• No_Vak

DFCO 0-1 Angers : défaite et fin de série.

Mis à jour : sept. 14

Sans solution et friable face à une équipe angevine pourtant peu inspirée, Dijon s'incline pour le premier match de la saison 2020-2021.

Dina-Ébimbé et les siens n'ont pas su forcer le coffre fort angevin (© Le Bien Public)

Première déconvenue

362 jours, soit 11 mois et 27 jours. Cette longue période correspond à l'invincibilité du DFCO à Gaston-Gérard en Ligue 1, depuis sa dernière défaite face à Bordeaux le 26 août 2019. Série qui s'est achevée ce samedi après-midi, à cause du génie Moulin qui continue de faire d'Angers SCO la bête noire de Dijon. Pourtant, les noir et blanc étaient semblaient prenables...


Durant les 10 premières minutes, les hommes de Jobard semblent réussir tout ce qu'ils entreprennent, malgré un tacle de Bruno Écuélé-Manga qui envoie par mégarde le cuir heurter le poteau droit de Gomis. Les signes sont malgré tout positifs et suite à une longue touche de Ngouyamsa mal négociée par le SCO, Ngonda s'offre un angle de frappe aux 25 mètres. La parade de Bernardoni laisse le ballon à portée de Scheidler qui le pousse au fond des filets, mais le natif de Boulogne est signalé en position de hors-jeu. Une déception de taille pour lui qui aurait ouvert son compteur lors de son tout premier match dans l'élite du football français.


Mais la physionomie du match va vite s'inverser à cause des largesses dont notre défense centrale à fait preuve. Kanga, puis Thioub parviennent à se frayer un chemin dans le dos de Lautoa et BEM. Et c'est finalement sur la deuxième phase d'un corner que les visiteurs parviennent à ouvrir la marque, après une erreur à la relance de Chouiar. Sada Thioub frappe et trouve à nouveau le poteau, mais la balle traverse la surface pour se retrouver dans les pieds de Traoré, qui fusille le portier dijonnais. 0-1, et ce but est plutôt mérité tant les rouges ont fait d'erreurs dans leurs 30 mètres.


Mais Mounir Chouiar compte bien se rattraper et offre sur un plateau une occasion de but à Aurélien Scheidler dont la frappe enroulée du gauche est contrée par un défenseur. Angers continue de pousser pour faire le break, et chaque corner met un peu plus de pression sur les cages bourguignonnes. Cependant, c'est ensuite sur une contre-attaque rondement menée que le DFCO se procure sa meilleure occasion du match : Ngonda élimine son vis-à-vis sur l'aile gauche et lance Dina-Ébimbé, qui part en dribble jusque dans la surface angevine. Son centre à raz de terre devant les buts est presque touchée par Scheidler, et Marié au deuxième poteau a l'occasion de frapper dans un angle extrêmement fermé. Sa tentative échoue malheureusement sur le poteau.


Une autre grosse déception pour Dijon survient juste avant la pause, alors que Ngonda reste au sol et indique vouloir être remplacé. Alphonse étant parti pour Amiens la veille, et Chafik blessé, aucun autre arrière latéral ne faisait partie du groupe, c'est donc Romain Amalfitano qui pris la place d'un Glody Ngonda Muzinga vaillant et dangereux. Ngouyamsa continuera la partie à gauche de la défense, RA20 à droite.


Un avant-centre malchanceux

On espérait que la deuxième mi-temps recommencerait avec une domination de Dijon, mais Kanga se faufile à nouveau derrière Lautoa et force Gomis à une intervention de grande classe en taclant dans les pieds loin de sa surface. Scheidler est revanchard et n'a pas dit son dernier mot : Amalfitano côté droit passe en profondeur pour l'avant-centre qui contrôle, se retourne et finit l'action de la plus belle des manières au premier poteau. Le buteur exulte, mais sa joie est encore de courte durée puisqu'un autre hors-jeu est signalé (à raison) au départ de la passe...


Scheidler a failli survoler le match (© Le Bien Public)

S'il en faut plus pour décourager Scheidler, l'arbitrage est peu clément avec lui pour ses débuts. Après une très belle percée solitaire sur la droite, il élimine un autre joueur d'Angers et se place en position idéale pour frapper, mais M. Wattellier siffle pour une faute inexistante de l'attaquant...



Le temps commence à s'épuiser, et le club d'Anjou se procure de nombreuses opportunités de but sur contre attaque, avec notamment Fulgini qui n'est stoppé que par un arrêt intelligent de notre portier sénégalais.




Stéphane Jobard tente d'apporter plus de danger en effectuant quelques changements : Sammaritano rentre, Marié sort et Dina-Ébimbé prend place au milieu de terrain. Puis ce sont Chouiar et Scheidler (victime de crampes), qui se font remplacer par Dobre et Philippe, sans plus de succès. C'est même Farid El Melali qui menace par deux fois d'aggraver la marque pour Angers, mais il manque ses tentatives. On est plus proches du but break que de l'égalisation, et sans surprise le match se termine sur une première déconvenue de nos Bourguignons.


Maladresse et échec du collectif

Cette défaite est sans doute due plus à des erreurs de l'équipe entière qu'à un ou deux joueurs en particulier, mais il est important de noter la prestation très inquiétante du duo de centraux Écuélé-Manga et Lautoa, souvent pris de vitesse, peu concentrés et trop approximatifs dans les relances (parfois des longues passes inutiles, ou des pertes de possession dangereuses au milieu...). Le SCO Angers a très bien saisi ce point faible de notre équipe et s'est procuré de nombreuses occasions franches.


Ngouyamsa, qui a joué la moitié de la partie comme arrière gauche, a montré de la volonté mais surtout beaucoup de lacunes en ce qui concerne le placement et l'apport sur les phases offensives. Ces erreurs en Ligue 1 se payent souvent très cher, et le score aurait pu être plus lourd.


La plus grosse déception vient sans doute de l'incapacité du trio au milieu de terrain à se projeter suffisamment, à créer des décalages pour les attaquants. Ndong et Marié par moment ont tenté, mais en vain, de se frayer un passage entre de solides Mangani et Santamaria. Diop a lui eu beaucoup de mal à se mettre dans le rythme, et n'est pas encore le leader technique que l'on espérait. Toutes ces raisons ont empêché Dijon de se créer suffisamment de situations de but, et les rares tentatives étaient souvent trop peu inspirées pour battre le gardien.


Quelques statistiques importantes :

- Possession : DFCO 53% - SCO 47%

- Tirs (cadrés) : DFCO 9(1) - SCO 12(4)

- Fautes commises : DFCO 15 - SCO 8


(source : https://www.ligue1.fr/fr-FR/feuille-match?matchId=68090)



Notes des joueurs :

Comme à son habitude pendant la saison 19-20, Le Dijon Show vous propose les notes des rédacteurs après la rencontre.


HOMME DU MATCH : Gomis (6.2)

Pas en tort sur le but encaissé, Alfred a repoussé les tentatives des Angevins avec facilité, et a soulagé les siens avec deux interventions hors de sa surface. Un bon match rassurant pour son retour à la compétition, après une grave blessure. A soigner : le jeu au pied sous pressing.


Ngouyamsa (2.9) : son manque de rigueur a failli entraîner plusieurs buts, et il a trop peu apporté sur le front de l'attaque. Un mauvais match à oublier pour le néo-pro, mais il aura d'autres chances à l'avenir.


Écuélé-Manga (2.1) : rendre une telle copie pour un joueur de son niveau est inacceptable contre un adversaire à notre portée. Ses contrôles manqués à foison et des ratés dangereux pour le DFCO viennent couronner sa mauvaise prestation défensive.


Lautoa (3.1) : à la peine tout le match comme son compagnon dans l'axe, et souvent débordé par Kanga et Thioub. Ses appuis et son anticipation ont totalement disparus au coup d'envoi, mais il a au moins pu effectuer quelques tacles importants...


Ngonda (5.9) : ce match était pour Ngonda l'un de ses meilleurs sous nos couleurs. Plutôt en jambes et capable d'apporter le surnombre, d'éliminer des scoistes pour créer une occasion, il s'est blessé à la 45e et sera probablement forfait à Lyon. Remplacé par Amalfitano (5.4), qui n'a pas déçu malgré le fait qu'il ait dû jouer à un poste où il n'est pas à son meilleur niveau. Les deux hommes ont été rassurants.


Diop (4.3) : une première mi-temps pas loin d'être catastrophique tant les ratés étaient nombreux, il était rarement disponible pour ses coéquipiers. A failli provoquer un penalty. Du mieux dans le deuxième acte, mais il en faudra plus pour justifier un statut de titulaire.


Marié (4.9) : assez timide dans le jeu, il est l'auteur d'un excellent tacle en phase de transition, d'une frappe sur le montant et d'une copie globalement correcte, mais pas impressionnante.


Ndong (5.1) : a été le créateur par intermittence dont on parlait dans le bilan de fin de saison. Parfois très présent et réclamant beaucoup de ballons pour lancer des offensives, mais encore trop d'erreurs dans la transmission et le placement défensif.


Dina-Ébimbé (5.3) : son cas a énormément divisé les rédacteurs. Invisible en 2e mi-temps, il a été l'un des principaux acteurs de la première avec ses quelques percées dangereuses. Trop de maladresse dans la surface, mais prometteur.


Chouiar (4.3) : son match est très similaire à celui de Dina-Ébimbé, pas sur le plan tactique mais dans sa contribution au jeu dijonnais. Il a été un poison par moments, mais ces quelques éclairs de génie cachent un match moyen de sa part. Il est également l'un des responsables du but vainqueur.


Scheidler (5.6) : si proche de nous faire chavirer de bonheur par deux fois. Sa combativité et ses bonnes tentatives nous donnent bon espoir pour la suite, il ne semble pas avoir peur des défenseurs de Ligue 1 et leur pose beaucoup de soucis. Une première convaincante, rassurante quand on sait que l'on s'apprête à perdre Julio Tavares...


MOYENNE DE L'ÉQUIPE : 4.6


Vous aussi, vous pouvez noter les joueurs de Dijon en cliquant remplissant le questionnaire ci-dessous ou en cliquant ici


835 vues2 commentaires

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Le Dijon Show
  • Twitter Le Dijon Show
  • Instagram Le Dijon Show
  • Twitch Le Dijon Show TV
  • Youtube Le Dijon Show
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Le Dijon Show Féminin
  • Instagram Le Dijon Show Féminin
  • Youtube Le Dijon Show Féminin