• IlPdg

Un DFCO stable mais ambitieux pour cette nouvelle saison

La D1 Féminine reprend ses droits ce samedi. Après un exercice précédent plutôt réussi, et une 8ème place à la clef, les Dijonnaises ont bien l'intention de confirmer cette saison... et semblent avoir les armes pour cela. Tour d'horizon des forces en présence et des choses à savoir avant le retour à la compétition.

Le DFCO ambitionne de faire mieux que la saison dernière (© Nelson Fatagraf)

Le mercato dijonnais

L'intersaison est forcément synonyme de mouvements dans un effectif. Le visage du DFCO sera ainsi un peu différent de celui de la saison dernière. Huit départs sont à compter dans les rangs dijonnais : Coline Gouineau, Agathe Maetz, Laura Magnin-Feysot, Lalia Storti, Allison Blais, Fatoumata Baldé, Kenza Dali et enfin Lindsey Thomas, qui était prêtée, ont en effet quitté la capitale bourguignonne cet été. Bien que le club aurait apprécié conserver les deux dernières citées, cela ne l'a pas empêché de renouveler son effectif avec, à l'heure actuelle, sept arrivées.


Rose Lavaud apportera son expérience et sa justesse

En défense, Océane Daniel (22 ans) amène une nouveau profil dans l'axe. Après un essai concluant, l'ancienne d'Anderlecht et de la Fiorentina notamment, a signé deux ans au DFCO. Tout comme Pauline Dechilly (21 ans) et Léna Goetsch (19 ans), qui occupent quant à elles le côté droit de la défense. La première vient de Metz tandis que la seconde, en provenance de Vendenheim, s'apprête à faire ses premiers pas dans l'élite. Le milieu de terrain se voit également renforcé avec Elise Bonet (21 ans) qui vient de Rodez et a plutôt pour habitude de jouer devant la défense et est décrite comme une joueuse très active dans l'entre-jeu par Yannick Chandioux. L'ex-Bordelaise Solène Barbance (27 ans), plus expérimentée, présente un profil un peu plus offensif puisqu'elle peut officier en relayeuse mais aussi en meneuse de jeu, où elle est capable de faire parler sa qualité de passe.



Dans le secteur offensif, on retrouve aussi deux recrues en provenance de Bordeaux. Rose Lavaud (27 ans), qui joue plutôt ailière droite, peut apporter sa touche technique et sa percussion. Elle s'est engagée un an en faveur du DFCO. Enfin, l'attaquante brésilienne Carol Rodrigues (24 ans) vient se relancer, elle qui a connu une rupture des ligaments croisés il y a près de deux ans. Très puissante et disposant d'une grosse frappe, ses instincts de buteuse risquent de s'avérer très intéressants pour la formation dijonnaise.


Une nouvelle saison à regarder jouer Tatiana Solanet, nous voilà heureux (© Nelson Fatagraf)

Des valeurs sûres et de belles promesses

Certes, il n'y a pas de "star" dans le recrutement, mais Yannick Chandioux a insisté sur le fait que l'effectif semble plus homogène cette saison. D'autant que le staff peut à nouveau compter sur la majorité des éléments forts de la saison passée, à l'image de la meilleure buteuse Léa Declercq. Emmeline Mainguy, excellente dans les cages dijonnaises lors du précédent exercice, rempile également tout comme les indispensables Elodie Nakkach et Tatiana Solanet au milieu de terrain. Les cadres telles qu'Ophélie Cuynet, Laura Bouillot et Alexia Trevisan sont elles toujours présentes. De même évidemment qu'Elise Bussaglia, qu'on ne présente plus, et qui entame sa dernière saison avant de tirer sa révérence.


On peut en outre noter que l'effectif se voit assez rajeuni, avec de nombreuses recrues de moins de 23 ans, qui d'ailleurs ont connu des sélections internationales en jeunes pour la plupart. Mais aussi, on apprécie fortement l'intégration au groupe D1 de deux jeunes qui officiaient jusqu'alors en U19 Nationaux. Coline Stephen (19 ans), arrivée de l'OL il y a un an, apporte une solution supplémentaire au milieu de terrain après avoir réalisé de bons matchs de préparation avec 4 buts. Son poste de prédilection est numéro 10. Meilleure buteuse des U19 depuis deux ans, Inès Barrier (18 ans), qui a fait toute ses classes au club et dont nous avions dressé le portrait la saison dernière, peut quant à elle évoluer un peu partout devant. La progression de cette jeune joueuse récemment convoquée en équipe de France U19 sera intéressante à suivre.


L'effectif 2018/2019

Gardiennes : 1. Mainguy, 16. Mylène Chavas

Défenseures : 2. Alexia Trevisan, 4. Léna Goetsch, 5. Marie-Aurelle Awona, 10. Ophélie Cuynet, 15. Noémie Carage, 23. Pauline Dechilly, 24. Océane Daniel

Milieux de terrain : 7. Solène Barbance, 13. Coline Stephen, 14. Tatiana Solanet, 20. Elodie Nakkach, 21. Elise Bonet, 29. Elise Bussaglia

Attaquantes : 6. Carol Rodrigues, 8. Léa Declercq, 9. Laura Bouillot, 17. Rose Lavaud, 18. Inès Barrier


Carol Rodrigues et Laura Bouillot ont inscrit à elles deux 7 buts durant les amicaux (© Nelson Fatagraf)

Des évolutions en D1

Au niveau de la diffusion TV, pas de changement par rapport à la saison dernière. Il faudra bénéficier des chaînes Foot+/Multisports pour être en mesure de profiter de la plupart des matchs du DFCO. Même si certains peuvent être diffusés sur Canal+ Sport, comme cela sera le cas pour la confrontation face à Bordeaux, programmée pour la deuxième journée. En revanche, la D1 connait quelques évolutions. Outre le naming, puisqu'il faut maintenant appeler le championnat "D1 Arkema" (ce que l'on ne fera pas systématiquement, vous nous excuserez), un changement notable est de dorénavant pouvoir inscrire jusqu'à 18 joueuses sur les feuilles de match. Ce qui laisse plus de solutions aux coachs, aussi bien tactiquement que dans la composition des groupes. On peut aussi évoquer le fait que les techniciens un peu trop excités sur le bord de la touche peuvent désormais écoper d'un carton rouge.


La saison va débuter face au Paris FC pour le DFCO

Pour ce qui est des équipes à surveiller, on peut affirmer sans trop de risque que l'OL a de grandes chances d'être encore sacré champion, même si le PSG va essayer de lutter. Bordeaux s'est bien renforcé et est capable de disputer la troisième place avec Montpellier. On peut émettre plus de doutes sur le Paris FC, qui semble s'être davantage diminué que renforcé cet été. Comme souvent, Fleury a beaucoup recruté, mais il reste à voir ce que cela va donner. La saison dernières les Franciliennes avaient terminé derrière le DFCO, malgré leur recrutement pléthorique. Les autres équipes sont a priori destinées à jouer le maintien avant tout. Si Soyaux paraît plutôt stable, méfiance pour Guingamp qui apparaît une nouvelle fois amoindri avec le départ de nombreuses joueuses cadres (Julie Debever, Charlotte Lorgéré ou encore Léa Le Garrec ont en effet quitté la Bretagne).


Sauvé in-extremis la saison dernière, Metz fait aussi toujours partie des "favoris" à la descente, surtout après le départ de l'excellente Léa Khelifi, mais a tout de même su attirer plusieurs joueuses intéressantes en ce mercato. Point d'interrogation enfin pour les deux promus, Reims et Marseille, en particulier pour ce dernier dont l'équipe ne semble pas vraiment plus forte sur le papier que celle qui a été reléguée il y a deux saisons. S'il fait lui aussi partie des principaux concernés par le maintien, le DFCO compte cependant faire au moins aussi bien qu'en 2017/2018 (8ème). Avec même le top 6 dans un coin de la tête, comme l'avoue Ophélie Cuynet pour Le Bien Public. Première épreuve ce samedi (14h30), chez le Paris FC.


Bilan des matchs amicaux du DFCO

Dijon FCO 1-1 Paris FC (Coline Stephen)

Dijon FCO 2-0 Stade de Reims (Laura Bouillot, Alexia Trevisan)

Dijon FCO 4-0 Grenoble Foot 38 (Coline Stephen x3, Laura Bouillot)

Dijon FCO 2-3 FC Fleury 91 (Carol Rodrigues, Laura Bouillot)

Dijon FCO 4-1 Standard de Liège/BEL (Carol Rodrigues x3, Léa Declercq)

327 vues1 commentaire

© Le Dijon Show, 2020

Le Dijon Show
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
Le Dijon Show Féminin
  • Twitter Social Icon
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube