Monaco 3-0 DFCO : la diagonale du vide

D’abord intéressant pendant une mi-temps en tenant tête au 3e de Ligue 1, Dijon est retombé dans ses travers en s’inclinant lourdement en seconde. En rentrant bredouille et à nouveau sans marquer, les Rouges s'enfoncent un peu plus vers le désert de la Ligue 2 BKT.

Deux capitaines sont sur un radeau, Ben Yedder et BEM. BEM tombe à l'eau. Qui en profite pour faire le show ?

LE MATCH


La convocation surprise de l’attaquant Jacques-Julien Siwe (19 ans) dans le groupe professionnel pour ce déplacement à Monaco est un motif de satisfaction, alors que Konaté est écarté par choix du staff. Chouiar, Ndong, Ngonda et Sammaritano sont tous blessés, ce qui profite notamment à Assalé, Kamara et Dina-Ébimbé. Un Kamara qui fait son retour en trombe dans le XI aux côtés de Baldé dans un 5-3-2. Le milieu de terrain, composé de Marié, Benzia et Celina, devra faire face à la paire Tchouaméni-Fofana. C’est Anibal Chala qui prend le poste vacant de latéral gauche.


En début de match, Monaco est l’équipe la plus dangereuse mais sans avoir de très franches occasions. Une frappe de Golovin est bien stoppée en deux temps par Allagbé (10e), mais en dehors de cela, Dijon parvient à empêcher l’ASM de trouver la faille. Certaines phases de jeu en triangle le long de la ligne, côté droit, donnent l’espoir d’un collectif plus huilé, capable de s’extirper du pressing adverse, enfin ! Mais c’est sans compter sur notre manque de créativité pour franchir le second rideau. Au final, tous les ballons repassent par Allagbé, presque contraint de dégager loin devant car sans solution.


Sur un coup franc de Benzia, Écuélé-Manga reprend la balle de la tête (22e), ce qui constitue le premier tir de la partie pour le DFCO. Une joie de très courte durée puisque de l’autre côté, sur un autre coup-franc indirect, Maripan domine tout le monde dans les airs pour smasher le ballon au fond des filets (25e). Il est finalement signalé hors-jeu, mais ce premier avertissement ne sera pas le dernier.


Jovetic se procure une double tentative à gauche des cages de Dijon, qui nécessite une parade du gardien puis de son coéquipier qui était bien revenu (27e). Les Bourguignons tiennent bon et se donnent le droit de rêver, avec Baldé qui profite d’un mauvais contrôle pour chaparder le ballon (38e). Sa course plein axe efface deux défenseurs avant de tenter la frappe du gauche, tout droit dans les gants de Lecomte. Kamara était à proximité, il y avait peut-être mieux à faire.

Malgré une démonstration de son talent, Saturnin n'a pu continuer à nous faire rêver.

Juste avant la pause, Aurélien Tchouaméni reprend de volée un coup franc, la trajectoire atterrit dans le petit filet extérieur(42e). Enfin, Benzia trouve Kamara aux 22 mètres, qui tente sa chance mais manque le cadre (44e). L’arbitre renvoie tout le monde aux vestiaires et interrompt un match pas tout à fait équilibré, mais dans lequel le DFCO a au moins une chance.


Un véritable Carthage

Mais l’espoir est de courte durée, car Kovac ne veut pas laisser de place au hasard. Rentrent alors sur la pelouse Cesc Fabregas, mais surtout Wissam Ben Yedder. Sur son cheval blanc, le vrai Prince de Monaco vient libérer le club du Rocher en provoquant une faute de BEM dans la surface (48e). Allagbé sauve la tentative du franco-tunisien, mais Jovetic se jette le premier sur le rebond (1-0, 49e).


Peu avant l’heure de jeu, Henrique se retrouve seul face à Allagbé qui remporte le duel. Sur la contre-attaque suivante, Benzia ouvre la voie à Kamara : l'avant-centre manque largement le cadre. Puis, c’est au tour de Baldé de rater complètement le but, alors que le contre de Kamara lui permettait d'être seul dans la surface. Un horrible raté dans un instant qui aurait totalement pu relancer la rencontre.


Surtout que la sentence ne se fait pas attendre : Ben Yedder échappe à la vigilance de Lautoa après que ce dernier a dirigé sa passe droit sur Golovin. L'attaquant lobe le gardien (2-0, 63e).

A quelques mois de l'Euro, WBY affirme qu'il est capable de marquer contre les pires équipes d'Europe (photo ASM).

Allagbé fait une énorme parade pour empêcher Golovin de pousser le ballon au fond. Sur le corner qui s'ensuit, il se couche sur une tentative lointaine (70e).


De nombreux changements côté Dijon sont opérés pour tenter de renverser la tendance, Assalé rentre pour Kamara et Dina-Ébimbé remplace Benzia. Sans grande surprise, en sortant deux des joueurs les plus influents, Linarès se tire une balle dans le pied. Un sourire vient illuminer nos visages de supporters désespérés, quand Siwe remplace Baldé à la 79e.


Puis Chafik prend la place de Boey et Dobre celle de Lautoa, sans plus de succès. C’est même pire puisqu’à la 88e minute, Chafik est complètement débordé par la vitesse de l’ailier gauche de Monaco et concède un penalty que Ben Yedder transforme pour sa deuxième tentative (3-0, 89e). Le clou du spectacle.


Si certains joueurs ont été performants, ou au moins à la hauteur de ce que l’on attendait d’eux, d’autres révèlent de plus en plus leur nature de déserteur. Malheureusement pour eux, il leur sera encore plus compliqué de trouver un autre club qui voudra bien de leurs services. Rendez-vous le 1er septembre pour un bilan qui promet de vous faire grincer des dents.


LES NOTES

L'Homme du Match : Allagbé (7.5)

On le sait, les mesures prises contre la pandémie ont eu un lourd impact sur la santé mentale des Français. Mais ce n'est rien comparé à ce que ressent un type qui arrête un péno, fait des arrêts à bout portant et voit sa défense concéder deux pénos et faire des passes décisives à l'adversaire. Courage, bro'.


Boey (4.9) : certains se paluchent sur leur avenir en croyant donner bientôt la réplique à Neymar, d'autres le préparent en faisant le taf' jusqu'au bout. Un des rares qui pourra quitter le club la tête haute. Remplacé à la 84e minute par Chafik qui, soucieux de se mettre au diapason de ses coéquipiers, a apporté sa pierre à la déconstruction de l'édifice avec ce joli penalty concédé.


Écuélé-Manga (2.6) : il paraît que la musique apaise l'esprit. Alors, chantons ensemble : « Ohé, Ohé, Capitaine a abandonné ! ».


Coulibaly (2.9) : pendant que son agent commande des articles de presse qui l'envoient aux quatre coins de la planète, lui doit au moins essayer de garder hermétique une défense avec Lautoa, Chala et Écuélé-Manga. Deux salles, deux ambiances.


Lautoa (2.3) : par une avant-dernière passe tout en finesse, il aura participé à relancer Ben Yedder dans la course au soulier d'or de la Ligue 1. Bel exemple d'altruisme. Remplacé à la 84e minute par Dobre, parce que pourquoi pas après tout.


Chala (2.5) : à peine plus de 400 minutes au compteur, un statut évident d'escroquerie footballistique, un retour programmé au Mexique dans un mois mais une place de titulaire alors que Zagré cire le banc. La belle histoire du jour.


Marié (3.9) : pas inintéressant dans ce milieu à trois avec Celina et Benzia. Pas mal de boulot à effectuer pour combler le manque d'impact physique de Celina mais globalement une copie correcte. Pas flamboyante, mais correcte, c'est déjà bien.


Celina (3.5) : a vite trouvé ses marques au placement dans une configuration un peu inédite pour lui. Pour le reste... Son bon quadrillage du terrain n'a pas suffit longtemps à compenser son manque d'impact au duel et ce positionnement bas a inhibé toute sa créativité. Triste.


Benzia (5) : offre aux Dijonnais leur premier geste « frisson » depuis le départ de Naïm Sliti. Souvent bien inspiré dans l'orientation du jeu mais trop peu de soutien à ses côtés et trop peu de solutions devant. Remplacé à la 73e minute par Dina-Ébimbé, en pleine résiliation de bail.


Baldé (1.8) : soyons sport. En début de saison, il a pallié notre désert offensif et nous a même offert des lueurs d'espoir. Mais à présent, il est temps pour lui, grand temps même, que la saison se termine. Remplacé à la 79e minute par Siwe pour ses premières minutes en pro, et pour nous tenir attentifs jusqu'au coup de sifflet final.


Kamara (5.1) : il a autant de variété dans son jeu que France 3 dans sa programmation de Noël, mais aujourd'hui ça a fonctionné presque à chaque fois. Dommage qu'il n'ait pas joué aux côtés d'un autre attaquant. Oh, wait… Remplacé à la 73e minute par Assalé, qui nous laissera certainement le regret de ne pas l'avoir vu épargné par les blessures (et de l'avoir payé si cher).


MOYENNE : 3.8

Si le sondage s'affiche mal sur votre smartphone, cliquez ici.

403 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout