• No_Vak

DFCO 1-2 Saint-Etienne : un goût d'inachevé

Mis à jour : 20 sept. 2019

Pour son premier match à la tête de l'équipe, le Chef Jobard nous a comme prévu concocté une sorte de 4-4-2 dont il semble être spécialiste. Si l'entrée était assez peu ragoutante, on a pu se consoler avec un large choix d'occasions. Nous restons sur notre faim, mais cette mise en bouche a au moins eu le mérite de nous ouvrir l'appétit. Retour sur une soirée qui a plutôt mal tourné pour nos protégés.

Mama Baldé a particulièrement impressionné lors de cette première journée

Le match en bref

11e minute : le DFCO est mené par deux buts à 0. Cette saison commence de la pire des manières. La moitié du stade supportant l'ASSE est debout, l'autre est atterrée. Ce match, Dijon l'a disputé avec un énorme handicap : celui d'être à l'extérieur tout en jouant dans son jardin.

Une situation qui a probablement déstabilisé la défense sur le but d'Hamouma, complètement libre dans la surface et qui se paye le luxe d'humilier Runarsson d'un lob bien senti (0-1). Six minutes plus tard, c'est Chafik qui laisse Aholou sauter plus haut que lui et doubler la mise (0-2). Pourtant, les Dijonnais ne sont pas timides sur le plan offensif.

Entre les corners de Sammaritano et les accélérations de Baldé, la défense Stéphanoise est mise à mal, mais tient bon. Jusqu'au moment ou Debuchy bloque le ballon de la main dans la surface et offre un penalty à Julio Tavares, évidemment transformé avec beaucoup de sang froid. (1-2)

L'écart réduit de moitié, on se dit que nos Dijonnais ont de quoi inverser la vapeur. Mais malgré plusieurs tentatives infructueuses de Tavares, puis de Keita et Soumaré entrés en jeu plus tôt, le score n'évoluera pas. Au total, Dijon a tiré 15 fois au but et a trouvé le cadre à 7 reprises. Un manque de conviction dans le dernier geste ou un Ruffier inspiré ? Sûrement un peu des deux.



Le contenu

On a vu une équipe dijonnaise entreprenante et qui ne s'est pas laissée abattre par les deux buts offerts à l'adversaire en début de rencontre. Le milieu à deux fonctionnait relativement bien sur les phases de construction, où les relayeurs tentaient systématiquement de trouver du soutien sur les ailes.

Des deux arrières latéraux, c'est Alphonse qui proposait le plus de courses avec et sans ballon, mais ce fait est sûrement dû à la présence d'un Mama Baldé très actif défensivement à droite, prêt à avaler les kilomètres pour combler les trous laissés par son coéquipier. Chafik était clairement moins à l'aise sur son mauvais pied, mais Sammaritano a su amener une situation dangereuse et a délivré de bons ballons sur corners et coups francs.

Ndong s'est illustré par sa combativité et quelques passes bien senties

Nous avons aussi pu observer les 4 recrues estivales, et chacune a pu apporter de la fraîcheur et un renouveau bienvenu dans un effectif bien réduit. Après l'entrée en jeu de Loiodice (78e), le système est devenu un 4-2-3-1, comme testé plusieurs fois pendant les amicaux.

On peut déjà sentir une nette progression dans le nombre d'occasions créées par rapport au DFCO de Kombouaré, qui en concédait probablement moins également. Avec plus de temps de jeu et une prise de confiance quasi-obligatoire quand certains joueurs débloqueront leur compteur but, cette équipe peut produire de belles choses. Le prochain test face à Toulouse s'avère d'ores et déjà palpitant.



Parole de supporters

Nous avons pu échanger avec plusieurs d'entre vous en tribune Nord, et pour l'instant les réponses sont unanimes : le jeu proposé par l'équipe ce soir était plus attrayant que l'an passé. "Déjà il y a de la hargne, c'est normal c'est le début de saison. Il faudra voir ça au milieu et à la fin de la saison" explique Christophe au micro du Dijon Show. "Je trouve que les joueurs ont bien joué, ils ont fait leur match."


"Si le stade est mort, les joueurs sont morts. Si les joueurs sont morts, on ne reste pas en Ligue 1."


Tous pensent également que les Lingon's Boys ont été traités injustement et méritent de retrouver leur place dans le bloc central.

"C'est eux qui font bouger les joueurs, qui créent de l'engouement dans le public... Si eux ne sont pas là, le stade est mort. Si le stade est mort les joueurs sont morts. Si les joueurs sont morts, on ne reste pas en Ligue 1."

Le groupe Ultra a d'ailleurs profité du match pour dérouler une banderole contestataire dans la rue face à la tribune Est. Conformément au communiqué publié il y a plusieurs semaines, ses membres se sont tus pendant tout le match, sauf au moment de reprendre en cœur avec le parcage visiteur le célèbre chant "Liberté pour les Ultras".



Le Tweet du match

Un club qui déraille à tous les étages


Notes des joueurs


Pour ceux qui n'ont pas suivi, la saison dernière chaque membre du Dijon Show ayant vu le match attribuait une note entre 0 et 10 à chaque joueur de l'équipe ayant joué 45 minutes. On fait ensuite la moyenne de ces notes pour vous donner un résultat cohérent avec l'avis global de notre équipe (et autrement plus approprié que les notes d'un certain quotidien sportif). Cette année, rebelote. Vous aurez même le droit de donner vos propres notes et de vous prendre ainsi pour un expert, comme nous.


Notes de la rédac'

Buteur et souvent disponible sur le front de l'attaque, Julio Tavares est notre premier Homme du Match de la saison

Notes des followers

Votre podium est lui aussi composé de Tavares et des deux recrues, Ndong et Baldé

1,904 vues3 commentaires

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube