• Gus21

DFCO 2-1 Strasbourg : ultime espoir ou chant du cygne ?

En s’imposant à la dernière seconde face à Strasbourg, les Dijonnais restent 19e mais préservent leurs chances d’accrocher les barrages, voire mieux. Mais les Rouges n’ont plus totalement leur destin entre leurs mains. Alors, fol espoir et dernier baroud d’honneur ?

Auteur de pénalty plein de sang-froid, Julio Tavares a enfin retrouvé le chemin des filets (photo : FoxSports.it)

Les matchs et les notes :

Les supporters dijonnais seront passés par toutes les émotions samedi soir. La confiance devant la belle entame de matchs des Rouges, la joie après l’ouverture du score signée, enfin, Julio Tavares ; le doute, avec l’attentisme affiché en deuxième période, puis la colère après l’égalisation strasbourgeoise ; la désillusion alors que se dessinait le mach nul pendant que Caen dominait Reims ; et enfin, la délivrance et une bouffée d’espoir lorsque, avec pas mal de réussite, Kwon Chang-hoon donnait la victoire aux siens dans la dernière minute.


Un scénario fait de hauts et de bas, à l’image de la prestation offerte par le DFCO. Défensivement, les Dijonnais ont été en difficulté. A l’image d’un Cédric Yambéré coupable sur le but strasbourgeois et régulièrement pris au duel par Ludovic Ajorque, l’arrière-garde bourguignonne s’est montrée particulièrement fébrile face à des strasbourgeois qui n’ont pourtant pas montré grand chose dans le jeu. En quasi panique après l’égalisation d’Ajorque, les Rouges n’ont du qu’à la maladresse des alsaciens, à un Runarsson en feu et à un brin de réussite de ne pas encaisser le deuxième but qui aurait probablement scellé leur destin.


Au milieu de terrain, le bilan est plus flatteur, avec un entre-jeu dijonnais qui s’est beaucoup battu et a opposé un réel défi aux strasbourgeois, malgré un évident déficit de puissance. Romain Amalfitano et Jordan Marié (auteur par ailleurs d’un retour décisif sur sa ligne) ont multiplié les duels, les interceptions et les courses, même s’ils ont été moins efficaces dans la construction. Pour sa 500e en Ligue 1, Florent Balmont a été moins en vue que lors de ses dernières sorties, avec certes cette mauvaise passe en retrait pour Runarsson qui amène le but alsacien, mais surtout un réel manque d’inspiration dans les transmissions.


Pour ce qui est de l’animation offensive, on passera assez vite sur la prestation fantomatique de Wesley Saïd qui, à part mettre Sels à contribution à la 13e minute, a été totalement invisible. On retiendra plutôt la copie plutôt satisfaisante rendue par Naïm Sliti, un des rares Dijonnais à se montrer réellement créatif et qui a provoqué le pénalty transformé par Julio Tavares. Un Julio Tavares dont on saluera le sang-froid. Prendre la responsabilité de tirer ce pénalty, et le réussir, après une telle traversée du désert, c’est plus que louable. Une prise de responsabilité doublement récompensée puisque c’est lui qui, dans la dernière minute du match, dévie (avec beaucoup de réussite) le ballon pour le but vainqueur de Kwon. L’entrée en jeu du coréen pour aller chercher la victoire, à la place d’un Balmont éreinté, est d’ailleurs, une fois n’est pas coutume, à mettre au crédit d’Antoine Kombouaré... qui a toutefois rééquilibré les comptes en sortant de manière incompréhensible Naïm Sliti, en verve à ce moment là et qui semblait en avoir encore sous le pied...


Avec pas mal de réussite dans les deux surfaces mais sans réellement convaincre dans le jeu, les Dijonnais prennent finalement trois points cruciaux. Et restent au contact dans la course au maintien.


Les notes : Runarsson (7) - Chafik (4,5), Yambéré (4,5), Lautoa (5), Haddadi (5) - Balmont (4), Amalfitano (7), Marié (6,5) - Sliti (5), Saïd (3,5), Tavares (6,5)


Buteur à la dernière seconde, Kwon Chang-hoon préserve les chances du DFCO de se maintenir en Ligue 1 (photo : FoxSports.it)

Et maintenant ?

Avec cette victoire, le DFCO reste à 2 points de Caen, vainqueur de Reims (3-2) mais revient également à la même distance de Monaco, à nouveau défait, cette fois à Nîmes (1-0). Tout reste donc ouvert, à deux journées de la fin, et même, qui l’eut cru, la possibilité de se maintenir sans passer par les barrages ! Mais la décision ne se fera probablement pas avant la dernière journée. La semaine prochaine, les Dijonnais vont en effet se rendre au Parc pour y affronter le PSG, tandis que Caen se déplacera à Lyon. A moins d’un miracle, on peut imaginer que les deux équipes seront au même niveau dans une semaine. Il sera plus intéressant de suivre le déplacement d’Amiens à Monaco. Entre le 17e et le 16e, respectivement à 2 et 4 points du DFCO, tout sera ouvert. Et une défaite monégasque laisserait les hommes de Jardim à portée de tir des Caennais et des Dijonnais.


D’autant que le programme de la dernière journée sera plutôt favorable aux actuels relégables. Tandis que Monaco effectuera un périlleux déplacement à Nice, Caen recevra Bordeaux, 19e équipe à l’extérieur, et le DFCO accueillera Toulouse, une équipe qui a souvent réussi aux Dijonnais dans les moments difficiles, qui n’a plus gagné depuis 5 matchs (3 nuls, 2 défaites) et ne s’est plus imposée à l’extérieur depuis la 21e journée. Néanmoins, le scénario s’annonce difficile. En partant du principe que le DFCO perdra à Paris et Caen s’inclinera à Lyon, il faudra, pour que les Dijonnais se maintiennent ou aillent au moins en barrage, que Monaco perde contre Amiens lors de la 37e journée et que, lors de la 38e et dernière journée, les Dijonnais l’emportent en espérant une défaite soit de Caen soit de Monaco (ou des deux, pour finir 17e). Cela n’est pas du tout impossible mais sera toutefois compliqué.


Quoiqu’il en soit, il faut à présent que les Rouges fassent la meilleure fin de saison possible, même si cela s’achève au final par une 19e place. Car sans un état d’esprit irréprochable, les Dijonnais ne pourront espérer s’imposer en barrages ou, dans le pire des cas, rester suffisamment mobilisés pour remonter très rapidement en Ligue 1. Il sera temps, une fois la saison définitivement achevée, de faire les constats et, croyez-moi, ils seront saignants, notamment pour la direction dijonnaise qui vole d’ineptie en absurdité. Mais pour le moment, tâchons d’être derrière les joueurs jusqu’au bout. Certains ne méritent guère de louanges mais d’autres se seront impliqués tout du long, avec une mentalité exemplaire. Pour eux, et pour l’avenir du club, on donnera de la voix jusqu’à la dernière minute.


Photo de couverture : FoxSports.it

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin