DFCO 3–3 Nantes : Mal récompensés

Menant par trois fois au score, les Dijonnais concèdent le match nul face à des Nantais réalistes et pleins de réussite (2 tirs cadrés pour 3 buts). Malgré la déception de voir la victoire s’envoler à la dernière minute sur une tête un peu improbable, il faut garder à l’esprit la bonne copie rendue par l’ensemble de l’équipe.

De retour à Gaston-Gérard, Mehdi Abeid et les Nantais ont arraché la victoire à Dijon dans le temps additionnel.

Un nul malheureux

Le bon côté des choses : le DFCO est invaincu à Gaston-Gérard depuis 10 matchs, égalant sa plus longue série en Ligue 1. Mais bon, ça fait quand même mal de penser que les Dijonnais ont laissé filer les trois points après avoir eu la victoire entre les mains à la 90e minute. Marquer 3 buts et mener autant de fois au score pour finir sur un match nul peut nourrir des regrets aux bourguignons. Surtout qu’ils ont frappé deux fois plus au but que les Canaris (20 à 8), tout en ne concédant que 2 tirs cadrés (un but contre son camp et la tête de Girotto ressemble à peine à une véritable tentative de tir). Si le résultat final laisse un goût amer, l'équipe a livré une superbe prestation offensive pleine de promesses, sans être trop bancale en défense. Et tout avait vraiment bien commencé.


Une entame de match entraînante

Le début de match des Dijonnais est tonitruant. Les Rouges prennent à la gorge les Nantais dès le coup d’envoi, dominant le premier quart d’heure de la tête et des épaules. Ils tiennent le ballon et sont justes dans la construction, apportent le danger de tous les côtés tout en assurant un bon repli défensif. Pourtant, ils vont connaître une première alerte à la 7e minute : un ballon mal dégagé traîne dans la surface de Gomis et il faut l’intervention in extremis de Lautoa devant Emond pour éviter un but tout fait. Ça n'affecte pas la pleine confiance en eux des locaux, ils repartent à l’abordage et sont récompensés de leurs efforts par l’ouverture du score de Mavididi (15e). Sur une touche longue venue de la droite, Tavares remet le ballon pile dans les pieds du numéro 9 anglais qui contrôle de la semelle et se retourne pour inscrire un magnifique but en pivot.

La réponse nantaise

Le match commence à s’emballer et les Nantais ne tardent pas à frapper à leur tour. Cinq minutes après le but du « meilleur attaquant de l’histoire de l’Angleterre » d’après @No_Vak, le Nigérian Simon profite d’une erreur d’alignement de la défense (Alphonse bien trop haut et Mendyl trop bas couvre le hors-jeu) pour aller tromper Gomis (20e). Les deux joueurs entrent en collision et sortiront tous les deux un peu plus tard, avec possiblement de sérieuses conséquences pour le gardien bourguignon (voir plus bas). Les Dijonnais repartent au charbon et Tavares conclut une remise de Mavididi par une superbe demi-volée imparable (24e). Quelques occasions plus tard (dont un face-à-face raté par Tavares, sa tentative de piqué finit bien au-dessus de la cage de Lafont), rebelote. Les Nantais égalisent de nouveau, à la 34e. Légèrement déséquilibré par Emond à la réception d’un corner, Alphonse, envoie le ballon dans son propre but. Directement dans la foulée, Lautoa croit redonner l’avantage à Dijon mais son but est refusé pour hors-jeu. Le score nul 2-2 à la mi-temps paraît injuste pour les Dijonnais tant ils ont dominé sans parvenir à rentabiliser cette première période un peu folle.


Money time

La seconde période est bien plus terne et hachée dans le jeu, avec beaucoup de fautes de chaque côté. Bien que moins emballants, les Dijonnais se montrent toujours aussi confiants et poussent pour aller chercher ce but, au point q