• No_Vak

Morteau-Montlebon 0-2 DFCO : un vent de fraîcheur

Dijon s'impose non sans mal sous la neige en Coupe de France, contre une vaillante équipe du FCMM (N3). Le terrain folklorique qui fait le charme de la compétition a compliqué la tâche des Rouges, qui ont dû attendre le dernier tiers pour se détacher.

Amir Arli et Yahya Soumaré ont appuyé sur l'accélérateur en fin de match, se rendant même décisifs (Photo : Thomas Jobard)

Pour cette partie haute en couleur, le coach du Dijon FCO choisit un onze inédit, avec trois défenseurs centraux et sans aucun avant-centre de formation sur la feuille de match. Dobre et Sammaritano occupent les postes avancés, tandis que le jeune Amir Arli fait sa toute première apparition chez les pros. Bryan Soumaré et Belhadji bénéficient aussi d'un temps de jeu appréciable et Reynet reprend les gants.




LE MATCH

Ce huitième tour de Coupe de France a un goût très particulier dans un stade champêtre comme on les aime. Les deux équipes s'observent pendant les premiers instants. La pelouse se détériore très vite et n'est pas propice à un jeu de passes au sol, ni a de fins dribbleurs. Les températures polaires affectent les deux équipes, qui se réchauffent de leurs efforts. Les joueurs de Morteau se procurent quelques incursions en début de partie, alors que Dijon peine dérouler son football.


La première frappe cadrée est tentée par Ahlinvi, sans n'être une grande menace. Les locaux ont du répondant et se procurent plusieurs occasions coup-sur-coup : un duel avec Reynet tourne à l'avantage du portier, puis ce dernier est de nouveau sollicité sur le corner suivant. Sa claquette préserve les buts dijonnais.

Sympathique banderole des supporters Belmontois-Mortuaciens (si si...) au sujet de la gastronomie locale.

Suite à une perte de balle évitable, le FC Morteau-Montlebon insiste peu avant la demi-heure de jeu. Journot bute une nouvelle fois sur un Reynet déterminé, et enflamme le stade de sa fougue. Quelques frappes d'Ahlinvi (à côté ou trop molles) et têtes de Dobre bloquées plus tard, le DFCO et les Doubistes se séparent dos-à-dos à la mi-temps. Si le club de Franche-Comté était devant à la pause, ça n'aurait pas été un scandale non plus.


La vieille garde et sa relève

Yahya Soumaré prend la place d'Alex Dobre dès la 46e minute. La seconde période commence sur un faux rythme, un peu comme la première. Les tentatives ne sont pas franches, les frappes non cadrées ou facilement repoussées par les défenses, comme ce coup-franc d'Arli. Sammaritano se charge de prendre le suivant, et trouve le jeune joueur franco-turc : son tir passe bien au dessus du cadre.


Mais Fred ne s'arrête pas là et persévère, la tentative suivante sur corner est plus prometteuse. Son corner sortant flotte au premier poteau et BEM s'élève le plus haut pour smasher le ballon, qui rebondit au sol avant de faire trembler les filets de Morteau (0-1, 69e).

Une délivrance qui nous fait pousser un « ouf » de soulagement, permettant temporairement au DFCO d'éviter la stressante séance de tirs au but. Mais le FCMM n'a pas dit son dernier mot et montre des qualités dont devrait s'inspirer un certain club de l'Yonne. Reynet est forcé d'intervenir sur de nouvelles tentatives pour conserver l'avantage durement acquis. Yahya Soumaré est propulsé dans un face-à-face avec Fraichot, le gardien amateur. L'attaquant prêté par Lyon ne peut vaincre le valeureux rempart (79e).


On se rapproche de la fin et Amir Arli trouve l'inspiration pour servir Bryan Soumaré après une contre-attaque : sa frappe bien enroulée fait résonner la barre transversale dans toute la montagne. On en reste à 1-0, jusqu'à LA grosse frayeur de l'après-midi. En effet, Baptiste Reynet est de nouveau sollicité sur une très grosse occasion en fin de partie, la frappe croisée de l'attaquant partait au but sans sa magnifique parade.


Dijon s'est fait peur jusqu'au bout, mais se permet de célébrer autre chose que la qualification dans les arrêts de jeu. Amir Arli est trouvé dans la boîte par une passe de Yahya Soumaré et ne perd pas son sang froid pour ajuster son tir, battant le gardien impuissant (0-2, 90e+3).


Le job est fait, sans la manière, mais ce match avait tout l'air d'un énorme piège, avec une composition plutôt jeune et expérimentale sur un terrain difficilement praticable. Le DFCO aura le privilège de figurer au tour suivant de la Coupe de France. Alors, qui préférez-vous que l'on tire, une Ligue 1 ? D'autres amateurs ? Un club rival ?




Découvrez notre galerie photo du match à Montlebon en cliquant ici


LES NOTES :

L'Homme du Match : Reynet (8)

Admirable dans ses prises de décision, ses réflexes sont plus aiguisés que jamais. Baptiste Reynet a longtemps sauvé son équipe, la qualification lui est largement due. A revoir contre une opposition théoriquement plus précise en Ligue 2, mais il va donner un casse-tête à Patrice Garande pour savoir qui titulariser à Guingamp.

Ngouyamsa (5,5) : une première mi-temps très difficile pour Ahmad qui a subi quelques vagues et laissé passer trop de percées de son côté, des avertissements sans frais. La seconde est de bien meilleure facture, il a accompagné les offensives en dédoublant et donnant quelques bons centres.


Touré (5,5) : a répondu présent malgré son déficit de vitesse qui lui a posé des problèmes contre des adversaires plus vifs. Il a contenu Morteau lorsque la pression était au plus fort.


BEM (6) : a rendu une copie proche de celle de Zargo Touré, mais son but libérateur (pour lui comme pour le DFCO) fait un bien fou. S'il n'a pas encore détrôné un certain Daniel Congré, il a montré qu'on pouvait encore compter sur lui.


Panzo (5,5) : il a plutôt bien défendu sans avoir été très proactif à la relance. Il a parfois pris une position d'arrière gauche quand le latéral lui en laissait l'espace.


Belhadji (6) : un match avec une grosse intensité et des allers-retours incessants sur le couloir gauche. C'est le quota minimum pour occuper ce rôle, mais un quota très bien rempli. Des qualités offensives évidentes.


Arli (7) : le meilleur joueur de champ sur ce match. Sans trop de prises de risque comme la majorité de ses partenaires en 1ère, il s'est lâché au retour des vestiaires. Le jeune milieu de terrain nous a proposé un récital dans ses prises de balles et sa conduite. Pas facile sur un tel terrain. Son but vient achever une performance aboutie pour une première en pro.