• No_Vak

Traoré - Congré, le choc des extrêmes

Le premier nous vient des Hauts de France, le second d'Occitanie. A la croisée des chemins, leurs destins les emmènent à Dijon pour écrire une nouvelle page dans leur carrière, avec l'ambition de vite revenir à l'échelon supérieur.

Deux arrivées, un seul objectif

Après un début de mercato tonitruant que l'on vous résumera dans un prochain article, le Dijon FCO continue d'empiler les recrues, notamment en défense, l'un des plus gros points faibles. Et pour ce faire, David Linarès, Gérard Bonneau et Olivier Delcourt ont choisi de faire confiance à Cheick Traoré (Lens) et Daniel Congré (Montpellier). L'un a connu les été à 12°C, l'autre des hivers torse nu à la plage... Les deux nouvelles recrues du DFCO n'ont qu'une chose en commun : leur secteur préférentiel sur le terrain. Si Traoré et Congré sont bel et bien défenseurs de métier, tout les opposait avant qu'ils ne rejoignent la capitale des ducs.




Cheick Traoré, le pote du Nord

Le franco-malien est l'équivalent de ce pote nordiste que nous avons tous connu : toujours le mot pour rire, le sourire qu'il vente ou qu'il drache, et prêt à descendre une pinte avec toi peu importe l'heure. Traoré fait l'unanimité parmi les supporters lensois et ses coéquipiers, auteurs d'une excellente saison malgré son absence. En effet, le défenseur latéral athlétique a contracté une grave blessure bien connue du staff médical Dijonnais, une rupture du tendon d'Achille lors de la préparation estivale 2020 (blessure dont Balmont et Kwon ont été victimes également, tout en ayant très bien récupéré à leur retour), le privant de 6 mois de compétition. Puis, sa place dans le Onze lensois fut fortement compromise par l'excellente forme de la recrue Jonathan Clauss. Au final, il ne dispute que 2 matchs de Ligue 1 en sortant du banc, sans avoir ni prouvé en Ligue 1, ni particulièrement impressionné en Ligue 2 : il n'a jamais été titulaire indiscutable en dehors de ses quelques saisons en N1.


Néanmoins, le latéral de 26 ans montre des qualité et une polyvalence sur le côté droit, ayant déjà évolué milieu droit dans un 4-4-2. Les supporters Guingampais et Lensois le décrivent comme un défenseur droit moderne, avec des qualités dans la projection et l'accompagnement sur les phases offensives. « C'est un joueur avec de grosses qualités physiques », nous précise un supporter lensois. « Très athlétique et puissant, il est capable de faire un grand nombre d'allers-retours dans un match. Il avait en plus un rôle très important dans le vestiaire, un peu comme un grand frère. »

D'un autre côté, s'il était parfait il ne serait pas venu à Dijon, et on peut vraisemblablement lui reprocher un manque de constance sur l'aspect défensif. Du fait de son positionnement haut sur le terrain, il laisse souvent de l'espace dans son dos. Mais il semble être un joueur adapté au système montré par l'entraîneur ce vendredi contre Sochaux, avec des latéraux jouant aux ailiers tandis qu'un milieu de terrain redescend au niveau de la défense.


Enfin, son caractère semble en faire un joueur idéal pour le groupe que Linarès veut construire, avec des joueurs ayant la tête sur les épaules, qui tirent tous ensemble dans la même direction. Cette volonté de construire un groupe uni se retrouve dans la plupart des recrues made in Bonneau, et devrait nous aider à préparer au mieux la rude saison qui nous attend dans l'antichambre de la Ligue 1.




Daniel Congré, un patron au Sud

Parfait opposé de son compère, le Montpelliérain né et formé à Toulouse est un occitan pur souche. Très fidèles à ses deux premiers clubs, il connaît quelques pépins physiques au début de sa carrière, qu'il surmonte admirablement pour aujourd'hui devenir un joueur très fiable et disponible. Du haut de ses 36 ans, il fait encore mieux que les saison précédentes avec 43 matchs disputés en 2020-2021 à Montpellier, toujours titulaire, et rarement remplacé (moyenne de 85 minutes par match). Constat à nuancer car contrairement aux années précédentes, la défenses du MHSC menée par Hilton et Congré était seulement la 16e de Ligue cette saison.

A 36 ans, Daniel Congré n'est pas encore bon pour la retraite et compte bien prouver sa valeur en Ligue 2

Aussi bien capable d'évoluer dans une défense à 4 qu'à 5, le central droitier impressionne toujours par son calme acquis grâce à l'expérience engrangée en 490 matchs de Ligue 1, la seule division qu'il ait connu de toute sa carrière ! Et pour couronner le tout, 4 matchs de Champions League et autant en Europa League... Que demander de plus pour un club relégué !


D'ailleurs, Daniel Congré aurait dû poursuivre l'aventure en Ligue 1 avec Strasbourg sans une blessure handicapante pour sa visite médicale. Le RCSA a rompu les négociations, souhaitant un joueur disponible immédiatement. Finalement, son TFC fait appel à ses services et espère le recruter, mais c'est Dijon qui le convainc contre tout attente. Une nouvelle qui n'a pas manqué de faire grincer des dents dans les rangs des Violets...


De leur côté des supporters du MHSC ont tenu à saluer son courage et son implication dans l'Hérault à l'heure où son départ fut annoncé. Encore un joueur à la mentalité apparemment irréprochable qui rejoint la Côte d'Or, pour notre plus grand plaisir.


Le mot de la fin

Aujourd'hui, nos deux néo-Dijonnais vont devoir faire équipe pour aider le club a faire bonne figure en Ligue 2, et peut-être rêver d'accrocher une place en playoffs si les dieux du football sont généreux. En convalescence, ils rateront probablement une partie de la préparation physique mais seront présents avec l'effectif, et devraient être disponibles dans les semaines à venir. Mais après enquête, on peut au moins leur accorder un second point commun : ils ont tous deux laissé d'excellents souvenirs à leurs supporters, dans leur dernier club. Pourquoi pas ici ?

738 vues0 commentaire