• No_Vak

DFCO 1-1 Strasbourg : le bruit des filets

Après avoir longtemps courbé l’échine devant leur adversaire du jour, les Dijonnais s’en sortent avec un point, bien payé mais symbole de courage et de résilience.

Dina-Ébimbé, le seul attaquant à avoir été intéressant parmi les titulaires (photo BRUCHOT/LBP) ?

LE MATCH


David Linarès opte de nouveau pour un 4-2-3-1, comme à son habitude, mais plusieurs surprises intègrent son XI : Wesley Lautoa prend la place de Diop dans le coeur du jeu, sans doute pour contenir les montées de Thomasson, tandis que Sammaritano retrouve une place de titulaire en remplaçant logiquement Konaté, peu convaincant contre l’OM. C’est Baldé qui se retrouve seul comme fer de lance de notre attaque.





L'heure de la sieste

La partie commence par un round d’observation entre les deux équipes de l’Est. Les passes imprécises en transition s’enchaînent et préviennent la création d’une quelconque occasion significative. Ludovic Ajorque manque de peu de reprendre un centre tendu devant les buts, puis Dina-Ébimbé met un peu de folie dans cette entame plutôt fade côté bourguignon, en faisant démonstration de son accélération. Le contre qu’il initie se termine par un centre de Ngonda dans les gants de Kawashima.


Thomasson, dans une action bien construite au sol, se retrouve dos au but à l’entrée de la surface et relaie le ballon à Chahiri qui frappe en première intention, à quelques centimètres du poteau gauche de Dijon.


Comme on pouvait le prévoir, Strasbourg occupe le terrain très haut et ses attaquants pressent avec beaucoup d’intensité le porteur du ballon et les options de passe. Heureusement, leurs erreurs de transmission nous permettent de récupérer également la possession relativement haut, sans pour autant parvenir à créer d’opportunités de frappes.


La charnière Écuélé-Manga - Coulibaly fait preuve de beaucoup de maturité dans ses anticipations, en bloquant des trajectoires et récupérant des ballons sans trop se livrer. Le premier corner de la partie arrive à la 25e minute pour les Alsaciens : Ajorque reprend du haut du crâne au premier poteau mais il ne peut redresser suffisamment le cuir. Ce sont les blancs qui dominent désormais les débats, empêchant littéralement le DFCO de sortir de sa moitié de terrain pendant de longues minutes.


Sammaritano, Ndong et Lautoa ne semblent pas dans un grand jour, et sans réel pouvoir créatif, aucune frappe ne menace le portier des visiteurs. Une combinaison très rapide donne la possibilité à Ajorque de centrer le ballon au sol devant les cages de Racioppi, mais il est trop fuyant.

Baldé a dû lutter sans succès pendant 90 minutes (photo BRUCHOT/LBP)

Une phase de jeu qui résume bien le premier acte : Celina seul à gauche ne trouve aucune solution pour donner le ballon tant ses coéquipiers sont statiques et bien marqués. Il conserve la possession adroitement pendant de nombreuses secondes avant de la perdre, dépourvu de soutien.


Une seule frappe à noter pour Dijon : Dina-Ébimbé, en se retournant, écarte en une touche un ballon vers Sacha Boey, qui centre vers l’entrée de la surface pour son partenaire qui a bien suivi l’action. La frappe est trop écrasée et Kawashima s’en saisit sans trop de problème. Les deux formations rentrent aux vestiaires sur un score nul et vierge.



Des entrées revigorantes

Dès la reprise, Chahiri part au but depuis l’aile gauche et frappe fort, butant sur Anthony Racioppi. Le ballon en l’air est bien suivi par Ajorque qui smashe une tête au fond des filets, sans être contesté. D’abord refusé pour hors-jeu, le but est finalement validé par la VAR (50e, 0-1).


Dans la foulée, Ngonda laisse tout l’espace aux Bas-rhinois pour doubler la mise, mais une frappe lourde s’écrase sur notre barre transversale et rebondit juste devant le but. Il s’en est fallu de peu… Konaté et Assalé font leur apparition à la 59e minute, à la place de Celina et Dina. Une frappe strasbourgeoise contrée dans la surface de Dijon donne quelques frissons au gardien des Rouges, mais est assez ralentie pour lui permettre de la capter.


Puis la pression croît enfin sur les buts alsaciens, grâce à plusieurs centres consécutifs. Et finalement, c’est Coulibaly qui, sur une deuxième phase d’un corner, est servi à 2 mètres de la ligne de but par Assalé qui avait suivi au second poteau (63e, 1-1) ! Les Bourguignons sont relancés dans une partie qui semblait totalement hors de leur portée.

Après le but, la concentration a pris la place de l'explosion de joie attendue (photo BRUCHOT/LBP).

Mais les Cigognes n’ont pas dit leur dernier mot, à l’image de Kenny Lala qui, sur son côté droit, a suffisamment d’espace pour ajuster un centre impeccable qu’Ajorque manque toucher de la tête sur son appel au premier poteau. Chouiar et Diop entrent à leur tour pour Sammaritano et Lautoa.


C’est Assalé qui confirme sa très bonne entrée en jeu avec une frappe lointaine qui flirte avec la barre transversale, comme pour avertir l’adversaire qu’il ne faut pas lui laisser autant d’espace. Dans l’autre sens, Aholou a une opportunité de frapper après une perte de balle de Diop, mais il manque le cadre.


Zohi reprend d’une volée un centre d’Ajorque, encore lui, et Thomasson est à deux doigts de pousser la balle pour conclure et reprendre l’avantage.


La fin du match s’écoule sans plus d’occasions franches. Les remplaçants du DFCO ont été ses meilleurs éléments, si l’on exclut un Coulibaly stratosphérique, décisif dans les deux surfaces. BEM et les siens s’en sortent tout de même bien avec un point contre une équipe en forme, et dominatrice sur l’ensemble de la rencontre.

Le bus des joueurs avait été accueilli par les LIngon's Boys en avant-match (photo POYER/LBP)

Avec 5 mi-temps consécutives sans proposer le moindre but, les matchs du DFCO se sont transformés en un somnifère efficace, mais cette dernière période contre le RCSA a enfin brisé cette série et nous permet de croire qu'avec les bons ajustements, cette équipe peut aller quelque part. En attendant, ce point durement arraché permet de recoller à la place de barragiste.




LES NOTES :


L'Homme du match : Coulibaly (7.5)

Intraitable en défense, buteur providentiel pour accrocher le point du nul, le Loup a les dents de plus en plus aiguisées semaine après semaine. Tant qu'il ne se blesse pas, il est indétrônable.


Racioppi (5.1) : malchanceux sur le but Strasbourgeois, sa belle parade sur la frappe de Chahiri n'ayant pas suffit, il n'a pas eu grand chose à faire à part ça.


Boey (4.5) : trop souvent pris dans son dos et en difficulté pour se coordonner avec Écuélé-Manga sur le placement ; un peu plus intéressant devant, sans toutefois être décisif.


Écuélé-Manga (5.8) : à la limite sur certaines incursions strasbourgeoises, il a globalement tenu le coup. Moins convaincant que sur les derniers matchs, sans être inquiétant.


Ngonda (3) : incontestablement le meilleur joueur du match… au nombre de centres loupés. Il n'a pas non plus livré une copie défensive exceptionnelle. Un match à oublier pour lui.


Ndong (3.8) : toujours beaucoup de boulot abattu, notamment en premier rideau à la récupération, mais beaucoup de mal à orienter le jeu. A la fois parce qu'il n'a pas tout à fait la technique pour et parce qu'il n'y avait guère de solution devant. Frustrant.


Lautoa (3) : toujours aussi intéressant pour assoir la solidité défensive de l'équipe, toujours aussi inexistant quand il s'agit de participer à la construction du jeu. Pas mauvais, mais insuffisant. Remplacé à la 74e minute par Diop (non noté), qui a fait du Diop et échappé miraculeusement au carton.


Celina (3) : il fallait bien que ça arrive un jour. Sur une grosse moyenne depuis son retour dans le onze, il est cette fois totalement passé à côté de son match. Pas de quoi remettre sa place en question tout de suite. Remplacé à la 59e minute par Konaté (non noté), qui a eu le mérite d'essayer d'apporter des solutions devant, sans trop y parvenir.


Dina-Ébimbé (3.9) : percuter, c'est bien. Faire quelque chose au bout, c'est mieux. Trop stéréotypé et maladroit à la passe, trop lisible dans ses courses, il n'est jamais arrivé à créer de décalage. Remplacé à la 59e minute par Assalé (non noté), auteur d'une belle entrée avec une passe décisive et une grosse frappe pas loin de la transversale. Son retour pourrait faire du bien.


Sammaritano (3.3) : en grosse difficulté face aux grands gabarits strasbourgeois, il n'a jamais réussi à se dépêtrer du marquage et à accélérer le jeu. Remplacé à la 74 minute par Chouiar (non noté), qui n'a pas fait beaucoup mieux.


Baldé (2.9) : face au dispositif regroupé et aux qualités athlétiques des Alsaciens, on a vu très clairement ses limites à ce poste d'avant-centre qui n'est pas le sien. Il faut d'urgence trouver une solution pour le remettre sur l'aile.


MOYENNE : 4.2


Si le sondage ne s'affiche pas sur votre smartphone, cliquez-ici.

300 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

© Le Dijon Show, 2021

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin