• No_Vak

DFCO 0-4 Nantes : quatre à la suite

Avec une régularité qui ferait pâlir une montre suisse, les Rouges s'inclinent lourdement une nouvelle fois, contre une équipe nantaise en forme mais 18e au général.

Preum's pour la Ligue 2 ! C'est nous qui y étions les premiers (photo Mayline Linard).

LE MATCH

Est-il bien nécessaire de faire un résumé de la partie ? Après tout, j'ignore si vous, lecteurs, vous intéressez toujours cette partie tant la désillusion de cette saison est grande. Oui, nous avons encore eu droit à un immonde 5-3-2, avec l'impression de jouer à 9. Oui, les mêmes têtes sont de retour. Les Dina, Écuélé-Manga et Ngonda sont toujours là, avec pour seule exception la première titularisation de Siwe, pour une intégration durable (on espère). Mais ceci est bien la seule bonne nouvelle alors que l'on s'attend à une dérouillée, comme d'habitude.


Les jours passent et se ressemblent. A Dijon, ce dicton n'a jamais été plus vrai : il ne faut pas 6 minutes de jeu à Coulibaly (le Nantais, pas le Mantois) pour ouvrir le score sur un coup de casque bien placé. Dina-Ébimbé était au marquage du colosse, et Allagbé à la main molle. Rien de nouveau (0-1). Nantes assoit sa domination un peu plus avec un mouvement d'école qui permet à Kolo-Muani d'armer une frappe, sans être embêté par un seul défenseur (0-2, 32e). Notre cher capitaine était d'humeur généreuse.


Une légère éclaircie se fit sentir quand les Dijonnais furent piqués dans leur orgueil, avec quelques tentatives avant la mi-temps (Chouiar) et surtout au retour des vestiaires (Ngonda, Dina, Siwe). Mais il semblerait plutôt que c'est le FC Nantes qui s'était assoupi, se reposant sur ses lauriers et fort d'une confiance dont nous aurions bien eu besoin. Et après nous avoir endormi à notre tour, les Canaris plient l'affaire d'abord par l'intermédiaire de Blas, oublié (0-3, 90+1) et enfin de Kolo-Muani pour son premier doublé en Ligue 1 (0-4, 90+3).


L'addition est salée, et bien qu'un peu lourde, elle n'est que le résultat d'une saison catastrophique passée avec un groupe d'inconnus, ne sachant pas jouer au football, d'un staff semblant pire qu'amateur et d'un board dont les décisions depuis quelques années nous ont couvertes de honte.


Et maintenant, quoi ?

Comme un rappel que ce Dijon ci n'a pas sa place dans l'élite, mais peut-être même pas à l'échelon inférieur non plus, cette énième défaite élève le total de buts encaissés sur la saison à 73, presque 2 par match malgré un début de saison assez solide sur le plan défensif. Ce sont désormais 17 buts encaissés et seulement 2 marqués sur les 4 dernières journées, le tout sans avoir affronté aucune équipe du top 6.

Malgré le soutien d'Olivier Delcourt, David Linarès a-t-il les compétences pour redresser la barre ? (photo J. Prevost)

Alors Monsieur Linarès, vous savez que l'on vous apprécie bien malgré cette saison calamiteuse, mais quelles sont vos excuses pour ne pas titulariser des Younoussa, Arli ou encore Belhadji, aux dépens de Konaté, Chouiar ou encore Ndong ? En commençant hier la rencontre, Jacques-Julien Siwe était probablement le meilleur des nôtres sur la pelouse, pourquoi pas eux ?


Quelles sont vos arguments pour persister avec ce 5-3-2 sans idée, sans animation, sans mouvement ? Un système mal travaillé, que les joueurs ne se sont jamais approprié et l'une des raisons principales des 12 défaites consécutives pour entériner notre relégation plusieurs semaines avant la fin du championnat ?


Craigniez-vous que notre équipe se fasse humilier tous les week-ends ? C'est pourtant déjà bien le cas, alors qu'est ce qui pourrait être pire ? Aujourd'hui, supporter le DFCO c'est accepter de souffrir et que tout le monde s'en fiche. Pour les médias traditionnels, Dijon ça n'est pas sexy. Ca n'a pas l'attrait d'un club historique, ni même d'une équipe outsider pour le top 10. Non, Dijon, ça joue entre la 15e place de L1 et la 10e de L2, comme le dirait si bien notre président bien aimé, sans aucune ambition. Alors personne ne s'offusque quand le club que nous aimons se fait rouler dans la boue plusieurs fois par mois.


Personne ne prend la défense ni ne relaie la parole des fidèles, effarés par l'inénarrable tristesse procurée par ces humiliations, impuissants devant le spectacle affligeant se déroulant sous leurs yeux, devant le manque de remise en question des décideurs, à tous les niveaux.

Les mois à venir seront sûrement déterminants alors que la stratégie du club reste floue.

Ce sont ces petites choses, l'assurance de Monsieur Delcourt qui affirme avec aplomb que David Linarès sera l'entraîneur de la reconstruction. La passivité des joueurs, même les plus anciens, ou ceux qui prétendent avoir du caractère, devant leurs coéquipiers qui avaient déjà lâché l'affaire en février. Le silence général même de certains médias qui restent mesurés, comme si la situation était normale.


Nous écrivons ici sachant que peu de monde nous lira, pour le simple plaisir de débattre atour de notre passion. Mais vous qui nous lisez encore, vous savez. Vous comprenez à quel point notre fanatisme pour ce club et ses encore récentes belles années nous fait souffrir à l'heure actuelle. Vous ressentez aussi ce que c'est de s'investir pendant plusieurs heures à lire, partager, commenter ou bien regarder tout le contenu autour de notre club, avant de reprendre notre quotidien avec une déception de plus, sans aucune perspective de réjouissance.


Alors s'il vous plaît, si vous avez encore un tant soit peu de dignité et d'empathie, que vous soyez entraîneur, responsable du recrutement, ou président du DFCO, faîtes les bons choix avant qu'il ne soit trop tard.


- par @No_Vak


LES NOTES


L'Homme du Match : Siwe (5)

Intéressant dos au jeu et dans les déviations, il a mis beaucoup de volonté et d'impact au duel, et a même proposé des déplacements intelligents, jamais simple pour une première en Ligue 1 et face à une défense nantaise bien en place. Nettement au-dessus de ce qu'on aurait pu attendre et proche d'ouvrir son compteur en début de seconde période. Comme il risquait trop de marquer un but, il a logiquement été sorti à l'heure de jeu. Remplacé par Baldé, carbonisé jusqu'aux semelles.


Allagbé (1.6) : a compris depuis plusieurs journées que ça ne servait à rien de tenter de colmater les brèches dans cette coque de noix vermoulue qu'est la défense dijonnaise. Du coup, il a pris le parti de couler avec. Chafik (2.8 ) : cette équipe est tellement abjecte qu'elle a fini par transformer notre flamboyant lion de l'Atlas en un vulgaire Gaël Andonian. Une tristesse sans nom. Écuélé-Manga (1.3) : a changé de coiffure. Mais toujours pas de pied. Dommage, ça lui aurait évité de rendre, une fois de plus, une copie cataclysmique. Coulibaly (1.8) : a lâché l'affaire. La seule saison où il arrive à enchaîner sans se blesser, il tombe dans la pire équipe de l'histoire de la Ligue 1. Y'a de quoi se coincer les couilles dans une porte. Panzo (1.5) : a visiblement oublié que ce n'était pas en jouant au niveau d'un pilier de pub du fin fond du Lancashire qu'il a allait être repéré et faire carrière dans son pays natal. Ou en National League, peut-être. Remplacé à la 71e minute par Kamara, tandis qu'Arli et Belhadji ciraient le banc. Sans commentaire. Ngonda (2) : aussi mauvais que ses derniers matchs mais comme les autres ont été encore plus aux fraises, on a presque l'impression qu'il a fait un match correct. La force du relatif. Marié (2.7) : n'a pas trop mal tenu le choc sachant qu'il a joué tout seul au milieu de terrain. Même pas envie de lui taper dessus. On sait qu'on ne peut pas compter sur lui pour être un leader. Mais à tout le moins, on sait qu'il se soucie du club. Au stade où on en est, ça nous suffit.

Dina-Ébimbé (2.5) : à l'image de sa saison. De bonnes initiatives mais aucune exactitude dans le dernier geste. De la volonté mais pas la moindre subtilité. Bref, on lui souhaite de bien rotationer au PSG.


Chouiar (2) : des retours en trottinant, des montées à contre-temps, un coup à gauche, un coup à droite, un coup dans l'axe. En gros, il s'est rêvé en sauveur de l'attaque dijonnaise. Sauf que ce n'est pas ce qu'on lui demandait sur ce match.

Konaté (1) : ahahahahahaha. Allez vous faire foutre.

MOYENNE : 2.2


- par @Gus21

Si le sondage ne s'affiche pas, cliquez ici.



582 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout