• No_Vak

Nîmes 2-1 DFCO : Gard à la chute

Nouvelle défaite de Dijon ce week-end, due en partie à l’expulsion de Cheick Traoré mais surtout à une flagrante déroute sur les plans tactiques et organisationnels. Il va falloir prendre des mesures avant de se retrouver avec une mauvaise surprise, et vite.

19 défaites en 21 matchs en 2021 : Yassine Benzia n'en croit pas ses yeux.


Après la déconvenue du match d’ouverture contre Sochaux à domicile, il était impératif pour David Linarès de faire des choix forts. À commencer par la sélection de Roger Assalé, buteur à la

J1, prenant la place de Yassine Benzia, mais surtout l’absence de Bruno Écuélé-Manga, resté à Dijon après son mauvais match. C’est Daniel Congré qui prend sa place, et son brassard de capitaine. L’ancien de Montpellier a récupéré de sa blessure au genou et jouera ses premières minutes sous nos couleurs. Un 4-2-3-1 très similaire à lundi soir donc, malgré la présence d’un joueur au profil différent de Benzia dans les 4 attaquants.



LE MATCH

De nombreuses erreurs pour entamer le match côté Dijon, comme à notre habitude. La relance est rendue difficile par le terrain sableux, mais surtout par les contrôles et passes approximatives. À la dixième minute, toujours aucune opportunité à déclarer de part et d’autre. Cheick Traoré revient très bien pour subtiliser le ballon avant que les Nîmois ne se procurent le premier tir. Finalement, c’est à Valerio que revient cet honneur, quelques instants après, à l’entrée de la surface. Le ballon est contré par Traoré encore.


Suite à ça, trois corners consécutifs viennent mettre la pression sur les buts de Reynet, la défense préserve le score nul avec difficulté. C’est extrêmement laborieux, Dijon croule sous la pression des Gardois qui dominent allègrement ce début de rencontre. Même lors de la première incursion de Soumaré et Ahlinvi dans la surface de Nîmes, l’action s'interrompt pour un hors-jeu du numéro 6.


Sur un débordement venant de la droite, l’ailier de Nîmes centre en retrait pour Omarsson, bloqué d’extrême justesse par Reynet. Le ballon retombe sur un croco, qui tire alors que Reynet et Traoré se jettent sur lui. Malheureusement, c’est le défenseur droit qui touche le ballon du bras. Penalty logique et carton rouge pour Cheick, qui retourne prématurément aux vestiaires. Benrahou prend le gardien à contre pied en frappant des onze mètres (1-0, 28e).


Ahmad Ngouyamsa remplace Valentin Jacob pour pallier le trou à droite de la ligne arrière, mais l’infériorité numérique ne va que s’ajouter aux grandes difficultés des Bourguignons. Il écope déjà d’un carton jaune pour excès d’engagement (35e).

Une entrée assez inattendue pour Ngouyamsa, qui avait déjà fait ses débuts après un carton rouge.

Un coup-franc lointain tiré directement par les Sudistes passe de peu au-dessus des cages. Coulibaly réclame un second jaune pour Cubas car le joueur de Nîmes laisse Scheidler au sol après son intervention musclée. C’est finalement le défenseur malien et Martinez qui en reçoivent à la place. C’est la mi-temps aux Costières, Nîmes met littéralement les Dijonnais en déroute. Un pressing décousu, si ce n’est complètement absent, des lignes très espacées même bien avant l’expulsion, et aucun déplacement ni appel intelligent pour soutenir le porteur : si vous étiez occupé en début d’après-midi, vous n’avez rien manqué.

Aucun changement à la reprise, les 21 acteurs qui étaient rentrés ressortent tous du tunnel. Reynet boxe un corner de Nîmes vers la touche opposée pour rassurer sa défense. Fomba vient trouver le poteau de Baptiste Reynet de la tête sur un coup-franc, passant tout près de doubler la mise (48e). Le DFCO est organisé dans un 4-4-1 sans le ballon, ce qui a pour conséquence de rendre Scheidler encore plus isolé qu’à son habitude lors de la récupération.


Ponceau trouve Martinez dans la surface sur son centre, et Reynet capte tranquillement le ballon droit sur lui. Toujours sans danger, une frappe lointaine de Pi finit dans les bras du portier du Nîmes Olympique. Il s’agit de la première frappe cadrée pour Dijon. Yahya Soumaré et Yassine Benzia entrent en jeu à la place de Scheidler et Bryan Soumaré (60e).


Chaos chez les Crocos

Benrahou amène le danger avec une frappe venant du côté de Rocchia : le rebond juste devant les cages ne trompe pas Baptiste Reynet qui était bien vigilant. Le joueur réitère après une contre-attaque cette fois-ci, Coulibaly reste sur ses appuis et ne se jette pas pour contrer sa tentative. Le grand défenseur est encore bien présent pour bloquer une autre tête de Fomba sur corner.


De la droite, un Soumaré tout frais vient trouver le soutien de Benzia dans la surface, qui mobilise deux défenseurs même à l’arrêt. Il passe dans l’axe à son tour mais le ballon est vite dégagé, Jessy Pi avait suivi et sa reprise de volée vient frôler la barre. De l’autre côté, Doucouré fait le show mais ne parvient pas à frapper après son rush. Un gros cafouillage initié par un coup-franc obtenu par Assalé crée une opportunité de frappe après le petit décalage de Benzia, mais il y a trop de corps devant les cages de Per Kristian Bråtveit. Le match commence à s’emballer, Doucouré vient encore reprendre un coup-franc de la tête, mais Dijon survit et peut encore y croire grâce à son regain de confiance.


C’est encore Roger Assalé qui vient mettre du baume au cœur de ses supporters ! Une longue passe lobée de Benzia dans la profondeur est ramenée au sol par l’Ivoirien, qui finit avec une frappe placée, pleine de sang-froid. Le ballon rentre avec l’aide du poteau (1-1, 79e). La passe, le contrôle, le tir, la célébration tumbling… Tout est parfait ! Mais la joie est de courte durée, car sur le coup d’envoi, Benrahou centre fort en visant le but et Reynet est trompé par la course de Doucouré (2-1, 80e). Tout est à refaire.


Sammaritano fait son entrée à la place d’Ahlinvi pour les dernières minutes. Benzia est tout proche d’égaliser à nouveau avec une reprise magnifique au raz du poteau sortie de justesse par le gardien olympien. Sur un contre éclair, Doucouré se retrouve face à Reynet mais est rattrapé par la fusée Ngouyamsa, il s'en est fallu de peu. La partie est chaotique, les joueurs de Dijon ont le mérite de se battre depuis une demi-heure, après un début de match catastrophique. Mais à 10, le mur se transforme en falaise. Soumaré tente une dernière frappe mais envoie le ballon hors du stade.


Victoire méritée pour Nîmes, Dijon aurait pu s’incliner encore plus lourdement mais s’en sort bien grâce à des exploits individuels de joueurs livrés à eux mêmes. Pour éviter de perdre trop de points cette saison, mais aussi pour ne pas jouer à se faire peur comme Caen l’an dernier, il va peut-être falloir que quelques décisions importantes soient prises, et le plus tôt sera le mieux.

LES NOTES

L’Homme du match : Yassine Benzia

Même en ayant pris part a seulement un tiers de la partie, il a béni la pelouse de ce talent qu’on lui connaît. Il n’a été éclipsé que par la prestation XXL de Benrahou, sur 90 minutes. Des situations intéressantes créées, une passe dé, un point presque ramené, Yass’ sauve-nous s’il te plaît !

Reynet (5.1) : Pas grand chose à dire, il a bien fait son travail et n’a pas grand chose à se reprocher, si ce n’est un manque de sérénité. Le deuxième but est assez difficile à négocier pour un gardien.

Traoré (N/A) : logiquement sanctionné d’un penalty et d’un carton rouge pour son geste maladroit, il avait pourtant bien débuté avec quelques bonnes interventions. Positionnement discutable.


Congré (6) : une première très encourageante pour une recrue phare de notre mercato. Mésentente sur le second but avec Coulibaly, ce qui n’est pas si étonnant car ils n