DFCO 1-0 Caen : elle fait du Bihan !

Dijon renoue enfin avec la victoire contre une équipe de Caen très affaiblie. Même sans les éléments offensifs les plus efficaces, Le Bihan a su élever son niveau de jeu pour offrir le but vainqueur.

D'une frappe bien sentie, MLB a débloqué la situation et transforme un match très fermé en victoire pour Dijon.

Les choix du coach Garande sont pour le moins surprenants avant la rencontre : un 4-4-2 en losange, avec Pi en sentinelle, Deaux et Ngouyamsa un cran plus haut, et Philippoteaux derrière la paire Scheidler-Le Bihan. Les absences de Dobre et de Jacob forcent l'entraîneur à innover et a trouver une compositions avec plus de joueurs axiaux, avec le risque de manquer de largeur et de qualité dans la percussion. On apprendra après la rencontre que ce plan était destiné à étouffer le milieu de terrain de Caen, déjà très amoindri.


LE MATCH

Au cours de dix premières minutes plutôt calmes, la possession est plutôt dijonnaise. Malgré les nombreux titulaires absents à Caen (Zady Séry, Deminguet, Lepenant, Mendy), il faut se méfier de la capacité de dribble de Steve Shamal et de l'explosivité de Nuno Da Costa, le duo devant.


Les latéraux sont aussi très talentueux, à l'image de Vandermersch qui se fait faucher par Fofana pour un premier coup-franc dangereux à la 8e minute. Quelques coups-de-pied arrêtés plus tard, c'est Diani qui se faufile face au but et à Reynet : le gardien dijonnais s'impose dans ce premier duel grâce à sa réaction rapide.


Dijon tente de poser son jeu et ne se précipite pas à la construction, quitte à manquer de mordant. Le premier tir du DFCO arrive grâce à un corner joué à deux et centré par Fofana, la défense caennaise dégage mais Le Bihan est à l'affut à l'entrée de la surface : son tir très puissant manque le cadre de peu et fait espérer le peu de supporters dans le stade. Alors que Dijon continue de faire tourner et ne se découvre pas, Adolphe Teikeu est contraint de céder sa place à Traoré dans la charnière du Stade Malherbe.

Ahmad Ngouyamsa a pris goût à jouer au milieu de terrain, il y est plus intéressant qu'à son poste d'arrière droit.

Le match est fermé, comme on pouvait s'y attendre avec autant d'absents de chaque côté. Philippoteaux profite d'une des rares percées initiées par Fofana pour centrer en direction de Ngouyamsa, sa tête est captée sans trop de souci par Riou. Le DFCO s'entête avec les corners joués à deux et se fait avoir à son propre jeu, en se faisant prendre bêtement au piège du hors-jeu et en gâchant une de ses munitions. La seule satisfaction de la première demi-heure, c'est peut-être d'avoir pu étouffer les tentatives de Caen, mais on sent que les Dijonnais ne sont pas à l'abri d'une erreur, comme vu sur des relances très approximatives de Reynet et des ballons perdus bêtement.


La plupart du temps, dix des onze Caennais sont coincés dans leur moitié de terrain. Le nombre de tirs est très faible à la 35e minute : 1 seul de chaque côté ! Reynet est vigilant sur le peu de ballons en profondeur tentés par les Normands. Et finalement, c'est une dizaine de minutes avant la mi-temps que la situation se débloque !


A la retombée d'un ballon aérien, Scheidler se bat pour conserver la possession et force trois Caennais a disputer le duel. L'avant-centre s'effondre mais Mickaël Le Bihan, qui frappe fort aux 18 mètres légèrement sur la droite : Rémi Riou se fait avoir par la spontanéité de l'ancien Auxerrois et laisse le ballon filer à terre (1-0, 38e).


Suite à ce déblocage, on sent plus d'entrain dans les rangs dijonnais. Lucas Deaux s'essaye à un petit rush dans l'axe et résiste au retour des défenseurs adverse pour faire une offrande à Ngouyamsa, qui tire dans un angle un peu trop fermé pour tromper Riou. Successivement, Pi de loin et Philippoteaux laissé étrangement seul tentent leur chance avant la pause, mais le gardien du SMC capte à chaque fois.

L'avant-centre inscrit un but libérateur pour le DFCO mais aussi pour lui même.

Dijon parvient plus facilement à déstabiliser la défense de Caen et cela se fait sentir. L'adversaire tend à se découvrir un peu plus, et cela profite au DFCO. Quelques bonnes inspirations manquent de réussite pour donner une situation de face à face, et Frank Schneider renvoie tout le monde aux vestiaires.


Laisser passer l'orage

Au retour des vestiaires, Caen revient avec de bien meilleures intentions mais ne se procure des occasions que sur corners et coups francs. Tout d'abord, Diani de la tête sur le corner, passe loin au dessus des buts de Dijon. Mais le Stade Malherbe insiste et tente de prendre le dessus dans le domaine aérien, sans succès, jusqu'à la 56e minute. Shamal tir un coup franc droit dans le mur Rouge et manque l'occasion de revenir au score. L'heure de jeu est passée et Dijon n'a pas encore craqué. Le DFCO se porte timidement vers l'avant mais ne franchit que peu le milieu du terrain.


A l'inverse, Caen se procure une occasion sur contre : un centre de loin qui monte très haut dans le ciel de Gaston-Gérard, Steve Shamal reprend de la tête au second poteau mais ça manque de puissance et Reynet prend le ballon dans ses bras. De l'autre côté, un tacle très appuyé sur Riou est sanctionné d'une faute et d'un carton jaune pour Lucas Deaux, qui devra se tenir à carreau. Vandermersch découpe Philippoteaux et est lui aussi averti à la 64e minute.

Auteur d'un bon match, Lucas Deaux a été dans presque tous les bons coups.

Alors que Benjamin Jeannot fait son retour sur la pelouse de Gaston-Gérard à la place de Shamal, son coup franc est facilement repoussé par Daniel Congré. D'une aile à l'autre, Dijon manque un peu de largeur et ça se voit avec ce centre d'Abdi pour Vandermersch. Heureusement, sa reprise manque le cadre d'assez loin, une alerte de plus pour la défense qui n'est plus du tout aussi sereine.


Il faut attendre le début du dernier quart d'heure pour voir une première situation dijonnaise depuis la pause. Jessy Pi ajuste sont coup franc dans une bonne zone, c'est Congré qui s'élève le plus haut et prend le ballon de la tête mais ça n'est pas cadré. Deaux quitte alors le terrain et est remplacé par Younoussa à la 77e, et Scheidler grimace après un duel aérien mais finit par revenir sur le terrain.


Abdi est tout proche de l'égalisation sur un centre d'Hountondji qui s'est défait de Traoré, heureusement le latéral droit est très maladroit et manque son plat du pied. A la 82e minute, Ngouyamsa frappe dans un ballon mal dégagé suite à un corner dijonnais mais rate la cible à son tour. On se rapproche de la fin du match, et Jeannot tente une frappe un peu désespérée, c'est droit dans les bras de Baptiste Reynet qui a été très sérieux ce soir.

Fautifs sur les deux buts à Dunkerque, Traoré et Coulibaly ont réagi pour s'offrir ce 8e clean-sheet.

La sortie de Philippoteaux pour le jeune Ali Saïd permet à Dijon de tuer les dernières minutes, et de récolter trois points pour la première fois depuis 5 rencontres. Non sans batailler et après avoir été dominé en deuxième partie, le DFCO a su faire le dos rond et s'accrocher à un résultat positif. En dehors de 10 minutes après avoir marqué, les Rouges n'ont pas été particulièrement impressionnant, mais cela suffit à Patrice Garande, très fier de ses joueurs en conf' d'après match. Cette victoire permet à son équipe d'aborder un peu plus sereinement la semaine de trois matchs à venir, avec un enchaînement Valenciennes - Le Havre - Amiens.

@No_Vak


LES NOTES

L'Homme du match : Lucas Deaux (6,2)

Son incapacité à enchaîner les matchs (soit pour blessure, soit pour suspension) restera sans doute une des grosses frustrations de la saison. Car lorsqu'il est disponible, il déçoit rarement. Au four et au moulin sur ce match, il a pallié l'inexistence de Pi et le manque de repli de Ngouyamsa, tout en essayant de jouer souvent vers l'avant. Bon, évidemment, pour enchaîner, faudrait tâcher aussi d'arrêter de prendre un carton par match... Remplacé à la 77e par Younoussa, auteur d'une entrée bien peu convaincante.

Reynet (5,8) : un début de match sur la lignée de ses précédentes prestations, c'est à dire fébrile, en difficulté dans les sorties et les relances, malgré une bonne parade. Nettement mieux, paradoxalement, en deuxième période quand Caen a davantage joué vers l'avant. À croire qu'il a besoin d'être sous pression pour être dans son match.


Traoré (4,7) : match moyen. Pas de grosse erreur mais jamais très serein sur son côté et un apport offensif peu déterminent, malgré une volonté évidente d'aller vers l'avant. Après une très bonne période, il est en dedans depuis quelques matchs. A lui de rehausser son niveau de jeu, il a prouvé qu'il en était capable.


Coulibaly (5,6) : une prestation sérieuse. Il a été relativement peu sollicité mais n'a que rarement était inquiété et il a fait preuve de rigueur de son placement et ses anticipations. Bémol majeur : trop de relances très longues sur l'attaquant, souvent imprécises, qui rendent directement le ballon à l'adversaire.


Congré (5,6) : un début de match poussif, il a semblé souvent en retard à l'allumage et moyennement concentré. Bien mieux ensuite, avec beaucoup de sérénité dans ses interventions et une occasion sur coup de pied arrêté où il est passé tout près d'inscrire son 3e but de la saison.


Fofana (5,3) : beaucoup de choses intéressantes en termes d'apport offensif, même si cela s'est aussi accompagné de pas mal de déchet. En tout cas, il a régulièrement aidé à créer des espaces sur son côté. Nettement moins convaincant défensivement, avec beaucoup de fautes et de retours en catastrophe, même s'il n'a pas de grosse erreur à se reprocher.


Pi (4,2) : son niveau commence à devenir un peu inquiétant. Lui qui pourtant disait qu'il avait besoin d'enchaîner et d'être bien physiquement pour performer, il en a largement eu l'occasion, et pourtant il semble peiner match après match. Quasiment aucune passe vers l'avant, régulièrement mis dans le vent par les offensifs adverses... le retour de Marié lui coûtera certainement sa place dans le onze de départ.


Ngouyamsa (6,0) : à un poste encore nouveau pour lui (sur le côté d'un milieu en losange), il a rendu une copie intéressante, avec notamment énormément de volonté de jouer vers l'avant, ce qui lui a permis d'être souvent impliqué dans les rares bonnes actions offensives dijonnaises. On lui reprochera seulement d'avoir trop peu participé à la construction dans le cœur du jeu, laissant ainsi ses coéquipiers parfois sans solution. Mais bon, on ne va pas se plaindre d'avoir pour une fois un joueur un peu trop porté sur l'attaque...


Philippoteaux (4,3) : match compliqué pour le joueur prêté par Brest. Il n'a jamais vraiment semblé trouver tout à fait ses marques à ce poste. Soit il a trop dézoné en partant s'excentrer sur l'aile, soit il a été pris au piège du hors jeu dans l'axe. On lui accordera au moins d'avoir chercher à apporter un peu de vitesse même quand ses coéquipiers étaient statiques. Remplacé dans les arrêts de jeu par Ali Saïd, pour l'anecdote.


Le Bihan (6,1) : même constat qu'à Bastia. Lorsqu'il doit prendre le jeu à son compte dans un rôle de 10, il n'y est pas du tout. Quand il retrouve ses réflexes d'attaquant, il est nettement plus intéressant. Et sur ce match, il a notamment semblé à l'aise en ayant le jeu et un peu de champ devant lui. C'est comme cela qu'il se créé sa première occasion et aussi qu'il marque le seul but du match. Espérons que ça l'inspire pour la suite.


Scheidler (4,0) : aussi précieux dans son jeu dos au but, avec des déviations inspirées et une bonne conservation de balle, qu'emprunté lorsqu'il s'est retrouvé face à jeu, avec la clé erreurs techniques et pertes de balles. Il a montré par le passé qu'il était capable de prendre la profondeur. N'empêche que son gabarit et ses qualités devraient l'inciter à travailler bien plus ses compétences de pivot.

@Gus21


MOYENNE : 5.3


625 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout