• IlPdg

Le DFCO raconté par ses supporters à l'occasion des 20 ans

Le DFCO vient de fêter ses 20 ans ! 20 ans, c'est à la fois jeune... et suffisant pour déjà avoir des tonnes de souvenirs. Alors, pour se remémorer certains des plus beaux, qui de mieux que des supporters pour les raconter ?

DFCO montée en Ligue 1

Un grand merci évidemment à toutes les personnes qui ont envoyé leurs textes afin de participer à cet article. Les souvenirs sont variés, et proposent parfois quelques belles anecdotes. Sur ce, belle lecture !


@Ultimo_Diez10, adepte du beau jeu

" Mon DFCO, c'est :


D'abord

Gaston Gérard avec un seul virage

Gaston Gérard avec une piste d'athlétisme

La tribune Marathon

Les distributions de Pitchs pour les matchs de coupe de France

Le maillot domicile bleu foncé

Le 3-1 face à Romorantin

Le 16ème de coupe de France face à Lens

La victoire contre Amiens en quart

Louhans-Cuiseaux, Libourne, Beauvais, Wasquehal etc.


Les plongeons de Barel Mouko

Le crâne dégarni de Raphaël Livramento

La queue de cheval de Pascal Braud

Les cheveux blancs de Stéphane Grégoire

La classe de Charles Diers

La vitesse de Stéphane Mangione

La vista de François Masson

Le coup de rein de Frédéric Laurent

Le sang-froid de Sébastien Heitzmann

La révélation Rudi Garcia


Puis

Les pénaltys de Sebastian Ribas

La patte gauche d’Eric Bauthéac

La vision du jeu de Benjamin Corgnet

L’abnégation d’Abdoulaye Bamba

La puissance de Younousse Sankharé

L'arrêt de Jean-Daniel Padovani à Tours

Les réflexes de Baptiste Reynet

La passion de Patrice Carteron


Maintenant

C'est au tour de Julio, des 2 Benjamin, des 2 Wesley, de Miguel, de Chang-Hoon, d'Eden, de Romain, de Florent, de Jordan, de Naïm, de Mehdi, de Fred, des 2 Cédric, d'Arnold, de Valentin, d'Oussama, de Papy, de Baptiste de nous transmettre des émotions grâce notamment au super travail du staff.


Bref, quelque soit le niveau, on aura toujours un stade, un maillot, une équipe et des joueurs pour nous faire vibrer et c'est bien là le principal."



@Patoine21, fidèle depuis toujours

"Je me souviens de l’un des premiers matchs à Gaston-Gérard, c’était un DFCO-Reims. Le DFCO devait être en National. Heitzmann avait inscrit le but de la victoire pour le DFCO et Barel Mouko avait été impérial... Ce sont les deux premiers joueurs (trois avec Mangione) qui m’ont marqué. Je devais avoir 8 ou 9 ans. Peut-être était-ce l’année de la montée en L2 ? J’ai un doute. Je me souviens simplement que je n’avais pas pu assister au match de la montée contre Romorantin car j’allais à l’école école le samedi matin... Le DFCO jouait encore en bleu, une autre époque...


Depuis cette montée en L2, je n’ai pas dû rater plus de 5 matchs du DFCO à domicile, même lors des saisons moins bonnes. J’ai connu les magnifiques virages avec les supporters adverses juste à côté, une grande histoire avec les places à 1€. Parfois je quittais même mon entraînement de football plus tôt pour aller voir les matchs du DFCO. Je n’ai cessé de voir le DFCO progresser depuis mes débuts au stade (et je le vois encore).


Maintenant le DFCO est une vraie bonne équipe de L1. Si on m’avait dit ça il y a 10 ans... Pour cela nous pouvons remercier les différents staffs et joueurs emblématiques qui ont tous apporté au club. Je me souviens de l’effervescence lors de la première montée en L1 du club avec le bus dans les allées du Parc... énorme !


Malgré la descente, cette montée a beaucoup apporté au club et lui a montré l’exigence du très haut niveau. Aujourd’hui le club a appris de ses erreurs et continue de nous faire rêver avec une qualité de jeu désormais reconnue. Joyeux anniversaire DFCO et continue ainsi, tu es sur la bonne voie ! <3"


Loïs Diony célèbre son but contre Nancy

@StephaneNardi, un peu philosophe

"Pour moi ce club est vraiment spécial, déjà car c'est surement le seul club Français à niveau professionnel où on a l'impression de grandir avec lui. On vient de vivre une saison de dingue, qui nous permet de rêver encore plus grand si on arrive à gérer ce souci défensif, on a tout, du talent de l’expérience et surtout un coach avec une philosophie de jeu qui commence enfin à être reconnue par le grand public ! Si on remonte 10 ans en arrière on se sauve d'une relégation avec un petit point pris à Ajaccio et surtout grâce à Boulogne-sur-Mer qui marque à la 94ème minutes face à Niort qui descend à notre place !


Et si ce but n'avait pas été marqué ? Serions-nous là à l'heure actuelle ? Aurions-nous connu un destin à la Metz ou Bastia, descendre au troisième échelon pour mieux remonter ? Ou tout simplement perdurer dans ce monde amateur que nous avions quitté 4 saisons plus tôt. S'il y a bien un commencement sur tout ce que nous sommes en train de vivre, je pense bien que c'est ce soir du 16 mai 2008, en tout cas c'est ce que je pense. Je souhaite un joyeux anniversaire a mon club ! En espérant quand dans 20 ans on soit toujours dans le plus grand échelon du football français et qu'on regardera en arrière avec une nostalgie positive !"



@CorentinCochet, fait des tops 5 (comme moi sur Fortnite)

"Pour les 20 ans du club je vais faire un top 5 de mes matchs marquants.

En 5 : DFCO-Valenciennes (2004/2005). 1er match pour moi, on gagne 2-0 face au champion.

En 4 : DFCO-Boulogne (2010/2011). J'étais pas au stade. Grande soirée chez mes parents avec mes potes. On a fini dehors dans mon village avec écharpes et drapeau pour fêter la montée.

En 3 : DFCO-OL (2016/2017). 1ère victoire en L1 pour la remontée et 1er match pour moi en tant que membre LB après plusieurs dép' avec eux. Le scénario on le connait, quelle folie. Le but de PLM me hante encore parfois !

En 2 : Clermont-DFCO (2015/2016). Ce dép' incroyable. Stade pourri, parcage bien garni et la victoire sur un but de Rivière. Ce jour-là dans les têtes on est en L1.

En 1 : DFCO-ASNL (2016/2017). Le match du maintien, le match qui m'a provoqué la plus grande émotion. Saison difficile entre les fins de match ratées et les erreurs d'arbitrage. Cette délivrance au coup de sifflet final restera gravée."



@L_GHT11, participe à son propre article

" Mon meilleur souvenir avec le DFCO reste sans aucun doute la première montée en Ligue 1, tellement c'était incroyable. Si quelques joueurs avaient annoncé cet objectif en début d'exercice (notamment Younousse Sankharé), bien peu de monde y croyait vraiment. Mais, grâce à un incroyable sprint final, le rêve était devenu réalité. La montée était officiellement validée à Angers malgré une défaite 1-0. Environ 2000 supporters dijonnais n'ayant pas fait le déplacement s'étaient réunis au Palais des Sports, où le match était diffusé sur écrans géants. Le speaker, Anthony Buonocore, était évidemment présent pour mettre le feu en lançant des grands "Aux Armes", ok les joueurs étaient à 550km et ne pouvaient pas entendre, mais on s'en branle. À la fin du match, les gens sont partis ensemble du Palais jusqu'au centre-ville (on a essayé de prendre un bus... il a fait 50 mètres) en chantant, notamment des "Le Mans en Ligue 2" de bonne guerre (notre rival cette saison-là et qu'on a devancé seulement au goal-average).


Les scènes de joie au centre-ville étaient carrément dantesques ! Les gens montaient sur les bus pendant que certains escaladaient le cinéma Darcy, alors qu'un type traversait la place à poil calmement. Fumigènes et chants s'enchaînaient pendant la nuit. Des scènes jamais vues ni revues à Dijon... Le lendemain, les joueurs défilaient en bus de la Place de la Libération jusqu'aux allées du Parc, avec un Younousse Sankharé en mode ambianceur. On avait même eu le droit à une apparition en guest-star de notre super nouvel actionnaire Florent Malouda. C'est toute cette ferveur, et aussi le fait que cette accession en plus d'être historique paraissait vraiment insensée, qui fait qu'émotionnellement cette première montée reste bien plus forte que la seconde. La deuxième fois, c'était plus attendu, on avait un peu un costume de favori, et il n'y a pas du tout eu la même ferveur donc ça reste un net cran en-dessous.


En autre gros souvenirs, je peux aussi citer la première victoire en Ligue 1 contre Lorient, ou bien la victoire contre Lyon la saison dernière, tant les scénarios étaient fous. Maintenant, je pourrais aussi ajouter la première montée en D1 Féminine comme moment mémorable, car cela fait plusieurs années que je suis cette équipe de près et que je l'attendais."


Stéphane Mangione avec le DFCO

@ThomasJobard, sous le charme de Stéphane Mangione

"Le 17 août 2004, j’ai mis les pieds à Gaston-Gérard pour la premiere fois. J’avais à peine 7 ans, et je ne connaissais rien du football dijonnais. Le maillot du grand Barcelone sur les épaules, je demandais à mon Papa « Dijon c’est les bleus ou les blancs ? ». Les blancs ? Angers. Premier adversaire du DFCO en Ligue 2 à domicile, et futur bête noire. Je suis né à Saint-Germain en Laye, et j’avais déjà vu Pauleta ou Anelka sur la place du Marché de la ville parisienne. Mais ce soir là. Ce soir d’août. J’ai découvert un phénomène. Stéphane Mangione. Un technicien, vif, roublard, chouchou du public. Un petit gabarit qui faisait se lever les plus grandes foules. Alors je suis tombé amoureux du stade Gaston-Gérard, des bleus du soir, et de leur numéro 21. Je suis tombé amoureux comme on s’endort. D’abord doucement. Puis tout d’un coup.. Le DFCO, toute ma vie."



@Adii21, un peu fainéante

"Le meilleur match de toute ma vie c'est le Dijon - Boulogne de 2011 (pourtant j'ai été au Camp Nou), cet enjeu et cette ambiance fait que ça restera sûrement l'un de mes meilleurs souvenirs au stade (la réaction de Ribas c'était trop <3)"



@Spido39, pas un très grand fan des arbitres

"Alors moi, mon histoire avec le DFCO a commencé tard, plus précisément en 2009, quand mon père me dit « tiens allons voir un match à Dijon, c’est plus proche ». Il faut savoir qu’à l’époque, étant Franc-comtois, on va dire que j’étais pour Sochaux (la L1 toussa toussa). Donc on va à Dijon, pour un Dijon-Bastia (victoire de Dijon 1-0 sur un but de Monsieur Seba Ribas, y avait déjà Cahuzac en face, et il avait pris son jaune mdr). Je vais vous dire franchement à l’époque que je n’étais pas emballé, parce que ce n’était QUE de la L2.


Les années passent et finalement, on va voir de plus en plus de matchs à Dijon, et je suis de plus en plus conquis ! De cette période, je me rappelle surtout d’un joueur, Alexis Zywiecki. Outre le fait qu’il ait un prénom imprononçable, je ne sais pas mais je le kiffais ce joueur ! Viens ensuite l’année de la première montée, où avec mon père, on a dû faire la moitié des matchs à domicile ! Quelle joie, je vais pouvoir voir des matchs de L1 pas trop loin de chez moi ! La belle époque avec Corgnet, Bauthéac, notre triple hamburger national Brice Jovial (quel joueur, entre ses buts en retourné et ses bras d’honneur au public de GG x)). 3 matchs qui m’ont marqué : DFCO-PSG en coupe où on gagne avec Tchagouni à la cage svp, DFCO-ASSE où je n’ai vu qu’une mi-temps, j’étais malade comme un chien (mon père m’en veut encore d’ailleurs mdr) et DFCO-PSG en championnat cette fois, où on perd à la fin sur un contre de Gameiro… Bref on descend, mais on est toujours présent régulièrement.