Nancy 0-3 DFCO : un épilogue heureux !

Après la déconvenue en Coupe de France face à Cannes, le DFCO se devait de réagir. Et face à des Nancéiens en grosse difficulté mais déterminés à se sortir de l'ornière, les Dijonnais n'avaient pas le droit à l'erreur pour s'éviter une fin de phase aller en queue de poisson. Résultat : mission accomplie et de quelle manière !
Les joueurs du DFCO célèbrent un but contre l'AS Nancy Lorraine à Marcel-Picot.

Les résultats décevants face à Guingamp puis à Niort et la grosse contre-performance en Coupe de France ont provoqué la colère d'un Patrice Garande qui en assez de voir son équipe manquer d'ambition et de régularité. Confronté à des nombreux absents, le coach dijonnais aligne un 4-2-3-1 inédit, où Jacob prend la place de numéro 10, derrière un Mickaël Le Bihan qui retrouve une place de titulaire en lieu et place d'Aurélien Scheidler, pourtant très convaincant depuis plusieurs matchs.


Un pétard signé Dobre

Ce sont les Nancéiens qui s'illustrent les premiers, avec une tête cadrée dès la 1e minute, sans danger pour Baptiste Reynet. Positionné dans un couloir gauche auquel il est n'est guère habitué, Traoré va lui aussi s'illustrer très vite... en écopant d'un jaune dès la 2e minute, pour une grosse semelle sur son vis-à-vis. Face à des Dijonnais agressifs au duels mais un brin empruntés dans le jeu, les Lorrains dominent le début de partie, sans toutefois se créer de franches situations. Les 1m92 d'Andrew Jung, le grand attaquant nancéien, est souvent recherché par ses partenaires et prend fréquemment le meilleur sur la charnière dijonnaise, alors que le DFCO a beaucoup de mal à construire ses actions.


Après 10 premières minutes sur un bon rythme, la partie s'enlise quelque peu, entre fautes et erreurs techniques. Mais Nancy continue de pousser. À la 13e minute, Jung, d'un très bon contrôle, prend le meilleur sur Ngouyamsa, percute côté gauche et centre fort dans la surface. Le ballon longe la ligne de but mais Thiam est trop court pour reprendre. Avertissement sans frais mais la pression côté nancéien, d'autant que les Lorrains s'enhardissent après cette bonne situation. Ils obtiennent un corner à la 17e minute, sur lequel Baptiste Reynet se rassure en sortant parfaitement pour capter le ballon dans les airs. Un échauffement utile pour capter, deux minutes plus tard, une frappe lointaine de Latouchent.

Les Rouges peinent énormément à garder le ballon et se sortir du pressing très haut des Nancéiens. Il faut une remise en jeu rapide sur une touche pour que Dijon se crée sa première occasion, Jacob récupérant le ballon dans la surface et frappant au but, mais Trott s'interpose (20e minute). Dans la foulée, Le Bihan est bousculé dans la surface mais l'arbitre ne bronche pas. Un coup de sifflet n'aurait pas été scandaleux... Une situation litigieuse qui va avoir le mérite de réveiller les Dijonnais. A la 23e minute, Younoussa récupère très haut le ballon dans les pieds nancéiens, avance jusqu'à l'entrée de la surface et décale Dobre côté gauche. L'attaquant roumain contrôle parfaitement et ajuste une frappe limpide qui trouve la lucarne opposée ! Un peu contre le cours du jeu, le DFCO mène 1-0 sur un sensationnel but d'Alex Dobre !

Dobre plane, le DFCO décolle (Photo DFCO/Vincent Poyer)

Après quelques minutes de flottement, l'ASNL tente de repartir de l'avant et se procure un corner (27e minute), qui ne donne rien. Les équilibres se sont toutefois inversés dans ce match et ce sont désormais les Dijonnais qui pressent le plus haut et les Lorrains qui peinent à construire leurs actions. Petite frayeur à la 33e minute lorsque Reynet sort intercepter un ballon très loin de ses cages ; le cuir revient sur Lefebvre alors que le portier dijonnais n'est pas du tout replacé. Heureusement le milieu nancéien est bien repris par Traoré.


Nancy se réveille peu à peu et dans la minute qui suit, sur un long centre de Latouchent, le ballon fuit dans la surface et est repris en bout de course par Delos, bien contré par Ngouyamsa. Le corner qui suit ne donne rien ; Dijon peut repartir de l'avant et se procure une bonne occasion à la 39e minute. Après une bonne percée de Dobre depuis le couloir gauche, jeu dans un petit périmètre entre Younoussa et Ngouyamsa. Ce dernier hérite finalement du ballon et tente une frappe lointaine, qui ne passe pas si loin des cages de Trott. Une minute plus tard, sur un contre mené rapidement, Philippoteaux centre au second pour Dobre, qui manque complètement sa reprise.

Un match haché qui ne demande qu'à s'enflammer... (Photo DFCO/Vincent Poyer)

Les dernières minutes sont hachées. L'ASNL se procure toutefois une ultime occasion dans les arrêts de jeu mais Thiam, seul dans la surface, manque complètement sa reprise et catapulte le cuir dans le ciel lorrain. Après un début de match poussif, le DFCO, au moment où il relevait la tête, est passé devant grâce à une superbe frappe de Dobre et a par la suite nettement dominé les débats. Reste aux Dijonnais à ne pas se relâcher en seconde période et à enfoncer le clou.


Dijon domine, Nancy peu inspiré

Blessé dans les dernières secondes de la première mi-temps, Jessy Pi est remplacé au retour des vestiaires par Lucas Deaux. Le DFCO redémarre pied au plancher et dès la 46e se procure une énorme occasion. Bien décalé côté gauche, Jacob progresse, fait la différence et adresse un centre caviar à Dobre ; à peine en avance sur la course du ballon, le buteur du soir manque de puissance et de précision dans sa reprise à bout pourtant et Trott peut s'emparer du cuir !


Nancy réagit timidement et obtient un coup-franc proche de la surface (52e). Frappé direct par El Aynaoui, il passe assez nettement au-dessus de la barre. Comme sur la fin de la première mi-temps, Nancy peine à porter le ballon et se contente d'un jeu long facilement lisible pour la défense dijonnaise. Le DFCO domine mais serait toutefois bien inspiré de faire le break pour éviter une nouvelle déconvenue.


Après une entame en fanfare, le rythme est bien retombé dans cette seconde mi-temps. Face à un jeu nancéien aussi stéréotypé qu'inefficace, les Dijonnais maîtrisent mais manquent de tranchant pour se créer des situations franches. C'est le moment choisit par Patrice Garande pour faire rentrer Aurélien Scheidler, qui retrouve un stade Marcel Picot dont il a beaucoup foulé la pelouse l'an dernier, lorsqu'il évoluait en prêt sous les couleurs nancéiennes. Le meilleur buteur dijonnais remplace Le Bihan (67e). Nancy toutefois se réveille un peu et se procure une bonne situation, mais la frappe excentrée de Jung est bien captée par Reynet.


Un chef d'œuvre signé Jacob

Dans la minute qui suit, le DFCO récupère haut le ballon. Jacob décale Philippoteaux, qui percute dans la surface et adresse un centre tir bien repoussé par Trott. On accélère côté dijonnais et à la 70e minute, Dobre récupère le cuir dans l'entrejeu et accélère jusqu'à l'entrée de la surface. Peu attaqué, il prend sa chance ; sa frappe puissante frôle la barre ! À trois reprises, le jeune attaquant aurait pu doubler la mise mais la réussite n'y est pas !


Le DFCO n'abdique pas pour faire le break. A la 75e minute, Jacob perce balle au pied la défense de Nancy et est repris de manière rugueuse par Basila à l'entrée de la surface. L'arbitre siffle seulement un corner, qui ne donne rien. Mais enfin, à la 78e minute, Dijon va être récompensé et de quelle manière. Trouvé sur un jeu aérien, Scheidler, dans l'entrejeu, dévie de la tête sur Jacob. Très en vue sur ce match, le meneur dijonnais contrôle de la poitrine, dos au but, et reprend de volée en pivotant. Sa frappe limpide, de 25 mètres et excentrée, lobe Trott et vient mourir dans le petit filet opposé ! Quel but incroyable !! Ce chef-d'œuvre de Jacob va définitivement faire couler Nancy.

Deux minutes plus tard, Deaux intercepte avec autorité dans l'entrejeu et percute balle au pied. Il fixe à l'entrée de la surface et décale Philippoteaux sur sa gauche, dont la frappe croisée rentre avec l'aide du poteau. 3-0 pour le DFCO, la messe est dite. Pour participer à la fête, Patrice Garande offre à Amir Arli ses premières minutes en Ligue 2. Le jeune milieu offensif remplace Philippoteaux tandis que Younoussa est remplacé par Ahlinvi (83e minute). Nancy tente, de manière désorganisée, de sauver l'honneur, mais la victoire ne peut plus échapper désormais aux Dijonnais. À la 88e, Reynet repousse la frappe de Biron, après un cafouillage dans la surface, puis, une minute plus tard, le retourné de Simoes et le centre-tir de Triboulet.


Coup de sifflet final.

Grâce à un superbe but de Dobre, à un chef d'œuvre hallucinant de Jacob et à un troisième but collectif signé Philippoteaux, le DFCO l'emporte largement à Marcel-Picot et se donne de l'air avant la trêve hivernale. D'abord timide dans le jeu, le DFCO a pris les rênes de la rencontre après l'ouverture du score, pour ne plus les lâcher ensuite et s'imposer avec la manière. Une réaction exemplaire qui devrait remettre du baume au cœur de Patrice Garande et permettre aux Dijonnais de passer Noël un peu plus sereinement. Le plus dur restera à faire sur la phase retour : confirmer et trouver enfin de la régularité.

De l'identité, du tempérament et du tranchant : Patrice Garande aura apprécié le retour de l'essentiel (Photo DFCO/Vincent Poyer)
LES NOTES

L'Homme du Match : Jacob (7,8)

un début de match un peu timide dans cette position de axiale à laquelle il n'était plus habitué récemment. Puis il est monté en puissance, se muant petit à petit en maître à jeu, jusqu'à finir en apothéose avec ce golaço absolument somptueux qui a brisé le moral des Nancéiens... et salit un paquet de calbuts parmi les supporters dijonnais.


Reynet (6.3) : assez peu sollicité, il s'est montré serein sur les quelques frappes nancéiennes ainsi que sur plusieurs prises de balle, avec clean sheet à la clé. Plus en délicatesse dans les relances et les dégagements, sans conséquence toutefois.

Ngouyamsa (5;5) : un match sérieux, sans coup d'éclat mais sans grosse erreur non plus, passé quelques minutes en début de match où il a eu un peu de mal à se mettre dans le rythme. Une frappe lointaine qui aurait pu se transformer en cadeau somptueux pour son anniversaire.

Coulibaly (4.5) : une première période délicate, marquée par des erreurs de placements, des dégagements loupés et des relances imprécises. Nettement mieux après la pause, même s'il n'a plus guère été sollicité à partir de là.

Congré (5.3) : serein au placement, il a toutefois parfois manqué de tranchant sur quelques interventions et a, comme Coulibaly, pêché dans les relances. Un match sans histoire au final.

Traoré (5.6) : son carton jaune dès la 2e minute ne l'a pas inhibé et il a livré finalement un match de très bonne facture, en se montrant notamment intransigeant sur le plan défensif. Moins en vue offensivement que lorsqu'il évolue à droite, il a toutefois tenté à plusieurs reprises d'apporter le surnombre.

Younoussa (6) : 20 premières minutes poussives, jusqu'à cette récupération haute et cette passe décisive pour Dobre qui l'ont libéré. Un très bon match ensuite, avec beaucoup d'activité, de fautes provoquées et de ballons récupérés. Remplacé à la 83e minute par Ahlinvi, alors que le match était déjà plié.

Pi (4.6) : une première période sans relief, une nouvelle blessure juste avant la pause... sale soirée pour Jessy. Remplacé à la mi-temps par Deaux (6.1), auteur d'une très bonne entrée. Plus entreprenant, et précieux à la récupération, c'est lui qui intercepte le ballon et mène l'action sur le troisième but, s'offrant une passe décisive au passage.


Philippoteaux (6.1) : il n'a pas beaucoup pesé sur le jeu malgré un engagement manifeste, tant offensif que défensif. Il a tout de même été récompensé de ses efforts en inscrivant le 3e but, son premier depuis son retour sous les couleurs dijonnaises. Remplacé à la 83e minute par Arli, pour ses premières minutes en Ligue 2.

Dobre (7.2) : énormément d'activité et d'énergie dépensée, un superbe but pour ouvrir le score, trois énormes occasions ensuite malheureusement non converties, et une volonté d'aller de l'avant jusqu'à la dernière minute. Le genre de joueur capable, en permanence, de secouer l'apathie qui menace parfois le DFCO.

Le Bihan (4.5) : peu servi en première période malgré pas mal d'appels effectués, il aurait pu bénéficier d'un penalty après une bousculade dans la surface. Plus transparent lors d'une deuxième période dont il est visiblement sorti frustré. Remplacé à la 68e minute par Scheidler, qui a pas mal pesé sur une défense lorraine déjà bien éprouvée.

654 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout