• No_Vak

[RÉTRO] La dernière fois, en Ligue 2...

Notre club s'apprête à retrouver un championnat que ses supporters connaissent bien, et dont certaines affiches nous rappelleront de bons souvenirs. Mais que sont devenus les joueurs de 2016, ceux qui ont figuré sur la feuille du dernier match de Ligue 2 disputé par Dijon ?

Sur cette photo, uniquement des joueurs qui ont durablement marqué le DFCO de leur empreinte.

Si vous êtes un fidèle supporter du DFCO, vous vous en rappelez probablement : l'ultime rencontre de Ligue 2, à l'issue de la saison 2015-2016 juste avant la promotion dans l'élite. Dijon FCO - AC Ajaccio, un match devant ses supporters à Gaston-Gérard pour effacer les 3 revers d'affilée (2-0 à Auxerre, 0-4 contre Metz, 3-2 chez le Red Star) qui l'ont privé du titre de champion au profit de Nancy. Dijon avait pourtant dominé le championnat pendant longtemps, mais semblait s'essouffler dans les dernières foulées. Même si la 2e place et la montée sont mathématiquement actées, les Rouges d'Olivier Dall'Oglio ont à cœur de finir la saison sur une bonne note et vont dérouler leur football rouleau-compresseur sur des Acéistes déjà maintenus, mais impuissants.

C'est un récital sur le terrain. Dijon est complètement libéré de toute pression et cela se voit. Le 4-3-3 fonctionne à merveille, Lees-Melou et Saïd ouvrent à leurs coéquipiers les portes du but ajaccien. Tant et si bien que même Abdou Bamba a une occasion de marquer pour sa dernière à Dijon, mais les dieux du football sont trop cruels. Pour voir le résumé du match, cliquez sur ce lien.


Des buts de Loïs Diony et Christopher Jullien scellent la victoire du DFCO (2-0), qui aurait pu s'imposer sur une marge encore bien plus grande. Mais le spectacle est au rendez-vous, les supporters aux anges, semblant avoir pardonné à leurs protégés les offenses des semaines précédentes. Les scènes de liesse sont mémorables, notamment ces stories Snapchat de Jullien qui finit aisément meilleur défenseur-buteur sur la saison de Ligue 2 (9 buts !).


De nombreuses personnalités du DFCO ont pris part à ce dernier match :


Baptiste Reynet : même s'il nous a faussé compagnie, le mythique portier du DFCO revient au bercail. En l'espace de cinq ans, il a eu l'occasion de faire partie des nominés pour le titre UNFP des meilleurs gardiens de Ligue 1 en 2017, puis de partir à Toulouse, être relégué, être transféré à nouveau à Nîmes... Vous connaissez la suite. Quoi qu'il en soit, son retour est une bonne nouvelle, lui qui est un gardien expérimenté, qui n'aura pas de problèmes d'adaptation et qui peut aider à créer une osmose dans les vestiaires. D'ailleurs, il battra sans doute cette saison le record d'apparitions en championnat pour un joueur de Dijon, et le record tous matchs confondus la saison prochaine, si tout se passe sans accroc.


Quentin Bernard : l'arrière gauche n'a jamais su prouver en dehors de la Ligue 2. Sept petits matchs joués avec Dijon dans la division supérieure, il redescend d'un cran pour rejoindre le Brest de Furlan en janvier 2017 pour en devenir un titulaire indiscutable. À tel point qu'au départ de l'entraîneur pour l'AJ Auxerre, Bernard le suit sans hésiter et y signe un contrat de deux ans en 2019, récemment renouvelé pour deux ans de plus. Nous auront donc l'occasion de recroiser le pirate lors des deux affrontements contre le rival cette saison.


Christopher Jullien : ambianceur du vestiaire, menace dans les airs. Chris n'a pas traîné à Dijon après son excellente saison sur le plan comptable, et a filé à Toulouse à l'issue de son prêt en Bourgogne. Il est arraché de la Garonne par le Celtic Glasgow, géant écossais, chez qui il peut désormais disputer la coupe d'Europe régulièrement. Même si son bilan a drastiquement chuté, il a tout de même inscrit 18 buts en l'espace de 5 saisons.


Cédric Varrault : évidemment, cinq ans après, papy Varrault n'est plus un footballeur professionnel. Il a tout de même rendu de fiers services en Ligue 1, participant à deux maintiens consécutifs avant de quitter le club en 2018. Le capitaine de l'ère ODO a étudié pour ses brevets d'entraîneur, et passe du bon temps dans son premier club, l'OGC Nice, où il est adjoint des U19.


Abdoulaye Bamba : adoré par les supporters, il fait les frais d'un choix étrange du staff et de la direction : Abdou n'a pas été prolongé à la fin de son bail en 2016, une fois la montée acquise. Depuis, il a joué 5 fois avec l'équipe de Côte d'Ivoire, et a été récupéré par Angers SCO en décembre 2016, où il joue un rôle dans la rotation. Bamba a donc bien trouvé sa place dans un effectif de Ligue 1, et est encore lié au club du Maine-et-Loire jusqu'en 2021.


Granddi NGoyi : la plus grande énigme de l'effectif à l'époque. Malgré quelques qualités sur le plan athlétique, le joueur formé au PSG semblait limité dans sa palette technique. Après son prêt à Dijon, il rejoint l'US Sénart Moissy, et nous l'avons perdu de vue depuis...


Johan Gastien : l'histoire est belle pour le milieu de terrain, qui a malheureusement été vite vendu en rejoignant Brest en janvier 2017. N'ayant qu'un rôle de remplaçant la plupart du temps, il s'engage au Clermont Foot en 2018 sous les ordres de son père, où il redevient le métronome, titulaire indiscutable dans l'entrejeu. A 33 ans, il retrouve la Ligue 1 et devient papa lui même. On lui souhaite évidemment tout le bonheur du monde.


Pierre Lees-Melou : sa saison en Ligue 2 était celle de l'adaptation. La suivante, en Ligue 1, celle de l'explosion. Bien sûr, le milieu de terrain avait ses défauts, mais on ne peut pas lui retirer son flair et son sens du but très développé, qui attire l'œil de Nice. Il part pour 4 millions d'euros après seulement deux saisons à Dijon. PLM y dispute 140 matchs, porte le brassard de capitaine et s'envole désormais pour le Norfolk pour 7M€, où il portera les couleurs de Norwich City en Premier League. La plus belle progression pour un joueur de Dijon en 2016.


Wesley Saïd : ah, elle est loin la période où le jeune Wes voulait rester à Dijon, après son prêt très prometteur mais entaché par les blessures. Mal utilisé à Rennes, il revient en Bourgogne un an plus tard, où il commence à confirmer son potentiel, et nous permet de nous maintenir presque à lui seul sous Kombouaré en 2019. Mais « l'ambition » le rattrape et il force la main à Olivier Delcourt pour partir à Toulouse, pour environ 8M€. Deux saisons et une relégation plus tard, il s'engage à Lens pour tenter de redorer son blason. On ne le croisera pas l'an prochain, tant mieux pour lui.


Loïs Diony : figurant dans l'équipe-type de Ligue 2, il a confirmé toutes les belles qualités vues en lui. Enfin, l'espace d'une saison seulement, où il affole tous les compteurs avec le maillot rouge avant de nous quitter pour le vert du Forez (entre 6 et 10M€). Et puis, c'est plus compliqué par la suite... Sans jamais s'imposer à Saint-Étienne, il est cédé à Angers, puis au Red Star Belgrade cet été. Pas la trajectoire à laquelle on s'attendait pour Loïs, qui découvrira quand même les joies des compétitions européennes, et le folklore des championnats d'Europe de l'Est.


Yohann Rivière : après la montée et un but d'anthologie face au MHSC, Yo' Rivière quitte Dijon à l'été 2017 pour l'US Créteil, avant de mettre fin à sa carrière. Depuis, il est revenu au club et fait partie de l'équipe de recrutement du DFCO. L'attaquant retraité participera donc activement à l'avenir du club au sein du staff.


Sur le banc du DFCO, de la jeunesse et des très grands, à commencer par le gardien Enzo Basilio, que l'on aura du mal battre contre Guingamp tant il a mûri depuis son départ. Dans un autre registre, Mamadou Thiam revient d'Angleterre et jouera pour Nancy. Ses qualités ne sont plus à démontrer, et il faudra être extrêmement vigilants à ses déplacements lorsque nous jouerons contre les Lorrains. Jordan Lotiès était aussi sur ce banc, et fut même titulaire souvent la saison qui suit en Ligue 1, avant de partir pour la Belgique (Eupen). Il joue aujourd'hui pour le FC Chamalières. Enfin, Romain Amalfitano et Julio Tavares, qu'on ne présente plus, et qui jouent tous les deux en Arabie Saoudite pour Al-Faisaly. Ils ont remporté ensemble la Coupe du Roi après un match stratosphérique du Cap-verdien.


(photo NIKOPHOT)

Bien sûr, de nombreux joueurs ne figurent pas sur cette feuille de match, comme le virevoltant Jérémie Bela (aujourd'hui à Birmingham), Gaël Andonian, Arménien sanguin aux coups de tête ravageurs. Frédéric Sammaritano, suspendu après sa main à Saint-Ouen, mais aussi Jordan Marié, l'enfant du pays, porteront encore les couleurs dijonnaises en 2021-2022. Des noms qui ont tous marqué à leur façon l'histoire de Gaston-Gérard.




Alors que Dijon retrouve la Ligue 2 lundi 26 juillet dans son antre contre Sochaux, nous espérons voir émerger des personnages, des histoires. Créer des souvenirs que l'on racontera à nos petits-enfants. Vibrer à nouveau, voir renaître notre passion récemment bafouée. Pour certains, ça n'est que 90 minutes. Mais pour nous, c'est LE rendez-vous à ne pas manquer cet été.


Tous au stade, et Allez Dijon !

703 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout