DFCO : Le guide pour débuter la saison 22-23 de Ligue 2

Le championnat reprend ses droits aujourd’hui même, avec un défi de taille se dressant sur la route de notre club : l’AS Saint-Étienne pour ouvrir le bal dans une saison très particulière, en prime à 15h00. Si nous vous invitons bien sûr à prendre les quelques places restantes au Stade Gaston-Gérard, vous êtes peut-être, comme beaucoup, perdus en ce qui concerne l'équipe, après des vacances que vous avez bien méritées ou après avoir fait un break tant les deux dernières saisons ont été décevantes. Que s’est-il passé cet été à Dijon ? Qui sera notre meilleur buteur ? Qu’attendre de l’an 2 du DFCO en Ligue 2 depuis la descente ? C’est votre jour de chance, l’équipe du Dijon Show vous résume l’activité estivale jusqu’à aujourd’hui avec dans un premier temps les mouvements lors du mercato, puis un passage en revue de l’effectif et un bref débrief des amicaux afin de vous mettre à la page.

Un effectif plutôt stable, renforcé aux postes clés... Le mercato de Dijon donne des raisons d'être optimiste.

LES TRANSFERTS

Départs :

Frédéric Sammaritano (f.c, retraite) : son temps de jeu a drastiquement chuté l’an passé, avec seulement 17 apparitions en championnat et une seule titularisation. Après son ultime saison en tant que joueur professionnel, le milieu offensif de poche s’est immédiatement reconverti comme entraîneur adjoint des U17 du DFCO.


Romain Philippoteaux (f.p, Brest) : c’est sur quelques bonnes prestations et une bonne note que s’achève l’acte II de RP à Dijon. Il a participé à 23 matchs l’an dernier, dont 18 titularisations, surtout en fin de saison où il a contribué à quatre buts en sept rencontres. Il n’était pas convoqué pour le dernier match amical de Brest. Transfert à venir ?


Bruno Ecuélé-Manga (f.c, sans club) : après plusieurs années de loyaux services, BEM a finalement quitté le DFCO par la petite porte. Celui qui s’avérait être un roc la première saison a perdu de sa superbe, jusqu’à devenir un joueur anodin (tout en étant très bien rémunéré) de Ligue 2. Il n’a pas encore retrouvé d’équipe, mais n’a pas non plus raccroché les crampons à 34 ans.


Wilitty Younoussa (f.c, sans club) : c’est une surprise et sans doute une déception pour une bonne partie des supporters de Dijon : après quelques mois prometteurs, Younoussa a connu une baisse de régime et a disparu de la circulation ainsi que des feuilles de match de Patrice Garande. Le jeune milieu camerounais a joué 20 rencontres l’an dernier mais n’a pas trouvé d’accord avec le club pour une prolongation, il se retrouve libre comme l’air à 20 ans.

Erwan Belhadji (f.c, sans club) : sans trop de surprise cette fois, la tentative de greffer le jeune ailier à un poste de latéral pour faire le nombre n’a pas fonctionné. Au final, Belhadji quitte son club formateur après avoir joué deux matchs de Ligue 2 (2x titulaire) et trois de Coupe de France, dans l’anonymat le plus total. On a l’impression que la signature de son contrat professionnel, très court, n’était pas vraiment un plan sur le long terme mais une solution temporaire avec la descente en Ligue 2.


Amir Arli (f.c, Samsunspor) : un autre mouvement qui en a déçu plus d’un est celui de ce jeune espoir franco-turc qui n’a pas eu le temps de prouver sa valeur. Olivier Delcourt a évoqué sur France Bleu Bourgogne la rupture à l’amiable du contrat du milieu offensif à sa demande, deux ans avant son terme. Il n’a pas eu le temps de s’exprimer sur le terrain mais tentera de le faire en D2 turque, où il a signé pour au moins trois saisons.


Mounir Chouiar (t.d, Istanbul Basaksehir) : un autre joueur exilé en Turquie ! Après avoir réalisé des prestations convaincantes du côté du Yeni Malatyaspor (3 buts, 4 passes décisives en 26 matchs), il a attiré l'œil de l’un des clubs d’Istanbul, 4e du dernier championnat, qui peut encore se qualifier pour la phase de groupe de la Conference League. Un transfert qui a rapporté un montant inconnu au DFCO, certainement moins que les 3,5M€ (sans compter les bonus) déboursés à l’époque par le club. Gâchis.


Arrivées :

Walid Nassi (t.d, Stade Briochin) : à l’heure actuelle, le transfert de Nassi est le seul à avoir exigé une compensation financière de la part du Dijon FCO, même si celle-ci doit être très abordable pour un club comme le nôtre. En N1, cet ailier droit prometteur s’est plutôt révélé après janvier mais doit encore franchir un cap dans les derniers mètres pour être vraiment au niveau de la Ligue 2. Il a disputé 31 rencontres avec Saint-Brieuc, pour deux buts et trois « assists ».


Idrissa Camara (f.c, Ümraniyespor) : un attaquant qui sort d’une grosse saison en D2 de Turquie, dans un club qui a fini à la deuxième position et a été promu. Camara a largement contribué à cette montée, avec ses 7 buts et ses 6 passes décisives en 29 apparitions, alors qu’il jouait régulièrement sur l’une des deux ailes. Un transfert intéressant, encore une fois à un poste où l'on manque cruellement de profondeur.


Ousseynou Thioune (f.c, Sochaux) : voilà une valeur sûre du championnat de Ligue 2, contrairement aux deux premières recrues. Le milieu défensif de 28 ans a joué 87 matchs dans ce championnat et presque l’intégralité des rencontres avec Omar Daf l’an dernier. Il avait été laissé libre par le FCSM au terme de son contrat cet été, juste avant la révélation des désirs de départs de son compatriote.


L’EFFECTIF

Gardiens :

Baptiste Reynet (n°30, contrat jusqu’en 2024 +1 an en cas de montée) :

Toujours dans la peau d’un titulaire, Reynet devra cette fois-ci faire mieux que la saison passée, où il a été peu convaincant en tant que gardien de la deuxième pire défense du championnat. En raison de la rotation à Dunkerque et à Nancy, il est même le portier qui a encaissé le plus de buts en Ligue 2 en 2021-2022. Cette saison doit être celle du renouveau.

Toute bonne équipe se doit d'avoir un bon gardien. La place du DFCO en fin de saison dépendra forcément de la forme de Reynet, qui peut faire largement mieux.

Saturnin Allagbé (n°16, jusqu’en 2024) :

Allagbé aura sans doute plus de temps de jeu en Coupe de France qu’en Ligue 2, mais pourrait être amené à remplacer Reynet dans les buts, s’il se blesse ou s’il est en méforme. Même si ses dernières saisons à Dijon et brièvement à Valenciennes sont inquiétantes, il a déjà montré des qualités en Ligue 2, du côté de Niort. Un bon « back-up ».


Thomas Roche (n°40, jusqu’en 2023 +2 ans en option) :

Après des prestations intéressantes avec l’équipe réserve, ce jeune joueur de 20 ans a signé professionnel cet été pour au moins un an. Il constitue une option intéressante en tant que 3e gardien.


Défenseurs :

Daniel Congré (n°3) :

Le capitaine de l’ère Garande va devoir hausser son niveau d’un cran pour correspondre aux standards d’Omar Daf, qui exige une assise défensive capable de nous faire gagner des matchs, cette fois. Mais son expérience sera sans nul doute précieuse, ne serait-ce que pour permettre à des jeunes comme Benchaa de progresser. Il devrait être titulaire.


Senou Coulibaly (n°5, jusqu’en 2024) :

L’autre membre de la charnière centrale devrait toujours être Senou Coulibaly. Il débute là sa 5e saison à Dijon et son statut exige de lui une plus grande régularité également, même s’il a été l’auteur de bons matchs en 2021. Après une drôle de rumeur l’envoyant au Mexique pour 1,2M€ (démentie), le Malien doit assumer son statut de patron.


Cheick Traoré (n°27, jusqu’en 2024 +1 an en cas de montée) :

Un joueur important pour le groupe et important aux yeux d’Omar Daf. Il l’a aligné comme titulaire lors du dernier match de préparation, qui donne une meilleure idée du potentiel 11 de départ pour la première journée. Cheick devra cependant faire preuve de plus d’adresse que la saison dernière dans ses interventions pour garder cette place.


Christopher Rocchia (n°13, jusqu’en 2023 +1 an en cas de montée) :

Dans le couloir opposé, Rocchia a l’occasion de renaître. Ce latéral gauche a prouvé qu’il avait des qualités certaines dans les périodes où son équipe passe à l'attaque, que cela soit à Sochaux ou à Dijon, mais il a été écarté après ce qui semblait être une mésentente avec le précédent entraîneur. Avec un coach qu’il connaît et qui le connaît, il doit être revanchard et prétendre à une place de titulaire.

Les prestations de l'équipe sur le plan défensif l'an dernier sont insuffisantes pour une équipe qui prétend jouer le haut de tableau.

Adama Fofana (n°12, jusqu’en 2024) :

Lui aussi devra se battre pour sa place à gauche. Malgré des qualités évidentes, Fofana doit gagner en régularité pour s’imposer dans une équipe qui joue la première partie de tableau en Ligue 2. Espérons que sa blessure soit de l’histoire ancienne, car le potentiel, lui, est bien présent. Nous pourrions même le voir dépanner sur l’aile gauche, au regard de ses qualités et des matchs amicaux.