DFCO 2-1 Nîmes : invictus

Dominé à plusieurs moments de la rencontre, Dijon n'a pas craqué et rend une copie très sérieuse à domicile pour poursuivre sa série d'invincibilité face au club de la cité romaine. Les attaquants ont parfaitement rempli leur rôle, offrant une victoire rassurante au DFCO qui se situe désormais à la 3e place du championnat de Ligue 2.

Photo Thomas Jobard/Le Dijon Show
Récompensé de ses efforts, Le Bihan est impliqué sur les deux buts marqués par le DFCO.

De l'innovation dans le 11 de départ ! Qui l'eût cru de la part d'Omar Daf alors que tout les joueurs dernièrement alignés étaient disponibles ? Blague à part, même avec trois changements dans la composition, le DFCO semble tout aussi fort que les semaines précédentes, voire encore plus. Surtout avec les entrées de Xande Silva et de Valentin Jacob à la place de Walid Nassi et d'Idrissa Camara. En défense, Daniel Congré est désormais accompagné de Senou Coulibaly. Trois changements poste pour poste qui ne perturbent pas le désormais traditionnel 4-2-3-1 du coach sénégalais.

Si vous aimez nos débrief, vous allez adorer nos galeries photo. Cliquez sur ce lien pour y accéder.


LE MATCH

C'est avec confiance que nous abordions cette rencontre avant le coup d'envoi, mais force est de constater que Nîmes a donné du fil à retordre aux Dijonnais. Avec une défense à 5 toujours difficile à manœuvrer, à l'image de celle de Caen qui est venue à Gaston-Gérard, cette fois les Rouges ont moins dominé l'entrejeu pendant la première période, en dépit des absences notables de Benrahou, d'Eliasson et du gardien Dias. On apprécie tout de même l'intensité du pressing qui ne facilite pas la tâche à l'adversaire, même s'il n'est pas toujours récompensé.


Un adversaire malgré tout dominateur dans ces dix premières minutes, avec quelques tirs peu menaçants de Guessoum, Labonne, puis la tête de Tchokounté sur un bon service de Sadzoute, qui passe heureusement au-dessus de la barre. Le DFCO se rebiffe timidement avec un centre de Soumaré de la gauche vers la droite, que Poulain passe près de mettre dans ses propres filet. Sur le corner suivant, le balle est déviée au premier poteau et atterrit commodément vers Le Bihan qui reprend d'une demi-volée, bien mal ajustée.


Les deux latéraux du DFCO s'illustrent dans les minutes qui suivent, Rocchia d'abord en servant Jacob et en éliminant deux défenseurs, la frappe du pied droit du n°11 passe à côté. Puis Traoré qui poursuit son effort après une première interception suivie d'un contre favorable pour Nîmes, en récupérant le ballon d'un tacle dans sa surface, facilité par la présence de Coulibaly. D'engagement, le match ne manque pas, et Dijon gagne des duels importants dans les zones de vérité.


En revanche, c'est plus compliqué niveau créativité puisqu'en dehors de quelques demi-situations, il faut attendre la 38e minute et une contre attaque éclair des Bourguignons, mal défendue par les Crocos, pour voir un écart se créer : coup franc indirect pour Nîmes repoussé aisément par Congré de la tête, Le Bihan se jette sur le ballon comme un mort de faim et se relève vite pour propulser le ballon le long de la ligne à droite. Poulain est aisément battu par la vitesse de Silva dont le centre est exploité par Valentin Jacob, signalant son retour dans l'équipe d'un but suite à une volée bien placée (1-0, 38e). On notera la course Le Bihan qui, après avoir initié ce mouvement de très loin, arrivait tard dans la boîte pour proposer une solution supplémentaire.

Photo Thomas Jobard/Le Dijon Show
Jacob vient s'ajouter à la liste des joueurs décisifs pour Dijon cette saison, en l'espace d'une seule mi-temps.

Comme le dit le commentateur de la rencontre, la connexion Silva-Jacob est établie et est en passe de récidiver sur la dernière action avant la pause : le portugais gagne intelligemment un duel contre deux Nîmois et part à 100 à l'heure, profite de l'appel de Jacob dans la surface pour le servir mais cette fois, Poulain contre du bout du pied le tir du milieu offensif. A la pause, les occasions les plus franches sont Dijonnaises, même si elles ne sont pas nombreuses.

« C’était un match cadenassé, j’avais demandé aux joueurs d’être patients, de fatiguer cette équipe. On a su gérer ce match avec beaucoup de maîtrise » - Omar Daf

Laisser passer l'orage

Un changement majeur est opéré au retour des vestiaires par le staff dijonnais : le buteur Jacob sort (pas encore prêt à jouer plus d'une mi-temps) et Ousseynou Thioune le remplace, Dijon passe en 4-3-3 (voir compo plus haut). Malgré ce changement à vocation défensive, c'est Nîmes qui commence le mieux la deuxième mi-temps, à l'image de la première. Le latéral Vargas fait des dégâts avec quelques courses balle au pied.


Omarsson sert Labonne d'un centre long, mais son tir est contré par Rocchia. Dijon est asphyxié et rate les gestes les plus simples. Traoré est lobé par un rebond dans sa zone de réparation sur un nouveau centre de Vargas, Sadzoute arrive en opportuniste avec un timing parfait, mais heureusement Baptiste Reynet est très vigilant à son premier poteau pour sauver les siens. Malgré sa puissance, Malik Tchokounté est contenu par la défense et Coulibaly, mais pour combien de temps ?


Les réponses du DFCO sont peu fructueuses dans un système décidément moins efficace. Soumaré tente son classique centre-tir enroulé du pied gauche, le ballon fuit le cadre et Le Bihan ne peut mettre son pied en opposition. Après l'heure de jeu, un Ndong légèrement en retard autorise Vargas à centrer vers Omarsson, Traoré rate son intervention de la tête et l'Islandais frappe de volée. Reynet capte le ballon qui partait doucement mais sûrement sous sa barre.


65e minute, ce Dijon est inquiétant et montre tous les signes avant-coureurs d'un craquage en deuxième mi-temps. C'est ce moment que choisit Traoré pour sauter deux lignes avec une passe en direction de Le Bihan, qui prend son temps et se retourne pour centrer à l'entrée de la surface où Xande Silva l'attendait. Le sang-froid épatant de notre attaquant lui permet de contrôler puis de feinter afin de mettre deux adversaires dans le vent avec un crochet, envoyer une lourde frappe de loin au ras du poteau de Maraval, qui se détend admirablement pour empêcher l'ailier de doubler la mise !

Le rythme retombe et c'est exactement ce qu'il fallait pour que Dijon retrouve ses esprits. La passe de Durand de Devigney est interceptée par Congré devant Omarsson, Thioune est à la réception et décale vite vers Soumaré, qui ne sert que de relais pour Silva en une touche. La phase de transition est parfaitement exploitée et Xande Silva fait une passe en profondeur entre les deux défenseurs, mettant Mickaël Le Bihan sur orbite : ce face à face est remporté par le n°8 malgré la bonne anticipation de Maraval et le ballon roule jusqu'à franchir la ligne (2-0, 75e).


Le match semble plié à ce stade et Xande Silva, très généreux, sort à la 81e pour laisser entrer Camara. Sur l'action suivante, Thioune est légèrement maladroit et manque de peu d'intercepter un ballon dans son couloir gauche, Burner remet à Vargas qui centre. Omarsson domine Coulibaly de la tête, le ballon reste en l'air pendant une seconde qui paraît être une minute entière et Moussa Koné ne se fait pas prier. L'attaquant gardois s'autorise un retourné acrobatique après avoir protégé la retombée du ballon face au pauvre Congré, qui se prend l'équivalent d'un poster dunk avant que le tir ne fuse dans sa lucarne (2-1, 83e).


Vous la sentez venir, la catastrophe en fin de match ? Omar Daf tente de casser l'élan nîmois avec deux changements à la 85e : Ngouyamsa remplace Traoré et le supersub Assalé entre alors que Marié quitte le terrain. Le DFCO repasse en 4-2-3-1 pour quelques minutes. Mais Nicolas Usaï aussi a procédé à plusieurs changement. Vargas se retrouve côté gauche, élimine MLB et frappe du droit : son tir enroulé est bien anticipé par Reynet, qui saisit fermement le ballon. Le capitaine Daniel Congré encourage les siens à jouer plus haut, alors que Zargo Touré fait son apparition à la place de Le Bihan pour conserver ce score.


Malgré les quatre minutes de temps additionnel, les visiteurs ne passent pas. Touré et Ngouyamsa font le nécessaire d'un côté, Thioune et Rocchia de l'autre pour contenir les assauts de Nîmes et l'arbitre siffle trois fois. Le DFCO reste invaincu et, plus important encore, s'impose contre un adversaire qui s'est avéré plus coriace que prévu, même s'il restait l'une des bêtes noires de Dijon. Un succès imparfait mais trois points de plus au compteur qui propulsent Dijon à la 3e place du classement, en attendant le résultat de Bordeaux à Grenoble.


On regrette légèrement cette posture plus frileuse adoptée en seconde période par l'équipe, même si elle menait déjà d'un but. Mais ce club semble être ressuscité (dans l'état d'esprit, du moins), capable d'aller chercher des résultats dans les dernières minutes et de tenir bon dans ses temps faibles pour prendre trois points. C'est exactement ce que ses supporters demandaient. Le prochain match sera un énorme test, chez un FC Metz (4e) qui n'a pas eu de pitié pour ses adversaires à domicile. Les Rouges auront besoin de votre soutien !

@No_Vak


Vous aimez nos photos du match ? La galerie complète est déjà en ligne et accessible en cliquant sur ce lien.


LES NOTES

L'Homme du Match : Xande Silva (8)

La nouvelle coqueluche du public dijonnais ! Pour sa première titularisation, le Portugais est de nouveau décisif, avec deux passes dé' impressionnantes de précision et de timing. Une récompense pour un match qui lui a mis tous les supporters dans la poche. Ses changements de rythme et appels en profondeur apportent de la diversité et du tranchant. Dans la zone de vérité, il trouve toujours la solution. Juste, précis et efficace. Une prestation de grande classe. Remplacé par Camara à la 81e, maladroit ce soir mais combatif.

Reynet (6) : serein, il a répondu présent quand on a eu besoin de lui, notamment en début de deuxième mi-temps. Il ne peut rien sur le but nîmois, tant le retourné est soudain et placé en pleine lucarne.


Rocchia (5,1) : de très bonnes percussions dans son couloir, et un apport offensif qui fait toujours du bien pour ajouter de la verticalité et offrir plus d'options au porteur de balle. En revanche, pas mal de fébrilité et trop de défense à reculons, à l'image du reste de la dernière ligne.


Congré (4,9) : une première mi-temps tout en contrôle, montrant à Omarsson qu'il est le patron. Une seconde moins évidente, mais qui tient la route. C'est lui qui se prend la bicyclette de Moussa Koné, même s'il faut d'abord saluer le geste.


Coulibaly (5,1) : régulièrement en souffrance face à son vis-à-vis, Tchokounté, qui n'a pas hésité à le bouger. Plus à son aise avec le ballon, Senou est toujours aussi précieux dans son engagement


Traoré (4.4) : une deuxième mi-temps un peu à côté de ses pompes. Il a souvent paru se débarrasser du ballon en vitesse, en particulier avec cette passe lobée direction Le Bihan, qu'il n'a réussi qu'une fois. Son manque de sérénité dans la surface ternit un peu le bilan après un premier acte honnête. Remplacé par Ngouyamsa à la 85e, qui n'a guère eu le temps de montrer plus qu'une de ses longues touches.


Marié (5,8) : un peu moins en vue dans l'orientation du jeu que face à Caen, il reste la rampe de lancement, cruciale à la construction du jeu dijonnais. Colossal en défense en première période, il a levé le pied au fur et à mesure de la partie. Remplacé par Assalé à la 85e. Le #77 a pu utiliser ses jambes fraîches pour mener le pressing et quelques contre-attaques.


Ndong (6,1) : Omniprésent sur le terrain, il était en revanche assez peu inspiré avec le cuir. Sur ce match, on retiendra plutôt sa justesse défensive, dans le placement et ses interventions.


Jacob (6,1) : Pour son retour dans le groupe, il s'offre directement un but. Parfait pour la confiance ! S'il aurait parfois pu faire mieux sur d'autres actions près des cages adverses, ses retours défensifs ont bien gêné les milieux nîmois. Encore juste physiquement, il cède sa place à Thioune (4,9) à la mi-temps. Ce dernier a finalement eu peu d'occasions de se montrer, jouant avec sobriété. A provoqué deux fautes sans en concéder et a offert de la stabilité après l'ouverture du score.


Soumaré (5,8) : discret, il a peu touché de ballon mais a fait parler sa vitesse d'exécution et sa vision pour chercher à être l'étincelle, se montrant très souvent menaçant balle au pied. A l'aise à la création, moins dans les derniers gestes.


Le Bihan (6,4) : positionné en numéro 9, il revenait beaucoup derrière pour aider à mise en place du jeu, au point qu'on pouvait sentir qu'il manquait quelqu'un devant. Son habile conversation du ballon et sa mise sur orbite de Silva donne premier but. MLB n'a pas tremblé sur son face-à-face avec Maraval pour la mettre au fond. Cette saison, ça vaut le coup de le titulariser sur MPG. Remplacé par Touré, dans le temps additionnel, histoire de bétonner un coup.

@EtienneLVK


MOYENNE : 5.7

1 136 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout