[RETRO] L’Aventure Ligue 1 : 2017-2018, la meilleure de l’histoire

La saison précédente a attiré l’attention du public sur ce petit club bourguignon, maintenu par le jeu. En 2017-2018, sous les ordres de Dall’oglio, le DFCO réalise une saison irrésistible et atteint une 11e place historique. Une forteresse à domicile, une attaque de feu, un but venu d'ailleurs contre le PSG et un classement aux portes du top 10, la troisième saison de en Ligue 1 a tout du rêve. Revivez avec nous ces moments qui paraissent déjà loin, très loin...


Une saison 2017-18 en mode feu d'artifice (Photo Le Bien Public)

Dans ce troisième épisode de notre rétro l'Aventure Ligue 1, retour sur l'historique saison 2017-2018, la deuxième de l'ère ODO en L1.

Pour retrouver le deuxième épisode sur la saison du comeback en 2016-17, c'est ici.

Cliquez ici si vous avez raté le premier épisode, sur la saison 2011-2012 : la grande première


L’équipe :

Du fait de sa réussite en termes de résultats mais surtout du niveau de jeu des joueurs cette saison-là, le cru 2017-2018 peut facilement être considéré comme la meilleure équipe qu’a connu le DFCO. Diony et Lees-Melou, partis dans d’autres clubs de Ligue 1, sont remplacés par Benjamin Jeannot, Naïm Sliti et Wesley Saïd. En défense, Yambéré et Djilobodji débarquent, ainsi que Lautoa. Ce dernier se blesse lors de son tout premier match avec Dijon et manquera une grande partie de la saison.


L’attaque est complète : des ailiers capables de dynamiter une défense (Kwon, Saïd), des attaquants de pointes adroits devant le but et pas avares d’appels (Tavares, Jeannot) et un véritable meneur de jeu en la personne de Naïm Sliti. Le tout soutenu par des latéraux qui savent apporter le danger plus haut (Chafik, Rosier) et des milieux relayeurs portés vers l’avant (Abeid en début de saison, Amalfitano, Marié et Xeka). Une équipe qui a du cœur et un état d’esprit combatif, emmenée par les expérimentés Balmont et Varrault.


Le récit de la saison :

Si les Rouges ont fini la saison au meilleur classement de l’histoire du club, le début de saison ne laissait pas présager une telle performance. Lavés par l’OM (3-0) puis Monaco (1-4) pour commencer le championnat, le DFCO est 18e après six journées, avec une seule victoire contre Montpellier. Mais les hommes d’ODO se font déjà remarquer par leur jeu emballant et porté vers l’avant, notamment lors du match nul 3-3 contre l’OL de Fekir et Diaz.


“Ce but venu de nulle part… Benjamin Jeannot !”

Comment parler de cette saison 2017-2018 sans évoquer ce but mémorable de Benjamin Jeannot contre le PSG, à Gaston-Gérard. Une reprise soudaine, une frappe limpide, des bras levés avant que le ballon n’ait franchi la ligne et une explosion de joie phénoménale. Si Dijon perd 2-1 sur un doublé de Thomas Meunier (#TÔTOUTARD), le match est gravé dans les mémoires des supporters dijonnais, qui auront vu leur équipe tenir tête à un PSG hégémonique en championnat. Un but à revivre ici avec les commentaires à l’international.


Injouables à Gaston-Gérard

C’est à l’automne 2017 que le DFCO commence à trouver sa régularité, avec des victoires contre Metz (1-2), Nantes (1-0). A Gaston-Gérard, les Rouges sont intraitables. A domicile, Dijon enchaîne 10 matchs sans défaites, avec des victoires à la pelle et des rencontre sensationnelles qui déclenchent un véritable engouement dans la capitale bourguignonne : Troyes battu 3-1 (avec des jets de chaises…), Toulouse balayé 3-1 par une tornade offensive, Bordeaux pourfendu 3-2 par une action collective formidable conclue par Saïd à la 86e, et ce malgré le missile de Malcom.


Lille (3-0), Rennes (2-1), Nice (3-2) ou encore Caen (2-0) feront les frais de ce DFCO phénoménal à la maison qui reçoit les louanges du Guardian. Une magnifique série d’invicibilité à domicile qui porte le DFCO à la 10e place après 30 journée, avec un passage à la 8e place à la mi- championnat.


Seigneurs à domicile, vulnérables à l’extérieur

Le revers de la médaille de cette réussite insolente à domicile, c’est une irrégularité profonde à l'extérieur. Des défaites qui, avec la philosophie de Dall’Oglio, se transforment vite en grosses valises. On le voit avec Guingamp (4-0), Monaco (4-0), l’OL (2-5) mais surtout la débâcle 8-0 contre le PSG. Ce DFCO arrive tout de même à bien finir la saison et à arracher la 11e place sur une ultime victoire à domicile face à Angers. Ultime rencontre au cours de laquelle Kwon se blesse, juste avant la Coupe du Monde en Russie et brise le cœur des supporters. Ils peuvent se consoler en repensant à cette magnifique saison, bien parti pour être encore longtemps la meilleure de l’histoire de Dijon en Ligue 1.


Le match : DFCO 3 – 2 Girondins de Bordeaux, l’illustration de la tornade offensive à domicile


Une victoire comme on en a plus vu depuis longtemps, en tant que supporter dijonnais. Un succès arraché dans les dernières minutes, après un match spectaculaire qui aura vu les Rouges briller devant leur public, comme à leur habitude cette année-là. Après déjà quatre victoires consécutives à domicile, le DFCO est en pleine confiance.


Malgré l’ouverture du score de Cafu sur une action de flipper dans la surface, les Dijonnais reviennent à la marque sur une tête bien placée de Magic Yambi. Futur joueur du Barça, le brésilien Malcom fait s’écarquiller les yeux de tout le public en envoyant une ogive nucléaire dans l’équerre de Baptiste Reynet. A ce but démentiel répondent des Dijonnais sensationnels.


Les deux buts suivants sont l’illustration parfaite de l’ouragan que pouvait être le DFCO. Longue ouverture d’Amalfitano, débordement de Saïd et Jeannot à la finition à bout portant, Dijon revient à égalité. Alors qu’il ne reste que 4 minutes à jouer, les Rouges nous offre un but victorieux sur un action collective de grande classe, porteuse de la patte Dall’Oglio. Kwon en une touche dévie sur Rosier monté aux avant-postes. Le latéral dribble un Bordelais et sert Xeka dos au but, lui aussi monté à l’offensive. Contrôle orienté, décalage, Saïd déboule et enroule parfaitement sa frappe hors de portée du gardien. Le stade exulte, les Rouges sont sur un nuage.


Le joueur : Chang Hoon Kwon

Difficile de ne retenir qu’un seul joueur de cette superbe saison collective. On pourrait d’abord citer notre goleador, l’icône Julio Tavares. Auteur de douze buts en championnat, il signe là sa meilleure saison sur le plan comptable. Naïm Sliti a marqué cette saison de son empreinte de par son rayonnement sur le jeu, devant un Romain Amalfitano en mode « plaque tournante », indispensable au milieu de terrain. Il ne faut pas oublier la saison phénoménale de Wesley Saïd, décisif et tranchant dans les derniers mètres, même si son départ en eau de boudin peut éclipser ses performances sous le maillot dijonnais cette saison.

Chang-Hoon Kwon avec son "grand-frère" dans l'effectif, Oussama Haddadi (Photo Eurosport)

En 2017-2018, Chang-Hoon Kwon est indéniablement une des pièces maîtresses de la réussite offensive. Arrivé un peu sur la pointe des pieds au mercato hivernal précédent, le Coréen a débarqué d’Asie sans parler un seul mot de français et d’anglais. A force de travail et d’efforts d’adaptation, Kwon a su se faire sa place dans l’effectif. "Dans un premier temps, il était souvent par terre » racontait l’adjoint Stéphane Jobard en 2017 à Goal.fr. « En revanche on a décelé tout de suite le talent. C'est à dire une habileté balle au pied hyper intéressante et une grande vitesse gestuelle »


Pendant l’été, le Guerrier Taeguk s’étoffe et on sent le fruit de son travail, personnel mais aussi d’adaptation avec ses coéquipiers. Sa vitesse et sa coordination en font un joueur difficile à arrêter, en plus d’être bien souvent adroit dans ses derniers gestes. Avec 11 buts et 3 passes décisives, il est l’un des joueurs les plus prolifiques de l’équipe et du championnat, au point que le Guardian le qualifie d’une des révélations de la saison. De cette saison, on retient ainsi son match déchaîné contre Troyes, lorsque face à son compatriote Suk il décale un centre décisif pour Tavares et inscrit le but du break (3-1). On retiendra surtout une combativité virevoltante, et un état d’esprit irréprochable. Cette saison de Kwon édition 17-18 est inscrite pour longtemps dans les mémoires dijonnaises.


Le best-of de Kwon by Le Dijon Show : https://www.youtube.com/watch?v=dwrm8VhONt4



Le chiffre : 5e

A la fin de la saison, le DFCO pointe à la 5e place du championnat sur les matchs à domicile, avec 11 victoires et 3 nuls. Seulement devancé par Paris, Lyon, Monaco et Marseille ! Gaston-Gérard était un véritable porte-bonheur pour les Dijonnais, en difficulté en revanche « on the road ». 19e à l’extérieur, ils n’ont remporté que deux matchs.


Dijon est aussi la 5e meilleure attaque de Ligue 1 avec 55 buts. Toutefois, sa différence est de -18, en raison des 73 buts encaissés. Le buteur le plus prolifique cette saison est aussi celui qui est devenu le meilleur buteur de l’histoire du club, Julio Tavares, avec 12 réalisations. Suivent Kwon (11), Saïd (9) et Sliti (7). Ce dernier qui a aussi distillé 6 passes dé.



Le souvenir du supporter : “La citadelle Gaston-Gérard, imprenable au fil des victoires”.

Par Likoma, @chipokae2001


Mes souvenirs de cette saison 2017 :2018 s’entremêlent dans ma mémoire tellement cette année fut riche en émotions. A commencer par la rencontre pas du troisième type mais d’un chic type nommé Chang Hoon, un soir de victoire contre Guingamp.

Je retiens aussi cette dernière journée de Championnat et le suspens qui va autour pour connaître le Classement final du DFCO. Ce jour-là nous battons notre bête noire, le SCO d’Angers, cette victoire nous propulse à la 11 place ! Que dire de la citadelle Gaston Gérard,imprenable au fil des victoires.

Mais l’apothéose vient de la tribune des Lingon’s Boys, en communion avec le public et les joueurs qui reprennent leurs chants. Je me rappelle de Baptiste Reynet et Cédric Varrault faisant leurs adieux dans le Kop des Lingon’s sous un ciel étoilé, j’avais la tête dans les étoiles tellement ce fut intense. Les larmes ont coulé, mêlées de joie et de liesse pour ce si bel évènement... Pour cette saison, j’en suis sûr et certain : l’espoir va renaître, et les victoires aussi reviendront !


Par Etienne Le Van Ky @EtienneLVK


468 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout