ndong (5.4) : match encore une fois satisfaisant de sa part, en particulier en première période, avec d'excellentes passes vers l'avant pour casser des lignes qui ont plusieurs fois pris à revers les milieux sochaliens. Impliqué également à la récupération, encore qu'un peu moins efficace dans cet exercice. Un des seuls au niveau. Jacob (5.3) : pendant près d'une demi-heure, il a livré une bonne prestation, avec des ballons récupérés, pas mal d'actions initiées et des appels intelligents (mais pas exploités par ses coéquipiers). Puis il s'est petit à petit délité pendant de longues minutes pour finalement livrer une fin de match intéressante mais manquant de tranchant. Quelques coups de pieds arrêtés bien frappés qui auraient du être convertis par ses partenaires.

Soumaré (3.4) : ses courses vers l'intérieur ont souvent ouvert des espaces dans la défense sochalienne et il a, surtout en première période, délivré quelques très bonnes passes qui aurait pu être décisives. Mais globalement, que d'erreurs techniques dans ce match ! Avec en point d'orgue cette occasion totalement loupée qui aurait pu offrir aux siens un dernier quart d'heure de folie. Symbolique du manque de réalisme du DFCO sur ce match. Remplacé à la 78e minute par Camara, qui n'a pas montré grand chose d'intéressant. Tchaouna (4) : le jeune Rennais a été à l'origine d'un certain nombre de choses, avec beaucoup de prise d'initiative et un jeu intéressant dans les petits espaces. Il a toutefois pêché parfois par excès d'individualisme, défaut toutefois assez classique chez les jeunes joueurs offensifs. Il a en tout cas démontré qu'il pouvait apporter des solutions à l'attaque dijonnaise, a minima pour relayer Le Bihan cette saison. Remplacé à la 63e minute par Assalé, qui n'a pas réussi à vraiment trouver sa place sur le terrain en dehors de quelques exceptions qui ont mené à un tir.

Le Bihan (4) : à l'image de Soumaré, il symbolise le manque de réalisme de son équipe avec ce poteau en 1e période. D'abord très impliqué jusque dans les replis défensifs, il a peu à peu baissé de rythme, jouant très (voire trop) bas après la pause et a semblé un peu émoussé physiquement. Il a si peu ménagé ses efforts depuis le début de saison qu'on ne peut guère lui en vouloir. Remplacé à la 78e minute par Thioune, qui a eu le mérite d'apporter un peu plus de stabilité dans l'entrejeu... et a pu faire regretter son entraîneur de ne pas avoir commencé ce match en 4-3-3.

@Gus21


MOYENNE : 4.1

1 178 vues6 commentaires

Posts récents

Voir tout