Toulouse 4-1 DFCO : la fessée du Téfécé

Battu sèchement par Toulouse malgré une égalisation, le DFCO n'aura pas inquiété longtemps le leader du championnat. Avant de totalement se désunir en fin de rencontre.

Lucas Deaux et les siens reviennent de Toulouse avec quatre buts dans le panier et une belle correction (Photo Florian Martinez / DFCO)

Sur une bonne série de deux victoires consécutives, le DFCO se déplace chez le leader de Ligue 2, l’impressionnant TFC. Au Stadium, les supporters sont de retour pour la fin des restrictions et l’ambiance est bien chauffée. Pas annoncé dans le groupe, Bruno Ecuele-Manga est finalement présent et est même aligné en titulaire au coeur d'une défense à 5. Zargo Touré indisponible (ischios), Congré et Coulibaly complètent la triplette centrale. Deaux et Younoussa tiennent le milieu à deux derrière un trio offensif Jacob-Benzia-Scheidler.


En face, le Téfécé est privé de son buteur Rhys Healey (13 réalisations) Les enjeux pour les Toulousains : laver l'affront de la déroute contre Versailles en Coupe de France et garder la tête du championnat. Pour espérer rester dans le top 10 et pourquoi pas rêver plus haut, c’est le genre de match où le DFCO serait bien inspiré de grappiller des points inattendus.


LE MATCH

Et dès la 3e minute, Dijon passe tout proche d’ouvrir le score. Jacob et Scheidler combinent sur la droite, le numéro 21 est lancé en profondeur et arme sa frappe lorsqu'il est poussé au sol par Nicolaisen. Une séquence qui aurait pu être récompensée par un penalty, l’arbitre n’en décide pas ainsi.


La physionomie du match est simple : les Toulousains dominent le ballon et le DFCO procède en contre, avec Jacob aux manettes. Peu d'occasions franches de chaque côté, chaque équipe manque de mouvement et de verticalité pour créer des différences. A signaler, une bonne sortie aérienne pas évidente de Reynet face à Rafael (14e). Stérile, le Téfécé s'expose à la perte de balle. Benzia passe tout proche d'en profiter avec une action individuelle, conclue d'une frappe de 25 mètres fuyante qui rase le poteau (18e).


Une occasion qui réveille les Toulousains. Les Violets accélèrent le rythme et arrivent à faire reculer les Dijonnais. Etrangement seul sur son côté gauche, Rafael peut servir un Van Der Boomen lancé. Sa frappe puissante juste au-dessus de la transversale de Reynet fait passer un frisson dans le stade (22e). Dans la foulée, c'est ce même Van Der Boomen, sur ce même côté gauche qui a tout le temps d'aligner son centre. Une galette qui trouve directement la tête de Ngoumou en plein coeur d'une défense dijonnaise apathique. La reprise du jeune Toulousain trompe Reynet à bout portant, alors que Rocchia, son vis-à-vis, a glissé. (1-0, 24e)


Dijon à réaction

Dans la foulée de son ouverture, le Téfécé étouffe les mouvements dijonnais. Jusqu'à cette petite partie de flipper dans la surface des Violets. À droite, Traoré adresse un centre au ralenti vers Jacob. Ce dernier sert Benzia, qui lui-même renvoie vers Lucas Deaux. Le milieu de terrain voit sa frappe sauvée en catastrophe par Nicolaisen, et le ballon atterrit directement sur Scheidler. En renard des surfaces et complètement seul, le meilleur buteur dijonnais score avec la participation du poteau, pour sa neuvième réalisation cette saison (1-1, 33e)


Alors que le jeu se ralentit et s'entrecoupe de fautes, Valentin Jacob est touché au genou et est forcé de sortir, remplacé par Jessy Pi (42e). Malgré une infériorité collective et technique évidente, le DFCO rivalise dans le jeu mais se fait glacer juste avant la mi-temps par un but sur corner de Delaisen. C'est encore l'artificier Van Der Boomen au corner qui trouve le front du jeune défenseur danois. Ecuele-Manga est battu au duel de la tête, Reynet est impuissant (2-1, 44e). Avant le coup de sifflet, le temps additionnel permet deux nouvelles frappes lointaines du DFCO, par Younoussa et Benzia, capté ou loin au-dessus (45e+4).

Le TFC prend le dessus, Dijon abdique

Même s'ils se procurent peu d'occasions franches, les Dijonnais continuent d'appliquer leur plan de jeu à l’entame de la seconde période. À savoir résister aux velléités toulousaines et à leur vitesse d'exécution, pour ensuite aller chercher le contre et jouer les coups en comité restreint. Des situations se présentent, mais ne donnent jamais mieux que de bons centres sans grand danger, même si Benzia (57e) et Deaux (60e) passent proches de réceptionner des services décents.

Rien de tout ça n’est assez tranchant, et les Dijonnais se font évidemment avoir. Pourtant bien parti dans son duel avec Ado, Ecuele-Manga laisse finalement filer le ballon et subit un rebond défavorable. Derrière, Rafael,plante et donne deux buts d'avance au TFC (3-1, 65e).


Pour renverser la situation, Patrice Garande entame un grand remaniement (67e). En une seule vague de changements, il intervertit trois joueurs pour passer en 4-4-2 avec Scheidler et Le Bihan (entré à la place de Congré) devant Benzia et Dobre (remplaçant de Younoussa).


Désormais, ce sont les Rouges parés d’or qui font le siège de la surface adverses, tandis que les Violets privilégient les contre-attaques.Plusieurs fois, le Téfécé passe tout proche de saler l'addition, par Desler, Ratao ou encore Nicolaisen, servi après un petit pont de Ngoumou et dont la tentative passe à droite du cadre (75e).

Le duel entre les deux élégants Jacob et Van Boomen n'aura pas duré longutemps. Le Dijonnais est sorti sur blessure avant la mi-temps. (Photo France Bleu Bourgogne)

A un quart d'heure du terme, Scheidler est remplacé par Philippoteaux, le staff bourguignon tente un passage en 4-2-3-1. Mais Dijon n’arrive plus à construire et s'impatiente, à l'image de cette tentative lointaine de Jessy Pi (77e). En défense aussi, le DFCO n'y est plus du tout. Pour parachever la victoire toulousaine, Dresler transperce tranquillement la défense et sert un Ado complètement démarqué. Ecuele-Manga comme Coulibaly sont complètement absents, et personne ne compense (4-1, 81e).

Comme on pouvait s’y attendre, le DFCO n’a rien pu faire face à l’armada toulousaine, plus que jamais ancrés tout en haut de cette Ligue 2. Malgré une égalisation et un penalty oublié, les hommes de Patrice Garande n’ont jamais été en mesure d’instaurer le doute pour recoller au score, avant d’abdiquer après le troisième but des locaux. Au Stadium, Dijon laisse des plumes et perd pour un temps Valentin Jacob, le staff parle d’une possible entorse.


LES NOTES


L'Homme du match : Aurélien Scheilder (4,8)

Seul buteur du match côté dijonnais, il sauve l'honneur et a entretenu l'espoir avec son égalisation de filou (et chanceux). Toujours aussi indispensable pour faire avancer l'équipe avec le , il a été beaucoup cherché en cible de longs ballons. Un match difficile pour l'attaquant dans cette configuration attaque-défense très marquée, mais c'est sans aucun doute le Dijonnais qui a posé le plus de soucis aux Téfécé. Remplacé par Philippoteaux (76e), actif sur son côté droit pendant sa poignée de secondes balle au pied.


Reynet (2,5) : Sifflé par ses anciens supporters, il n'aura pas brillé dans ses cages avec quatre buts dans la musette pour cinq tirs cadrés. On retiendra tout de même quelques bonnes relances au pied et des sorties aériennes dans le bon timing, du reste, il n'aura pas été aidé par sa défense centrale, en particulier sur cpa.


Traoré (4,2) : Plus en délicatesse en défense qu'en attaque, son apport offensif a été essentiel malgré quelques maladresses. Illustration avec le premier but, qui vient d'un de ses débordements à droite. Les occasions venaient souvent de son côté gauche mais son compère de l'arrière n'y est pas pour rien.


Coulibaly (3,2) : Un match difficile pour Senou, rarement vainqueur de ses duels et souvent pris de court par la vitesse des ailiers. Il a paru très vulnérable dès que son côté gauche était pris d'assaut par les joueurs du TFC.


Bruno Ecuele-Manga (3,5) : C'est souvent lui qui est directement battu sur les buts toulousains, mais tout est loin d'être uniquement de son fait. Lui non plus n'a pas été à en réussite. De sa position centrale dans la charnière à trois, il a tenté quelques relances et parfois des percées balle au pied assez intéressantes.


Congré (3,5) : Face à son club formateur, l'ancien tressé du Téfécé a souffert, mais n'a pas abdiqué dans le combat. De toute façon, il n'en aurait pas vraiment eu le temps, remplacé après l'heure de jeu par Le Bihan pour un changement à l'attaque toute. D'abord un temps aux côtés de Scheidler, c'est lui qui redescendait chercher les ballons. On ne l'a pas beaucoup dans la vue dans cette fin de match décousue.


Rocchia (3,2) : consistant et intelligent en défense sur son côté gauche, il n'hésitait pas à s'appuyer sur la force du nombre permise par la ligne de 5 à l'arrière. En attaque en revanche, on l'a beaucoup moins vu qu'à l'accoutumée. Une prestation hors de ses standards auxquels ils nous a habitué. Remplacé par Fofana (67e), poste pour poste et pour aucune différence majeure.


Deaux (3,3) : Inactif lors des phases avec ballon, il a un temps fait le taf à la récupération. Assigné à la garde de Van Der Boomen, il a bloqué le meneur de jeu des Violets pendant un gros quart d'heure. Passé la 20e, il était systématiquement en retard ou absent au marquage du Néerlandais.


Younoussa (3,7) : Encore un match très énergique de sa part, mais toujours avec son lot de déchets. Remplacé par Dobre. Comme d'habitude, beaucoup de course et d'envie, cette fois sans réussite.


Jacob (non-noté) : De l'idée et des intentions, qui ont bien failli porter leurs fruits si le penalty avait été sifflé sur Scheidler au début du match. En jambe et à l'aise technique, l'ancien Niortais est sorti sur blessure et remplacé par Jessy Pi. Une prestation insipide de sa part. Sa frappe inutile et frustrante, loin du cadre, est l'unique moment où il a rappelé sa présence sur le terrain.

Benzia (3,8) : Assez (trop ?) discret, mais toujours menaçant dès qu'il a le ballon dans les pieds une fois la ligne médiane franchie. Il n'a clairement pas brillé par son énergie.

485 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout