• Max

DFCO 1-1 Rennes : enfin, du caractère

Après un premier acte moyen plombé par une erreur grossière, les Dijonnais ont su, enfin, faire preuve de caractère pour décrocher le nul face au leader rennais. Une lueur d'espoir.

Solides, sauf que…


En alignant Wesley Lautoa et Frédéric Sammaritano dans son onze de départ, Stéphane Jobard a semblé acter le problème de leadership que l'on avait évoqué depuis plusieurs semaines. Est-ce à dire que tout s'est joué là-dessus ? Sans doute pas. N'empêche que si les Rouges ont énormément subi pendant le premier quart d'heure, ils ont tenu bon et ont fini, patiemment, par desserrer l'étau breton. Mieux même, avec cette belle action individuelle de Chouiar (15e), venu rappeler aux Rennais et à leur charnière expérimentale qu'ils n'étaient pas à l'abri d'une fulgurance dijonnaise.

Seulement, voilà, cette saison, c'est certain, le DFCO devra passer par tous les obstacles pour s'en sortir. Ainsi, alors que peu à peu les hommes de Stéphane Jobard reprenait le contrôle du jeu, Anibal Chala se faisait honteusement chiper un ballon facile par Traoré. Désorganisée, la défense dijonnaise ne pouvait empêcher le capitaine rennais de servir sur un plateau Martin Terrier, qui alignait Allagbé avec sang-froid. À ce niveau, l'erreur de Chala est impardonnable. Mais les replis à toutes petites foulées de la moitié des milieux de terrain (Ndong et Chouiar notamment) ne l'étaient guère plus.

Malgré quelques timides incursions dans le camp breton, on voyait alors les Dijonnais, abattus, retomber dans leurs pires travers : aucune énergie, une construction de jeu inexistante, des grandes chiches balancées au petit bonheur la chance… En face, Rennes pouvait se contenter de gérer tranquillement son avance. Et si un frisson a parcouru Gaston-Gérard juste avant la pause sur un lobe astucieux de Sammaritano, tout près de trouver le cadre, c'était bien peu pour s'imaginer le DFCO capable de renverser la tendance.


Samba Mama


A la reprise, Glody Ngonda fait son entrée à la place de Chala, trop en dessous du niveau requis au-delà même de son erreur sur le but rennais. Mais en plus du meilleur arrière de gauche de Ligue 1, c'est surtout un esprit de revanche qui pénètre sur la pelouse aux côtés des Dijonnais.

Beaucoup plus entreprenant et tranchant, les Rouges se procurent plusieurs situations avant que ne démarre le show Mama Baldé. Bien. Servi dans la profondeur par Chouiar, il résiste au retour d'Aguerd puis élimine Rugani d'une feinte de cheville avant de perforer les filets de Salin. On savait la défense rennaise, inédite, friable face à un potentiel exploit individuel. Baldé en apporte la preuve éclatante.

Loin de se relâcher, les Dijonnais continuent, pour une fois, à jouer et à afficher un état d'esprit conquérant. Et si la tâche n'est pas simple face à un Stade Rennais qui fait rapidement rentrer trois joueurs frais dont Camavinga, les Rouges ne lâchent rien. Chouiar (59e), Lautoa (63e) et Baldé (87e) ont même l'occasion de faire pencher la balance en faveur du DFCO. Finalement, malgré plusieurs occasions rennaises et une ultime parade d'Allagbé à la dernière seconde, le score n'évoluera plus.

Ce point arraché face au leader ne fait certes guère avancer au classement des Dijonnais solidement ancrés à la dernière place. Mais il a été gagné avec de la volonté, avec du jeu, avec du caractère, avec une capacité à réagir dans les moments compliqués. Bref, avec tout ce qui manque au DFCO depuis le début de la saison. Après un déplacement au Parc des Princes où il faudra essayer de faire bonne figure, le DFCO abordera une série cruciale. En recevant Lorient, en se déplaçant à Metz puis en recevant Lens, les Dijonnais ont l'occasion d'enfin engranger des points face à des équipes de leur championnat. Des contre-performances sur ces matchs scelleraient sans doute en grande partie l'avenir du club en Ligue 1. Mais si les joueurs sont capables de conserver l'état d'esprit afficher pendant la deuxième période, tous les espoirs sont permis.

Les notes


Allagbé (4,5) : un Saturnin aux pieds palmés, c'est mignon quand une série pour gosses. Un peu moins quand c'est le gardien de ton équipe. Une ou deux belles parades quand pour prouver que niveau mains, ça va.

Chafik (6,3) : les Dijonnais parlent aux Dijonnais. Le lion rugit de nouveau. Je répète, le lion rugit de nouveau. Et il tacle aussi, au passage.

Ecuele-Manga (5,5) : c'est fou comme une dose de concentration en plus, ça vous change un homme. Ok, on va rester tranquille, c'est pas du Alessandro Nesta non plus. Mais au moins, ce n'est plus du Abdoulaye Meïté.

Panzo (5,5) : pour ce qui est de relancer propre, on repassera. Mais question interceptions, duels et placement, le garçon n'a pas fait de quartier. Panzodivision.

Chala (2,5) : quand tu te crois déjà arrivé et que tu te fais grailler comme un gland sur la ligne. Anibal Chalaphillipe.


Remplacé à la 46e par Ngonda (5,5) : le retour sur les terrains de Ligue 1 du nouveau Marcelo ! Enfin ! Dieu est grand ! Glody est grand ! Et puis en vrai, il a plutôt été bon.

Lautoa (5,8) : toujours la même finesse qu'un équarisseur breton quand il s'agit de faire des transversales. Mais au moins, lui, il n'a pas la heat map d'un gardien de but. Remplacé à la 79e par Marié (non noté), venu fermer les verrous.

Ndong (5,5) : c'est toujours énervant de passer inaperçu alors qu'on vient juste de lâcher 200 balles au coiffeur pour refaire sa couleur. Énervement salutaire, vu sa deuxième période.

Chouiar (5,8) : hémiplégique. Aussi étincelant devant qu'aux abonnés absents derrière. Mais aller, on s'en contentera, car c'est quand même laaaargement mieux que sur tout le début de saison. Remplacé à la 79e par Diop (non noté), venu prendre son p'tit jaune, comme Dédé à la buvette.

Sammaritano (5,3) : à défaut d'arpenter le chemin, il a montré la voie. La preuve qu'on peut se gaver de raclette à 34 piges et quand même se bouger plus le cul que certains gamins de 20 ans. Remplacé à la 64e par Scheidler (non noté), qui mérite mieux que le banc.

Dina-Ebimbe (6) : aussi absent que l'argent dans les caisses de Mediapro en première période. Puis il a fracassé les Rennais après la pause. La même sur 90 minutes et à chaque match, et on lève l'option demain. Remplacé à la 90e par Dobre (non noté), ̶l̶e̶ ̶R̶o̶u̶m̶a̶i̶n̶ ̶d̶e̶ ̶s̶e̶r̶v̶i̶c̶e̶.

Baldé (6,8) : a souhaité la bienvenue en France à Daniele Rugani en lui faisant danser un petit pas de deux avant de le laisser sur place. Bordel, ce que son retour nous fait du bien !


Vous aussi, vous pouvez noter les joueurs de Dijon en cliquant remplissant le questionnaire ci-dessous ou en cliquant ici.


511 vues2 commentaires

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin